Plus vraiment besoin de vous présenter cette marque légendaire, mais nous voulions tout de même vous rafraichir un peu la mémoire avant votre prochain voyage au guidon d’une Harley 😀. Retour sur l’histoire de ce constructeur emblématique pour souffler ses 120 bougies!

Harley Davidson, un symbole américain depuis 1903.

Car oui, c’est bien cette année là, à Milwaukee que commence l’aventure Harley Davidson. William Harley et Arthur Davidson construisent ainsi leur premier prototype de bicyclette motorisée dans la cuisine de la mère de Davidson, avant d’intégrer un abri de jardin plus propice à la mécanique. A l’époque, il s’agit de vélos dotés de moteur, un cylindre de 409 cm3, d’une puissance de 3 chevaux et dont la transmission est assurée par une courroie en cuir. Les 2 premières années, ils ne produisent que 3 de ces motocyclettes. Mais les commandes commencent à affluer, ils fondent ainsi officiellement leur compagnie le 28/08/1904 sous le nom de « Harley-Davidson Motor Company », et partent s’installer sur Juneau Avenue (qui est toujours le siège social de la compagnie, par ailleurs) dans un bâtiment plus adapté pour répondre à leur succès. En 1908, Harley Davidson fait ses débuts en compétition : Walter Davidson, s’engage sur plusieurs courses d’endurance, qu’il gagne allégrement en parcourant 188 miles avec un gallon d’essence. Suite à ces victoires, les concessionnaires voient les ventes s’envoler. Le monocylindre délivre 4 ch et atteint 45 mph (75 km/h environ). La même année William Harley, met au point un moteur V-Twin qui pourra rivaliser avec leur principal concurrent qu’est Indian, ou encore la Fort T lancé la même année, dont la production en série (faisant baisser le prix) et permettant d’emmener toute la famille frappe la jeune industrie américaine de la moto. Pour contrer cela, Arthur Davidson se lance dans les commandes publiques pour relancer l’entreprise: en 1914, c’est le service postal qui sera équipé en Harley Davidson, avant une commande de 20 000 motos entre 1917 & 1918 pour équiper les contingents engagés en Europe. En 1920, c’est la police qui sera équipé par la belle américaine, notamment pour contrer les Bootleggers (vous pouvez revoir notre article sur la prohibition), qui circulent principalement à moto pour justement échapper aux force de l’ordre. Un succès pour la firme et surtout un impact très important en terme d’image. En parallèle, sera créé le premier MC club motard par les vétérans de la Grande Guerre qui pérennisera l’attachement à leurs motos. En 1920, Harley-Davidson est officiellement le plus grand fabricant de motos au monde. Les motos de la marque sont distribuées dans 67 pays pour un total de 28 189 machines. En 1921, une Harley-Davidson est la première à gagner une course à une moyenne supérieure à 160 km/h.

Harley Davidson, rebel et libertaire.

Seule Harley et Indian survivront à la Grande dépression de 1929. Harley- Davidson s’en sort en privilégiant l’export, notamment au Japon. Dans les années 30-40, ce sont les acteurs d’Hollywood qui plébisciteront la Harley comme l’acteur Clark Gable, par exemple. En 1948, la « Panhead Chopper » voit le jour, une moto que l’on peut customiser selon son goût. « Chopper » venant du terme « taillé » et devient le synonyme d’anticonformisme et défit à la loi, bref de rebel. A la fin des années 60, la grande époque du Rock n’Roll et le modèle « Shovelhead » relance la compagnie dans le cœur des américains. En 1969, le film « Easy Rider » sera une publicité sans précédent pour Harley Davidson, le biker n’est plus un rebelle sans cause: il devient un fils de l’Amérique à la recherche de son identité et de celle de son pays. Les motards sont les nouveaux cowboys en blouson de cuir. Mais ces années- là marquent aussi les années chaotiques pour Harley, qui se fait racheter par AMF (American Machine & Foundry) et ne représente plus que 4% du marché américain.

Ce n’est que dans les années 80 que Harley fera son grand retour, notamment grâce à son nouveau moteur  » Evo » de 1340 cm3, plus fiable que les moteurs produits par AMF. Et surtout en 1983, Harley Davidson crée les premiers  » Harley Owners Group » (HOG), qui renforceront la loyauté indéfectible des clients à la marque : une véritable révolution, à l’époque. C’est encore aujourd’hui, le plus important club motard au monde avec plus d’un million de membre.

Voyager aux Etats-Unis sur une moto emblématique.

Car oui, nous ne cessons de le dire et le redire, quoi de mieux qu’une américaine pour arpenter le bitume des routes U.S, tout un symbole. Que ce soit dans les films : « Easy Rider »,  » L’équipée Sauvage » ou même « Indiana Jones » ou « Captain America » pour les occurrences plus récentes, la Harley reste synonyme de liberté, de voyage et de Rock’n Roll. Et si vous aussi vous viviez le frisson américain au guidon de votre Harley Davidson?

Les 120 ans Harley Davidson, un événement à ajouter à votre road trip

Du 13 au 16 juillet 2023, participez au grand anniversaire d’Harley Davidson. 4 jours de festival de musique, de balade lié au monde d’Harley au cœur même de sa ville natale. Un événement à ajouter à votre agenda, que vous pouvez facilement combiner avec notre Route 66 Tours (avant votre traversée de l’Amérique) ou en extension à notre Route du Blues ! Milwaukee ne se trouve qu’à 1h30 de Chicago! Vous pouvez également l’ajouter à votre circuit sur mesure…Vous n’avez plus qu’à choisir l’itinéraire, retrouvez toutes nos idées de circuits à moto et laissez vous guider pour le reste …

Et vous, les Etats-Unis au guidon de votre Harley, c’est pour quand ?

« Je n’reconnais plus personne en Harley Davidson,
J’appuie sur le starter
Et voici que je quitte la Terre »

On a tous vu au moins une fois l’un de ces films américains où les protagonistes traversent les USA dans un but quelconque (ou sans d’ailleurs). Mais c’est surtout à cette occasion que vous avez découvert les plus beaux paysages du pays de l’Oncle Sam. Et si on complétait un peu votre liste pour vos soirée d’hiver? Avant de concrétiser tout ça bien sûr lors de votre prochain road trip.

1- Forrest Gump

Un condensé des paysages américains (rappelez-vous notre article sur ce film mythique) de l’Alabama à Monument Valley, du Maine au Montana… Bref, un seul film pour trouver votre prochain état à visiter…

2- Thelma & Louise

L’un des plus célèbre roadmovie américain. Une course folle sur les routes d’Arizona, des motels, du désert et un final inoubliable qui en fait se trouve en Utah… Bref, un film à regarder de toute urgence pour se remettre dans l’ambiance.

3- Easy Rider

Sans doute le plus connu des road trip à moto. De Los Angeles à La nouvelle Orléans, un trajet d’anthologie pour tous les motards. Les années Woodstock et l’Amérique profonde en toile de fond…Et qui dire de la B.O qui fait bien sûr parti des morceaux à mettre à fond dans vos haut-parleurs lors de votre roadtrip. Booooorn To Be Wiiiiild!!!!!

4- Green Book: sur les routes du Sud

En 1962, en pleine ségrégation, la traversée des USA, de New York au sud profond, d’un pianiste de grande renommée et son garde du corps italo-américain du Bronx. Le Green Book est en fait le livre sur lequel s’appuient les gens de couleur pour trouver des hébergements où les gens de couleurs peuvent être accueillis… Une plongée dans l’histoire et dans l’âme humaine.

5- Little Miss Sunshine

Un road trip familial d’Albuquerque à Redondo Beach (un peu au sud de Los Angeles) pour emmener la petite Olive à un concours de beauté dans un combi Volkswagen hors d’âge. Un pitch simple et pourtant, on s’attache à ces personnages qui déambulent dans le sud de la Californie.

6- Rain Main

De l’Ohio à Los Angeles en passant par les mythiques scènes de Las Vegas. Vous reconnaitrez forcément une partie des paysages traversés. Ne serait-ce que les fameuses éoliennes près de Palm Springs

7-Sur la route

Basé sur la nouvelle du même nom de John Kerouac. Une traversée des USA au cœur des années 50 sur fond de liberté des mœurs. Mais surtout une nouvelle vision des paysages américains.

8- Blues Brothers

Un incontournable que l’histoire de ces 2 frères prêt à tout pour réunir l’argent qui sauvera leur orphelinat. Bref, pas besoin de vous refaire le speech, mais surtout une dose de musique et de road trip. Sans compter le casting d’anthologie.

9- Bagdad Café

Une solide amitié féminine qui se développe dans un motel minable entre Disneyland et Las Vegas, sous fond de magie et de relais routier. Une histoire surtout sur le Route 66 et un décor à découvrir dans votre prochain roadtrip. Sans oublier la B.O « I’m calling you « …

10- Into the Wild

Ok, c’est presque un bonus, mais on ne pouvait pas passer à coté de ce bijou sur la nature en Alaska. Juste pour vous mettre l’eau à la bouche de ce que l’on peut retrouver dans le nord de l’état de Washington ou dans l’ouest du Canada (que l’on propose également…). On y retrouve aussi les paysages de l’Arizona et du Dakota du sud.

  • Bonus:
  • Les Raisins de la colère: un vieux film certes, mais une adaptation d’un des plus grands livre de la littérature américaine, donc à voir notamment pour comprendre l’histoire de la Route 66.
  • Wild: Des paysages à couper le souffle sur le Pacific Crest ( le faeux sentier de randonnée qui traverse les USA de la frontière du Mexique
  • The Muppet Movie: de la Louisiane à Los Angeles pour visiter la cité des Anges
  • Dumb & Dumber: clairement pas du grand cinéma mais une belle traversée du Maine à Aspen.
  • Sailor & Lula: Nicolas Cage dans un road trip déjanté à travers la Californie pour échapper aux tueurs de sa belle.
  • Bande de sauvages: la version comique du roadtrip en Harley. De quoi passer un bon moment, mais si vous pouviez éviter de nous faire la même chose sur votre roadtrip, ça nous arrangerait 😂
  • The World’s Fastest Indian: L’histoire de Burt Munro qui détient encore aujourd’hui le record de vitesse sur son Indian modifiée

Pour organiser nos road trip, nous sommes la plupart du temps attirés par le printemps et l’été. Parfois, par obligation, souvent par habitude … Pourtant si vous en avez la possibilité, partir hors saison peut être très avantageux! Explications:

Voyager hors saison pour payer moins cher

La raison principale pour voyager hors saison? Le coût, bien sûr! La demande est moins forte sur les périodes creuses et cela se ressent sur tous les postes: les billets sont moins chers, les hébergements également, ainsi que la location. Partir hors saison, c’est pouvoir bénéficier de tarifs imbattables. Attention, pas de dernière minute pour un voyage aux Etats-Unis, il faut malgré tout s’y prendre en avance, pour obtenir le meilleur rapport qualité prix.

Voyager hors saison pour voyager plus « cool »

Moins de monde, implique donc forcément plus de souplesse sur les visites. Vous pourrez profiter pleinement des attractions comme vous le souhaitez avec en plus un accueil plus authentique et plus de disponibilités. Fini la queue, et à vous les petits restaurants typiques bien souvent complets en haute saison. L’assurance donc de vous éviter du stress et remplir vos journées uniquement des merveilles qui vous attendent.

Voyager hors saison pour un voyage plus authentique

Les hébergement (a)typiques sont généralement de petites structures, ne proposant que quelques unités pour garder leur authenticité. Prises d’assaut pendant la pleine période, elles sont bien souvent complètes plusieurs mois (voir 1 an) avant votre voyage. Les structures hotellières plus conséquente, telle que « The View » (seul hébergement en plein cœur de la réserve Navajo) affichent également complets de nombreux mois à l’avance. Et pourtant hors saison, elles peuvent proposer des prix attractifs et vous permettre de vous offrir une véritable expérience. Retrouvant leur tranquillité, c’est aussi s’assurer d’un service plus personnalisé et d’une attention plus soutenue.

Quand partir et où?

Les USA, et on ne le répétera jamais assez, c’est grand, c’est vaste et offre pleins de possibilités. Alors même si on vous déconseille nos circuits dans les Rocheuses (Far West Tours & Rocky Mountains Tours) ou les Appalaches (Blue Ridge Tours) en dehors des périodes d’été, pour une question d’ enneigement, le reste du pays peut vous offrir un voyage inoubliable à toutes les périodes de l’année. Bien sûr, la météo reste une des composantes inhérente au voyage parfait mais heureusement nous avons qu’il vous faut:

– En plein hiver, privilégiez le sud.

Le Texas et l’Arizona, sont deux alternatives très intéressantes : vous évitez les grandes chaleurs et profitez ainsi du meilleur de ces états. A noter toutefois que certains sites de l’Arizona se trouvent en altitude et donc méritent une petite laine. Retrouvez nos deux nouveaux circuits pour les découvrir : Texas Tours et Arizona Tours sur notre site. Autres états à mettre sur votre liste: la Louisiane, le Mississippi, l’Alabama ou encore la Géorgie. Des états visité par nos Magie du Sud Tours ou Heart of Dixie Tours. Et notre dernier né : Great South Tours, période idéale pour gouter aux charmes du vieux sud et son ambiance typique d « Autant en emporte le vent« . La Floride, quant à elle est une des meilleures destinations pour l’hiver (on vous propose d’ailleurs notre Florida Tours pour la découvrir), mais comme il s’agit de la meilleure saison pour la découvrir, les prix s’en ressentent forcément et le nombre de touristes sur place également. Pour plus de tranquillité, privilégiez les mois d’octobre novembre ou janvier & février. Moins de queue aux parcs d’attractions et une météo plutôt clémente. Le carnaval est également considéré comme de la haute saison à La Nouvelle Orléans.

– En début de saison, prévoyez votre road trip dans l’ouest américain.

Les mois d‘Avril et Octobre & Novembre peuvent réellement être un bon plan, on est en début ou en fin de saison, la foule n’est pas encore présente ou déjà partie et on peut clairement profiter de températures clémentes. Ainsi, on atteint facilement les températures de 20 à 25° à Los Angeles. Les sites comme le Grand Canyon, Bryce ou Zion peuvent clairement garder encore des traces de neige (en début de saison), mais cela ajoute encore la magie à votre voyage, non ?

Par contre, vous pourrez rayer Yosemite de votre programme car les routes seront encore fermées et à San Francisco il fera encore très frais. Mais pour le reste, vous n’avez plus qu’à profiter. Autre alternative, prévoir votre voyage au départ de Las Vegas. Cette période permet d’autant de profiter la ville en évitant les chaleurs harassantes de l’été. Un occasion pour profiter de la Valley of Fire avec ses plus beaux couchers de soleils.

A noter que l’hiver l’organisation de votre road trip doit se faire tôt dans la journée, le soleil se couche plus tôt l’hiver mais vous offre des couchers de soleil à couper le souffle qui ne sont pas écrasés par la chaleur étouffante du plein été.

Le mieux si vous avez encore un doute est de nous en faire part et de nous laisser préparer votre voyage sur mesure. A vos claviers 🙂 l’Equipe d’AMT se tient à votre disposition à cet effet …

Première fois aux USA? Vous ne vous sentez pas à l’aise avec la langue de Shakespeare ? ou tout simplement pour vous laisser porter et profiter au maximum de votre circuit à moto? Vos envies sont légitimes et c’est la raison pour laquelle nous avons créé pour vous et avec vous la formule idéale :

Un circuit guidé pour voyager autrement.

Nos accompagnateurs, passionnés et expérimentés ils sont là pour vous indiquer les arrêts photos immanquables, les petits bars et restaurants hors du temps et surtout le meilleur itinéraire (en privilégiant les routes sinueuses évidemment) qui vous mènerons hors des sentiers battus. Il aura également pour mission de veiller à la bonne harmonie du groupe et faire de ce voyage, un rêve éveillé.

Un véhicule à votre disposition pour le transport de vos bagages.

Car oui, un des premiers avantages : ne plus vous préoccuper de faire rentrer vos bagages dans vos sacoches moto… Et puis, cela permet également, de pouvoir ramener tous les souvenirs qui vous feront envie sur place.

De petits groupes moto pour la convivialité et la flexibilité.

Nous limitons le nombre de moto dans nos groupes, pour vous permettre de profiter au maximum de votre voyage aux Etats-Unis. La taille moyenne (hors privatisation) est d’environ 5 motos /10 personnes et jusqu’à 8 motos/ 16 personnes maximum, donc une réelle flexibilité dans l’organisation de vos étapes. Dont l’accessibilité de petites structures [hébergements & petits restaurants (a)typiques] ainsi qu’une attente réduite … Bref, la configuration idéale pour apprécier votre road trip à moto.

Un van pour permettre aux passager(e)s de se reposer.

Même si le plaisir de rouler en Harley Davidson ou Indian, entre autre, reste le thème principal de votre voyage, votre passager(e) appréciera sûrement, ponctuellement, le confort d’un siège climatisé ou tout simplement être au sec. Nous gardons systématiquement une à deux places assises à cet effet.

La liberté et l’indépendance, même en voyage organisé.

Chez nous, pas de contraintes horaires, pas de file indienne, pas d’arrêt à la pompe imposé : vous êtes libre de suivre ou non le groupe. Vous vivez le voyage que vous souhaitez et restez maître de vos vacances ! Il suffit de prévenir votre accompagnateur qui vous conseillera sur votre chemin et de déterminer un lieu de rendez-vous, pour faciliter la logistique. Bref, la meilleure manière de découvrir le pays : libre tout en étant encadré.

Nos prochaines dates de départ de voyage moto aux USA :

Daytona Bikeweek Formule N°1: du 05 Mars au 13 Mars 2023
LA concentration pour découvrir des préparations moto plus folles les unes que les autres, les courses et les shows à l’américaine, les concerts et une ambiance de folie sous le soleil de Floride. Votre accompagnateur assurera une permanence pendant la Bike Week pour ne rien louper sur place !

Route du Blues Tours: du 23 Avril au 07 Mai 2023
De la Nouvelle Orléans à Chicago, dans les pas des pionniers du Blues. Un itinéraire musical où votre accompagnateur saura vous organiser les meilleures soirées au cœur de la musique U.S que l’on affectionne tant.

Big Circle Tours: du 03 Mai au 15 Mai 2023
Un départ de Las Vegas, pour une boucle à la découverte des principaux parcs nationaux de l’ouest américain, avec un kilométrage quotidien d’environ 300km. En formule accompagnée, votre guide vous fera emprunter meilleures routes scéniques pour les relier.

American Dream Tours: du 20 Mai au 06 Juin 2023
La grande boucle de l’ouest américain pour découvrir tous ses trésors : des beaux parcs tels que Grand Canyon, Monument Valley, Arches, Bryce, Zion, Yosemite… en passant par la délirante Las Vegas pour finir par San Francisco & la magnifique Pacific Coast !

Route 66 Tours: du 26 Mai au 10 Juin 2023
La Mother Road dans toute sa splendeur. LA traversée mythique de Chicago à Los Angeles, sur les traces de l’histoire américaine. Une route qui se cache et se mérite, surement l’un des itinéraires les plus complexes des USA, votre accompagnateur saura toujours vous remettre sur le droit chemin!

Best of The West Tours: du 06 Juin au 24 Juin 2023
19 jours avec un rythme idéal pour profiter un maximum du grand ouest américain. Avec 2 nuits à Moab et une nuit au cœur de la Death Valley, vous avez trouvé la meilleure manière de profiter des parcs nationaux tout en prenant votre temps. L’occasion pour votre accompagnateur de vous faire profiter de toutes ses connaissances et vous emmener hors des sentiers battus.

Western Tours: du 07 mai au 21 mai ou du 25 Juin au 09 Juillet 2023
Le condensé l’ouest américain en 15 jours et un des nos Best Sellers qui combine les 3 plus grandes mégalopoles, les merveilles telles que Antelope Canyon ainsi que la côte pacifique pour revenir sur Los Angeles.

Far West Tours: du 15 Juillet au 29 Juillet 2023
Une immersion au pays des cowboys & des indiens, en y ajoutant les splendeurs de Yellowstone et du Mont Rushmore. Le parcours rejoint l’Utah, pour vous permettre de compléter votre découverte de l’ouest américain, un des incontournables de l’Ouest à ne pas manquer.

Sturgis Rally : du 07 Août au 20 Août 2023
LA concentration mythique de l’ouest américain. L’un des plus grands rassemblements moto du monde, combiné à la découverte du Far West: Un immanquable pour tous les bikers! Votre accompagnateur assurera une permanence quotidienne pour vous indiquer les bonnes adresses et les bon plans à ne pas manquer.

Rocky Mountain Tours : du 03 au 19 septembre 2023
Un parcours au cœur des rocheuses pour des routes scéniques toujours plus époustouflantes, tout en conservant l’ essence même du Grand Ouest avec les Black Hills, Yellowstone (2 nuits), la chaîne des grands Tetons et même une nuit dans les Badlands, pour une expérience hors du commun.

Notre formule accompagnée est disponible également pour le Canada, l’Afrique du Sud ou encore l’Amérique Latine (Cuba, Argentine et un combiné Chili/Argentine, mais sous un autre format pour voyager dans les meilleures conditions). Ou bien en Voyage sur Mesure dans le cadre d’une privatisation. Vous ne trouvez pas votre bonheur sur l’une de nos dates de départ ou pour un de nos itinéraires à moto? consultez nous !

On n’ y pense pas forcément et pourtant c’est la saison idéale pour partir au Canada! Mais pour vous convaincre, on vous a préparé 5 raisons pour penser votre voyage au Canada en Automne !

1- Pour les belles journées de l’été indien

Loin des journées étouffantes de l’été (on ne dirait pas, mais les températures estivales montent bien souvent au dessus de 35° en été🥵) et de celles glaçantes de l’hiver (où là on tourne au -35°C🥶!) , l’automne permet donc de profiter de températures en journée autour des 20°-25°. Idéale donc pour rouler ou faire une randonnée dans les parcs nationaux !

2- Pour les couleurs

Et oui, cette période s’appelle comme ça, chez nos cousins québécois! La saison des couleurs: quand l’ érable vire au rouge et le bouleau au jaune embellissant chaque kilomètre que vous ferez sur votre parcours. Attention, elle s’étend en général de mi-septembre à mi-octobre et varie bien entendue selon la météo (si il fait plus ou moins beau) et selon votre latitude (plus vous irez vers le sud, plus elle sera tardive). Il ne faut donc pas rater le coche!

3- Pour les animaux

Ours, orignaux, castors… tous se préparent à affronter le dur hiver canadien en faisant des provisions. L’occasion est donc d’autant plus belle pour les observer dans leur milieu naturel! Prenez le temps de la randonnée pour voir le castor construire son abri ou entendre le brame de l’orignal qui est en pleine période de rut (attention toutefois à ne pas trop vous en approcher pendant cette période). Le Canada est très attentif à sa faune et vous pouvez trouver plusieurs parcs animalier qui vous présentent la faune locale et vous permettent de vous en approcher (comme le parc Omega près d’Ottawa)

4- Pour la cueillette des pommes

Une vrai tradition automnale québécoise. Ainsi les week-end d’automne, les familles se rendent dans les vergers avoisinants pour pratiquer l’auto-cueillette. L’occasion aussi de goûter le cidre doux et le cidre des glaces bien souvent proposés à la boutique du producteur. C’est aussi l’occasion de fêtes et animations locales, multipliant les tartes aux pommes et autres mets à base de… pommes

5- Fêter Thanksgiving au Canada

Car ce n’est pas à la même date qu’aux USA, l’action de grâce au Canada célébre les récoltes et rend grâce des bonheurs reçus pendant l’année. D’où les décorations faites de cornes d’abondance, de citrouilles et autres symboles de récoltes abondantes. Cette fête tombe toujours un lundi ce qui, permet au Canadien de se retrouver en famille pour se faire « un chalet » (en gros vous louez un chalet au bord d’un lac pour y réunir famille et amis). Là encore, fêtes et défilés viennent ponctuer ce jour férié. Il a été fêté en 2022 le 10 octobre.

En bonus- 6 c’est le début de la saison de hockey

Qui coïncide en général avec Thanksgiving (cette année donc le 07/10). Bref, l’occasion à ne pas louper pour assister à un match du sport favori des canadiens!

Ah ! Qui n’a jamais rêver d’avoir la tête dans les étoiles? Et s’il y a un endroit où l’on peut s’en approcher, c’est bien au Kennedy Space Center. Le centre de la NASA est aussi un musée/ parc d’attractions/centre de lancement, qui saura ravir tout le monde. Une excursion à ne pas manquer quand vous visiter la Floride! Alors forcément, nous vous avons préparé un guide :

Le Kennedy Space Center Bus Tour

Le site est avant tout le centre de lancement de la NASA. Créé en 1959, c’est de là que partent tous les grands projets spatiaux : des premiers pas sur la Lune au dernier robot sur Mars. Vous ne ferez peut être pas un grand pas pour l’humanité mais en tout cas vous marcherez dans ceux qui ont écrit l’histoire! 14000 personnes travaillent (dont les astronautes) sur le site qui a été choisi pour son emplacement stratégique: tout autour il n’y a que de l’eau (à l’ouest le Golfe du Mexique et à l’est l’océan atlantique). Les opérations sont quant à elles supervisées depuis Houston (une autre excursion à ajouter, que l’on retrouve dans notre Texas Tours! ). Aujourd’hui, en collaboration avec le Smithonian, le site accueille expositions, reconstitutions et attractions pour une immersion totale. Ainsi, vous côtoyez les navettes de près, vous pouvez discuter avec les astronautes et même tester la simulation d’un lancement de navette.

On vous conseille de ne surtout pas omettre le tour bus (très très recommandé) car il vous permet de faire le tour de tout le complexe dont plusieurs sites sont très éloignés et même d’accéder aux « restricted area » et ainsi découvrir la totalité du site. Les bus partent tous les 1/4 d’heures et vous permettent aussi d’en apprendre plus, grâce aux sympathiques commentaires des chauffeurs, qui bien sûr connaissent le site comme leur poche et vous donnent quelques anecdotes. Ils permettent notamment de vous approcher des lunch pad (les pas de tir) d’où vous aurez peut être la chance d’apercevoir la préparation du prochain lancement. Les bus font plusieurs haltes vous permettant ainsi de prendre le temps que vous souhaitez sur chaque arrêt.

Vous commencez par passer devant les quartiers des membres d’ équipage puis le mythique bâtiment d’assemblage des fusées (un des plus grand bâtiment du monde!) avant de rejoindre les pas de tir. Votre bus traverse ensuite une partie du parc de Merrit Island, l’occasion donc pour observer la faune et la flore qui semble s’être accommodée des lancement. Puis le Appollo-Saturn V center, où vous revivrez le lancement de la mythique fusée, pour la découvrir ensuite exposée dans son hangar (impressionnant!), et enfin dans le cinéma vous serez plongés sur la surface lunaire pour revivre l’alunissage. Dernière étape l’International Space Station center, qui est une reconstitution de la station spatiale internationale, l’occasion de voir ce qu’à vécu notre Thomas Pesquet national ! Vous reviendrez ensuite au visitor complex .

INFOS Bus:
Les tour en Bus sont inclus dans votre billet d’admission. Ils commencent à 10h et se termine 2h et demi avant la fermeture (soit à 15h30 quand le complexe ferme à 17h). Vous trouverez la station de départ tout de suite à droite en rentrant dans le complexe.
Comptez 2h à 3h pour le parcours entier et selon le temps que vous souhaitez passer aux divers arrêts suggérés le long du parcours (toutes les étapes sont facultatives mais bien sûr recommandées, à moduler selon votre timing).
Avant de démarrer vous pourrez louer un audioguide, sachez que ceux-ci ne retranscrivent que ce qui est inscrit sur le panneaux en anglais. Il peut être intéressant si vous n’êtes pas à l’aise avec la langue de Shakespeare.
Petit Plus: pour le trajet aller, asseyez vous à droite dans le bus car la majorité des points d’intérêts s’y trouvent.

Le Visitor Complex

Vous y trouverez toutes les expositions et attractions pour en apprendre plus sur la conquête de l’espace. Voici ce que vous y trouverez :
Heroes & legend : un hall of fame des astronautes, la présentation de « mission control » et surtout l’occasion de discuter avec un véritable astronaute (sans billet supplémentaire)!). A la sortie, le Rocket Garden, une reconstitution de toutes les fusées qui on été envoyé dans l’espace, Impressionnant! Visites guidées possibles à heures fixes.
NASA Now+ Next: se concentre sur les futures missions et notamment celles pour aller sur Mars [vous pourrez être recruté 😉]
Space Shuttle Atlantis: zone d’exposition interactive qui abrite le Shuttle Launch Experience: un simulateur qui permet de vivre le lancement d’une navette spatiale dans les conditions “réelles » ! Dans un décor plus vrai que nature, vous êtes coaché par de véritables astronautes pour une expérience à sensations fortes (mais toutefois sans commune mesure avec celle des parcs d’Orlando). Si vous ne souhaitez pas le faire, vous pouvez tout de même y assister depuis l’ « observation room » (1.20 m minimum, déconseillé aux femmes enceintes et aux personnes cardiaques- entrée inclus dans vote billet).
Cinéma IMAX: Deux films sont disponibles tous les jours dans l’espace 3D des cinémas, repérez dès votre arrivée au centre, les horaires de séances. Découvrez la Terre et l’espace comme vous ne les avez jamais vus.
A noter également, le Space Mirror Memorial qui rend hommage à tous ceux qui ont perdu la vie pendant la conquête spatiale.

Infos Vistor Center:
Ouvert généralement de 09h à 17h ( plus tard l’été et en période de vacances scolaires). Comptez 2-3 heures également pour profiter de toutes les attractions. Il fau donc prévoir une grosse demi-journée ou une journée entière en fonction de votre attrait pour l’Espace.
Des audio-guides en français sont disponibles à la location (au niveau du pôle Information à gauche de l’entrée). Par contre, les différents films projetés en 3D ne sont pas traduits. Le KSC SmartGuide est une petite tablette qui permet une visite accompagnée d’audio. Différentes langues sont disponibles, dont le français. Ce guide offre aux visiteurs des informations pour chaque attraction et exposition y compris dans le bus du Kennedy Space Center Tour.  Location $9.
Une application gratuite (Kennedy Space center- en anglais) est également téléchargeable, vous y retrouvez toutes les attractions, carte du site, horaires de spectacles et informations (une connexion Wi-Fi gratuite est disponible dans l’ensemble des locaux).
Le parking est payant : 10$ pour les voiture et 5$ pour les motos.
Nous vous conseillons de prévoir un pique nique pour la journée, les restaurants ne sont pas fameux et plutôt chers (un espace est dédié dans le complexe).

Le Kennedy Space Center sur trouve à environ 1h à l’est d’Orlando et 1h au sud de Daytona Beach. Comptez environ 30 min pour rejoindre le complexe si vous logez à Cocoa Beach. Le site est situé en zone fédérale, donc attention aux limitations de vitesse et au code de la route sous peine d’une amende très salée.
Les lancements sont réguliers au Kennedy Space center, dans ce cas certaines zones ne sont pas accessibles, mais vous aurez accès à la plupart des attractions. Si vous souhaitez y assister depuis la zone de lancement, il faudra prendre un billet en plus. Les lancements sont en général annoncés quelques semaines avant et la fenêtre de tir environ 15 jours avant sur le site officiel.

Bonne visite 🙂

Quitte à traverser les océans pourquoi ne pas combiner deux destinations aux USA pour agrémenter votre séjour ? Que vous vous soyez plutôt ville ou plage, les Etats-Unis sont assez grands pour contenter tout le monde. Petit tour des principales extensions possibles :

Extension Balnéaire, un peu de farniente sur la plage pour terminer votre road trip moto en beauté.

La Floride

Une destination phare pour une extension balnéaire aux USA. Le Sunshine State, regorge de destination pour « chiller » en toute tranquillité. Avec Miami en tête de proue, à vous les cocotiers et les eaux turquoise léchant le sable blond. Et/ou bien Orlando et ses parcs d’attractions (que l’on vous a déjà présentés ici). Si vous souhaitez un peu plus de tranquillité d’autres stations balnéaires sont également possible en majorité sur la côte ouest telles que Siesta Beach, Sanibel Island … mais il vous faudra pour les rejoindre reprendre une location de véhicule (idéalement un Cabriolet). Sinon les Keys, avec un point de chute (2 nuits recommandés) sur Key West, idéalement combinable avec une escapade nature dans le parc national de Biscayne ou les Everglades. Le petit plus, vous pourrez même profiter d’une vol retour direct (de Miami à destination de Paris).

Hawaï pour allier plage et autre culture

Une des plus belles extension à ajouter à votre séjour, vu que c’est déjà une destination en soi (on vous invite d’ailleurs à en prendre plein les yeux dans notre article précédent que vous pouvez relire ici). Hawaï est en fait une archipel, donc on vous préconise plutôt de vous concentrer sur une seule île s’il s’agit d’une extension (voire 2 maximum, mais la seule solution sera de prendre un avion, une superbe expérience en plus). Situé à environ 5h30 de vol de Los Angeles et 5h de San Francisco, c’est la destination idéale pour découvrir une autre culture à la fin de votre road trip et surtout le clore au pied des volcans, avec une richesse de paysages et d’activités qui feront pâlir d’envie votre entourage …

San Diego

Nous n’y pense pas assez, mais cette ville du sud de la Californie peut être une vrai pause en fin de road trip. Avec une densité de population bien moindre que sa grande sœur, Los Angeles, permettant en plus de profiter pleinement de la plage. On y retrouve également un old town datant de la fin du XIX° siècle, l’un des plus grand zoo du monde et un aquarium/ parc d’attraction, si vous avez peur de vous ennuyer. La plage quant à elle est considérée comme l’une des plus belles des USA et le front de mer est très bien aménagé (l’eau y sera plus chaude qu’à L.A). Situé à moins de 2 h au sud de la Cité des Anges, c’est une extension qui ne nécessite pas de reprendre l’avion (on déconseille toutefois de repartir de San Diego directement, ce qui vous rajouterait une escale). Et cela peut être également l’occasion de passer par la Temecula Valley que l’on vous a présenter ici ou les alentours.

Un City trip pour une autre vue de l’ Amérique

New York

Sans doute la reine des extensions pour un séjour aux USA, la « Big Apple » a toujours la côte. La ville vous offrira son atmosphère sans pareil et vous permettra de vivre un autre voyage (surtout si vous la couplez avec le grand ouest américain, par exemple). Par contre, même en se concentrant exclusivement sur Manhattan, beaucoup de choses sont à découvrir donc comptez quand même 4/5 jours sur place pour avoir le temps d’en profiter.

Washington

Après tout pourquoi ne pas ajouter la capitale fédérale à votre road trip ?Sans doute plus calme que NYC, elle possède tout de même pas mal d’atouts qui peuvent vous convaincre : à commencer partir sur les traces historiques de l’Amérique. La maison Blanche, le Capitole, le Lincoln Memorial … Tous ces lieux qui ont façonnés et façonnent encore les Etats-Unis sont à portée de main, sans parler des 19 musées du Smithonian. On a d’ailleurs déjà écrit plusieurs fois sur le blog à propos de cette ville, que nous affectionnons particulièrement, donc si vous voulez avoir un petit aperçu, retrouvez nos articles sur Washington D.C et ses alentours.

Et les autres villes américaines ?

Car oui, il y a bien d’autres villes qui méritent d’être découvertes aux USA… De Seattle à Dallas en passant par San Francisco ou Chicago, chacune vaut le détour peut être ajouter à votre circuit. Tout dépend de ce que vous allez vouloir faire et découvrir. Un conseil : parfois l’idéal reste de rendre la moto et d’opter pour un vol interne et d’arpenter la ville à pied …

Le mieux reste encore de nous demander conseil à travers un voyage sur mesure qui vous ressemblera vraiment.

Derniers conseils pour choisir votre extension:
Réfléchissez d’abord à ce que vous souhaitez faire. Repos à la plage ou visite en ville pour ajouter un voyage différent à votre séjour ? Cela dit il est tout à fait envisageable de faire les deux, farniente et visite ne sont pas totalement incompatibles …
Combien de temps? Essayez d’anticiper la durée totale de votre séjour, en prenant en compte les temps de trajet, changement de fuseau horaire, fatigue etc.

Mais si vous avez le temps, vous vivrez deux expériences distinctes en un voyage, le must, non ?

Aujourd’hui, les évènements pour Octobre Rose * doivent résonner plus fort que jamais et comme vous nous connaissez maintenant vous savez que la place des femmes dans le monde de la moto nous tient particulièrement à cœur. C’est pourquoi nous vous proposons cette semaine l’interview d’une femme bikeuse dans le monde de la moto, pour prouver à toutes et tous que ce n’est pas un monde réservé à la gente masculine.

AMT: « Tout d’abord merci d’avoir accepté notre invitation, nous mettons un portrait de femme motarde en avant et sommes ravies de pouvoir vous compter parmi elles, en particulier en cet Octobre Rose  :

Déjà, peux-tu te présenter et à quel âge as-tu commencé la moto ? :

Je m’appelle Hanny, j’ai commencé la moto à 42 ans, j’en ai 60 maintenant…

Et qu’est-ce qui t’en a donné l’envie ? 

J’ai été longtemps le « sac de sable » (passagère) de mon conjoint, et c’est lui qui m’a donné confiance et soutenue pour passer mon permis. Je pensais vraiment que ce n’était pas pour moi car je ne mesure qu’un mètre 55 et bien que sportive, toutes les motos me semblaient trop lourdes pour moi.
A l’époque il y avait encore assez peu de femmes motardes.

Le super conseil de Fab, mon conjoint : acheter d’abord une 125 pour se lancer. Il m’a dit : « si tu te sens bien mais que tu en as marre de te faire doubler par les camions, alors tu es prête à passer ton permis » !  J’ai acheté une YAMAHA Dragstar que j’ai eu à peine un an… Je me souviens encore d’un Paris – Montpellier qui m’a fait comprendre que OUI j’allais devenir motarde coûte que coûte ! Le permis n’a pas été simple (dont un essai où même mon moniteur m’a dit que visiblement j’étais victime de sexisme !), j’ai failli renoncer mais Fab m’a encouragée à changer d’école et à recommencer, et puis le grand jour est arrivé après 2 tentatives !

Sur quelle moto roules tu ?

Après de nombreuses années en Kawasaki (ER6 N puis F), j’ai fait un road-trip aux Etats Unis (avec nous NDLR😏), et à mon retour j’ai craqué pour une INDIAN Scout (le custom que j’avais loué là-bas). Aujourd’hui, je suis toujours sur une INDIAN : la Chief Bobber Dark Horse. Un gros moteur, avec un look très américain mais une conduite facile et du pur bonheur à piloter !

Dans ce monde masculin en tant que femme motarde, as-tu eu du mal à te faire une place ?

J’ai été très agréablement surprise, dès le début, par la réaction des copains motards. J’ai beaucoup roulé en club et j’avoue avoir toujours été soutenue, aidée, encouragée. Je provoquais plutôt l’admiration que l’amusement et j’en étais très fière !

Fab m’a pas mal appris et m’a consacré des heures d’apprentissage à mes tous débuts (démarrage en côte, freinage d’urgence, évitement…), je lui dois beaucoup dans cette aventure.

As-tu constaté une évolution ces dernières années ? (gabarit moto, choix des vêtements, équipements …)

D’un point de vue tout à fait personnel je me sens bien dans le monde des motards aujourd’hui. Il y a beaucoup plus de choix de motos qui me sont accessibles, sans doute que l’expérience y est pour quelque chose. Mais surtout, je ne suis pas obligée d’avoir ce look très masculin de mes débuts ! J’ai personnalisé ma Chief et j’adore son look, idem pour le blouson ou les bottes, j’ai toujours un petit accessoire très féminin et je me sens bien comme ça !

Tu es la première présidente d’un Club « groupe de rider Indian » (NDR: IMRG : Indian Motors Riders Group) à Montpellier, les « Oc Riders », toutes nos félicitations ! Peux-tu nous en préciser les circonstances, as-tu hésité avant d’accepter le poste ?

La présidence des Oc Riders (IMRG Montpellier) n’a pas été évidente pour moi, même si le nombre de motardes chez les Oc est supérieur a beaucoup de clubs (6 actuellement) on ne peut pas nier que cela reste un monde très masculin. J’ai été la trésorière du club pendant pas mal d’années et c’était bien ainsi. Mais quand le précédent président a décidé de démissionner, j’ai œuvré pour lui trouver un remplaçant, sans imaginer un instant que je pouvais prendre cette responsabilité. Je ne le souhaitais pas vraiment mais visiblement pour pas mal de copains du club, c’était une évidence (et sans nul doute, une facilité !).

Je suis très attachée à mon club (j’étais là à sa création), alors je n’ai pas dit non, embarquant avec moi dans cette aventure mon copain.

Animer un groupe de plus de 50 adhérents, cela représente beaucoup d’heures de travail… pour donner de la vie à notre passion commune. Il faut préparer des roads, anticiper un programme annuel, être à l’écoute des attentes, faire vivre aussi la convivialité et la tolérance, innover… Cela va bientôt faire un an et je suis assez fière du chemin parcouru. J’ai réussi à impliquer davantage de monde même si nous manquons encore de bonnes volontés, à imposer une organisation, à faire des projets (comme un road-trip américain).

Les présidents IMRG de France m’ont super bien accueillie. Aujourd’hui une fille motarde est prise au sérieux. Beaucoup d’adhérents Oc Riders se disent fiers d’avoir une présidente mais savent qu’on ne peut pas parler mécanique avec moi !!!

Quelle serait la moto de tes rêves ?

La moto de mes rêves est celle que je pilote aujourd’hui, très sincèrement ! Si je devais changer un jour, ce serait pour une autre INDIAN, plus légère peut-être, mais je suis tellement fière de piloter un 1900, moi la petite Hanny !!!

Quels sont tes meilleurs souvenirs à moto ? 

Dans la catégorie « mes meilleurs souvenirs à moto » il y a beaucoup de choses… Tout d’abord notre road-trip américain bien sûr, avec AMT, en 2016. Comment pourrait-il en être autrement ? C’était tout simplement MAGIQUE ! La Corse aussi : un rêve pour les pilotes dans un cadre sublime.

En 2019, j’ai participé au Women Riders World Relay (WRWR); Il s’agit d’un relais « cycliste » féminin mondial, couvrant même les régions les plus reculées et les plus vastes de notre monde. Les femmes passent le flambeau d’un « voyage » à travers le monde, par exemple : Londres à Paris, Paris à Berlin. Pour ma part j’ai roulé avec 10 femmes pour passer le relais de Montpellier à Menton. Il y avait plein de motos différentes et des motardes très attachantes. Mais, je l’avoue, la mixité c’est mieux !

J’ai la chance de partager cette passion avec mon copain. On peut décider à tout moment de s’évader tous les deux. C’est comme ça que nous avons fait un « tour de France à moto » riche de rencontres et de découvertes. A l’époque nous étions tous les deux en KAWA.

Et notre région (Montpellier) offre tellement de possibilités à moto, avec un climat plutôt clément, qu’une virée dans les Cévennes, sur la côte ou dans l’arrière-pays sont à chaque fois un vrai plaisir.

Quels conseils donnerais-tu à de jeunes motardes ? Une moto de prédilection pour débuter ?

Si je devais donner des conseils à une jeune motarde je dirais qu’il faut bien choisir sa moto. Être à l’aise et se sentir en sécurité sont des points essentiels pour progresser, alors il faut se faire la main sur une bécane sans prétention (au niveau puissance, poids, garde au sol) avant d’opter pour la monture de ses rêves. Et puis : rouler, rouler et encore rouler. A mon avis, l’adhésion à un club ne doit se faire qu’après quelques années en solo ou en duo. En effet, il n’y a rien de pire que de vouloir « suivre à tout prix » ! Chacun son rythme, chacun ses petites faiblesses, et on en a tous ! Mais par-dessus tout : CROIRE EN SES RÊVES !

AMT: Merci beaucoup Hanny de nous avoir accordé cette interview, qui ne manquera pas d’inspirer de futures motardes (à n’en pas douter) et à bientôt sur les routes ✌️

* Pour rappel octobre rose est une campagne annuelle de communication destinée à sensibiliser les femmes au dépistage du cancer du sein et à récolter des fonds pour la recherche. De nombreuses manifestations sont organisées durant tous le mois d’octobre, et notamment des événements « motardes », comme les balades moto qui ont eu lieu dans plusieurs villes de France.

A l’occasion du « Custer State Park Buffalo Roundup » (ce 29 septembre), il est temps pour nous de vous parler du Dakota du sud et de ses merveilles. Que vous y alliez à l’occasion de la Sturgis Bike Week, dans le cadre de notre Rocky Mountain Tour ou bien lors d’un voyage sur mesure, voici ce qu’il ne faut pas louper :

Que faire dans le Dakota du sud à moto?

Visiter le Dakota du sud, c’est faire un bon dans le temps: entre les villes au allures de BD de Lucky Luke, et les troupeaux de bison que vous croiserez, croyez nous, vous serez dépaysés ! Alors par où commencer?
La plupart des sites que l’on veut voir au Dakota sont plutôt concentrés dans l ‘ouest de l’état, ça tombe bien cela permet de facilement les combiner avec les états du Wyoming et du Montana voisins.

Le Mont Rushmore

Sans doute, l’image emblématique du Dakota. La tête des 4 présidents (Washington, Jefferson, Roosevelt et Lincoln) gravées dans la pierre, reste un des emblèmes des USA à ne pas manquer.
L’accès du site est gratuit mais le parking est payant (10$). Si vous y êtes en fin de journée, sachez que chaque soir (de mai à octobre) les statues sont illuminées au son de l’hymne patriotique. Autre vue possible du Mont Rushmore : depuis une route scénique des Black Hills. Un magnifique parcours qui dévoile le Mont Rushmore dans toute sa splendeur.

Le Crazy Horse Memorial

Construit comme le pendant du Mont Rushmore (un peu la réponse des indiens aux cow-boys, en somme). La sculpture débute en 1948 et reste encore à ce jour en cours d’élaboration. A terme cela devrait être la plus grande sculpture du monde (tout du moins de l’Amérique), et représentera le chef indien sur son cheval.
L’entrée est payante mais les fonds servent à financer l’avancée de la sculpture et vous donne également accès à un musée sur les cultures indiennes.

Custer State Park

Situé au sud des Black Hills, c’est le meilleur endroit pour observer les bisons et les animaux sauvages. D’ailleurs une de ses 3 routes scéniques s’appelle la « Wildlife Loop« , ce n’est pas pour rien! chiens de prairie, cerfs, ânes sauvages ou encore mouflons peuplent le parc.
L’ accès au parc est payant (puisque c’est un parc d’état et non national). Préférez organiser votre visite tôt le matin, pour multiplier vos chances de voir les animaux qui se font plus discrets en journée.

Badlands National Park

Littéralement « mauvaises terres » ( d’ailleurs ce sont des français qui les ont nommés ainsi), un décor presque lunaire où les roches semblent avoir été déchiquetées par les éléments … Le résultat est bluffant et offre un horizon à couper le souffle avec d’incroyables dégradés de couleurs.
Prévoyez une journée si vous souhaitez profiter pleinement du parc et faire l’aller retour depuis les contrée plus habitées. Le must sera évidemment d’y passer la nuit …

Visiter les villes du farwest

La conquête de l’ouest s’est faite ici, et ça se ressent bien ! Les villes gardent encore les traces de leur passé glorieux, et nous transportent 200 ans en arrière. Deadwood (connue pour avoir été le théâtre du meurtre de Wild Bill Hickok et pour être le lieu de sépulture de Calamity Jane) en reste la figure de proue. Pour une visite plus historique (mais plus touristique puisque payante) vous pouvez découvrir 1880 Town qui rassemble de vieux bâtiments pour les conserver.

Profiter des routes scéniques

Car oui un des intérêts du Dakota du Sud ce sont ses routes scéniques! Dans les Black Hills notamment : Iron Mountain Road, Needles highway, Spearfish Canyon, Peter Norbeck Scenic Byway … Des noms à retenir et à ajouter à votre carnet de route

Vivre comme les cowboys

Etat cow-boy par excellence, vous trouverez sans mal des ranchs qui accueillent les touristes. Appelés Dude ranch, vous pourraient participer aux activités attenantes à celui-ci ou bien faire une balade à cheval. Bref de quoi compléter votre expérience typique far west !

Et qu’est ce que le Custer State Park Buffalo Roundup?

Une fois par an aux portes de l’automne (le dernier vendredi du mois de septembre), le troupeau d’environ 1400 bisons qui paissent paisiblement dans le Custer Parc sont rassemblés par les cow-boys & girls. Regrouper une fois par an le troupeau permet de réguler la gestion des bisons sur le parc (qui ne peut en abriter qu’un certain nombre), les bêtes sont donc triées et certaines seront ensuite vendues aux enchères.

La journée se déroule comme un vrai show et une vrai expérience à vivre au moins une fois dans sa vie, et qui nous rappelle que ces majestueux bestiaux étaient autrefois chassés en troupeau. L’événement est gratuit mais vous aurez intérêt à vous lever tôt. Les parkings ouvrent dès 6h30 pour un début de round up à 09h30 en générale vers 11h30 les bisons sont rassemblés dans le corral. Bien sûr vous trouverez d’autres animation durant le week end du Roundup.

Il ne vous reste plus qu’à faire le plus dur : choisir sur ce que vous souhautez privilégier et nous demander conseils pour peaufiner votre propre liste de chose à découvrir dans le Dakota …

S’il y a bien une image qui nous vient en tête quand on parle de l’ouest américain, c’est bien Monument Valley ! Mis en avant par les films de John Ford, c’est dans l’imaginaire collective l’image même du décor de western. Un incontournable lors d’un voyage dans l’ouest américain à moto, qu’il convient de mieux connaitre pour le découvrir pleinement.

De son nom complet Monument Valley Navajo Tribal Park (Tsé Biiʼ Ndzisgaii de son vrai nom signifiant valley of the rocks, en Navajo), le parc comme son nom l’indique est situé en pleine réserve indienne, au cœur du territoire Navajos, à cheval entre l’Utah et l’Arizona.

Que faire à Monument Valley ?

En pratique Monument Valley est donc géré par la nation Navajo, ce qui signifie que le « Pass America the Beautiful « n’y est pas accepté et que vous devrez vous acquitter du droit d’entrée sur le parc (voir ci-dessous). La visite commence dès le Visitor center qui vous offre une terrasse avec une vue à couper le souffle sur les mesas les plus connues ! Vous trouverez également d’autres points de vue aux alentours du Visitor Center, comme le John Wayne’s view point ou le Taylor Rock View Point, qui vous permettent de découvrir d’autres vues sur la valley et de multiplier les clichés souvenirs.
Ensuite, votre visite dépendra de votre véhicule, car pour visiter Monument Valley il faut emprunter une piste appelée Valley Drive. Une boucle de 17 miles (27 km) qui permet de voir les mesas et les buttes de plus près. Donc si vous êtes à moto, il vous faudra prendre un tour guidé. De même, si vous avez une voiture avec une garde au sol plutôt basse, le début de la piste étant plutôt en mauvais état et en pente. Comptez environ d’1h30 à 3h pour faire le tour, en fonction du tour choisi et de vos envies.

Le premier se fera auprès de 3 des formations les plus célèbres de Monument Valley, West Mittens Butte, Merrit Butte, East Mitten Butte ajoutez y Sentinel Mesa. Viennent ensuite Elephant Butte et Camel Butte. Ou encore John Ford’s Point, un point de vue incontournable que le cinéaste américain a immortalisé dans La prisonnière du désert. Très souvent un indien prend la pose sur son cheval pour un cliché inoubliable. Petit plus, pour quelques dollars, vous pouvez prendre la pose vous-même sur la monture !  Ensuite les différents point de vue sur les formations rocheuses se multiplient, mais on ne va pas tout vous spoiler ici…

Comment visiter Monument Valley ?

Si vous optez pour un tour guidé, vous serez donc dans des 4×4 conduits par les Navajos. Ouvert à l’arrière, vous ne manquerez rien du paysage par contre prévoyez tout de même de quoi vous couvrir la bouche et le nez de la poussière. Les principaux tours proposent la même visite de la Valley Drive avec les bons arrêts photos. Mais d’autres tours sont également proposés par les Navajos et vous permettent, même si vous êtes en 4×4, d’accéder à des zones qui ne sont pas accessibles sans guide Navajo. Comme par exemple le Mystery Valley Tours ou le Backcountry Tour.
Une dernière façon de découvrir Monument Valley est de la parcourir à cheval histoire de se plonger encore plus dans l’ambiance Far West !

Si vous souhaitez faire la randonnée, il existe 2 randonnées possibles au départ du Visitor Center. Assez facile, comptez environ 2 h pour effectuer chacune. Elles vous permettront d’approcher de plus près les buttes et mesas.

Enfin, le must d’une visite à Monument Valley est d’assister en plus du crépuscule sur la Valley : le lever de soleil, quand le soleil point juste derrière les buttes. Suivant votre parcours, vous pouvez loger au cœur du parc dans une des cabines vous offrant une vue à couper le souffle sur les Mittens (en supplément, demandez nous conseil, réservation requise au moins 9 mois avant le départ, disponibilité limité) ou à proximité.

Même si vous ne dormez pas au cœur du parc, faites un tour, lors de votre passage, au Goulding’s Lodge, qui accueille un petit musée sur l’histoire du cinéma à Monument Valley et surtout sur sa relation avec John Wayne’s (entrée 2$ en 2022).

Infos pratiques :
– Très facile d’accès puisqu’il n’y a qu’une seule route pour y accéder : le US-163.
Attention aux heures si décidez de réserver un tour. Bien qu’en Arizona, le territoire navajo observe les horaires de l’Utah donc quand il est 13h à Page, il est 104h à Monument Valley.
– Le droit d’entrée est de 8$ par personne, 20$ pour une voiture/ 4 personne.
– Monument Valley est ouvert toute l’année (sauf Noël et Nouvel An) et là encore attention aux horaires. Le parc est ouvert de 06h30 à 19h30 (d’avril à septembre) mais la Valley Drive est elle ouverte de 06h30 à 17h00 (dernier véhicule à entrer sur la route), vous devez donc commencer votre visite avant la fermeture de celle-ci. Vous aurez ensuite jusqu’au coucher du soleil pour parcourir la piste et ressortir. En hiver, il vous faudra emprunter la piste entre 08h00 et 14h00.
– Pour un tour guidé comptez entre 60 et 90$ par personne en fonction du tour que vous allez choisir (pensez à prévoir le tips en plus pour le guide). Pour le tour en cheval, comptez entre 70 et 100$ pour 1h à 2h de balade dans le parc.

Enfin, quand vous venez du sud (de Kayenta donc) parcourez 24 km après l’entrée pour un arrêt photo au maintenant fameux Forrest Gump Point. Et oui, c’est bien là qu’il décide d’arrêter sa course et faire demi-tour. Alors armez vous de patience en haute saison touristique et vous aussi repartez avec votre photo mythique, et surtout un superbe dernier cliché de cette vallée unique au monde.

Monument Valley n’a maintenant presque plus de secret pour vous, mais au- delà d’une visite de parc c’est surtout une expérience de vie et une rencontre avec les nations indiennes qui vous attend.

Le média US News a recensé les 30 sites incontournables des USA, et vous savez quoi ? Vous pouvez en retrouver une très grande majorité dans nos circuits! Du Grand Canyon à Boston en passant par la Nouvelle Orleans, de Seattle à Miami, on a créé pour vous des circuits signatures qui vous permettent de découvrir tous ces sites et bien plus encore! Alors, voici le TOP 5 des circuits avec nos prochains départs 2023:

1- La Route du Blues Tours

Un itinéraire de La Nouvelle Orléans à Chicago à la rencontre de l’histoire de ces bluesmen partis en quête d’une vie meilleure. Mais aussi l’occasion de découvrir Memphis & Nashville, des villes à jamais liées à la musique, pour un voyage musical, imminent ! Un road trip incontournable pour les amateurs de musique, une expérience de vie et des rencontres inoubliables.

Prochain départ en formule accompagnée:
du 23/04 au 07/05/2023

Votre voyage avec American Motors Travel:
15 jours /13 nuits dans le respect du sens historique de New Orleans à Chicago avec : 2 nuits à la Nouvelle Orléans, Memphis et Nashville pour profiter un maximum de l’ambiance, et de la vie nocturne. Ainsi que 2 autres routes légendaires => la « Natchez Trace Parkway » et la fameuse « Route 66 ».

2- Le Western Tours

Un de nos « Best Seller » sur l’Ouest Américain. Une boucle au départ de Los Angeles pour découvrir les plus beaux parcs de l’ouest américain en un seul voyage! Un incontournable, indémodable …

Prochain départ en formule accompagnée:
du 07/05 au 22/05/2023

Votre voyage avec American Motors Travel:
15 jours /13 nuits pour combiner la « Mother Road », la « Route One » et les parcs nationaux et sites les plus emblématiques de l’ouest américain dont Grand Canyon, Antelope Canyon, Monument Valley, Zion, Death Valley et Yosemite …

3- Le Best of The West Tours

LE condensé de l’Ouest Américain : De Los Angeles à San Francisco avec un petit kilométrage pour en profiter un maximum! Agrandissez votre voyage jusqu’à Moab pour ajouter Arches Park, Canyonland et Dead horse Point à votre liste!

Prochain départ en formule accompagnée:
du 06/06 au 25/06/2023

Votre voyage avec American Motors Travel:
19 jours/17 nuits avec une nuit inoubliable au cœur de la Vallée de la Mort, 2 nuits sur San Francisco et Los Angeles pour découvrir ces villes iconiques avec Las Vegas ainsi que 2 nuits sur Moab à la découverte des plus beaux parcs de l’Utah (dont Bryce Canyon, Capitof Reef en plus de Zion).

4 – La Route 66 Tours

LA traversée légendaire des USA ! De Chicago à Los Angeles, un parfum de nostalgie sur près de 4000km pour revivre les grandes heures de la « Mother Road ».

Prochain départ en formule accompagnée:
du 26/05 au 10/06/2023

Votre voyage avec American Motors Travel:
16 jours/ 14 nuits sur le vrai tracé de cette Route si mythique avec des étapes équilibrées pour vous permettre de profiter de toutes les « roadside attractions » qui vous attendent. Un guide amoureux de la « sixty-six », qui la connait mieux que quiconque et saura toujours vous remettre sur le droit chemin.

5 – Le Far West Tours

Immersion au pays des cow-boys dans cette boucle au départ de Denver. Le meilleur du Colorado et du Wyoming, en passant par le Dakota du sud, le Montana, l’Idaho et l’Utah. Bref, un concentré de paysages époustouflants à la sauce farwest.

Prochain départ en formule accompagnée:
du 15/07 au 30/07/2023

Votre voyage avec American Motors Travel:
15 jours/ 13 nuits combinant les grandes plaines, le mont Rushmore, le parc de Yellowstone aux parcs de l’Utah. Un voyage qui complète parfaitement notre Western Tours pour une découverte toujours plus approfondie de l’Amérique.

Du coup, si vous avez consulté la liste de US News, vous voyez bien qu’une bonne partie est déjà réunie dans les circuits présentés ici 😉. Pour le reste rendez-vous sur notre site, ou bien demandez-nous un voyage sur mesure

Parce qu’on ne vous propose pas que les USA, et que pour être complet on vous propose aussi des destinations trails. Voici deux pays qui répondront à vos attentes: L’ Argentine et le Chili. Deux circuits parmi les plus beaux paysages du monde et des passages par les cols eux aussi, parmi les plus hauts au monde ! Voici donc toutes les informations pour voyager dans ces deux merveilleux pays :

Formalités à prévoir

L’ARGENTINE

Pour un voyage en Argentine, il faudra vos munir de :

  • Votre passeport valide pour la durée de votre séjour (on vous conseille tout de même qu’il soit valide un peu plus longtemps)
  • Votre pass sanitaire attestant que vous avez bien reçu 2 doses de vaccins depuis plus de 14j.
  • Présenter la déclaration sur l’honneur relative à la COVID 19 dans un délai maximum de 48h avant le vol. La confirmation doit être présenté à la compagnie aérienne.
  • Souscrire à une assurance voyage prenant en charge les frais d’hospitalisation et d’isolement pour COVID-19, sans exclusions ou limitations pendant la durée du séjour.

LE CHILI

Les formalités pour le Chili sont un peu plus exigeantes à ce jour, il convient donc de s’y prendre en avance:

  • Votre passeport valable pour l’ensemble de votre séjour (comme pour l’Argentine on vous conseille d’avoir une validité un peu plus longue) En arrivant sur le territoire chilien, les autorités locales remettent une « Tarjeta Unica Migratoria ». La conserver pendant tout le séjour, elle sera exigée à la sortie du pays.
  • À partir du 1er septembre, pour entrer au Chili, les étrangers non-résidents devront présenter soit un certificat de vaccination complet (3 doses) contre le COVID-19 OU soit un test PCR négatif effectué maximum 48 heures avant le départ de leur pays d’origine. Ils pourront ensuite se déplacer librement dans le pays.
  • Souscrire à une assurance voyage prenant en charge les frais médicaux en cas de COVID-19 n’est plus obligatoire mais toutefois recommandé.

Le port du masque reste recommandé dans les lieux fermés.

Informations pratiques

Voici quelques informations à connaitre pour préparer votre voyage:
– Le décalage horaire pour l’Argentine est de -4 h en hiver et -5h en été (enfin le notre). Pour le Chili, il y a 4h de plus à Paris qu’au Chili en Hiver et +6h en été
– Langues parlées: dans les deux pays la langue officielle est l’espagnol (avec un bon accent quand même). Il existe également des langues amérindiennes qui sont encore parlées.
– La monnaie est le peso Argentin pour l’Argentine et le peso Chilien pour le Chili (jusque là tout va bien) . En Septembre 2022, 1€ = environ 139 pesos argentin et 1€ = environ 892 pesos chilien, donc attention au taux de conversion quand vous passez la frontière. Les cartes de crédit sont acceptées dans la plupart des endroits. Pour le retrait d’argent, vous trouverez de nombreuses banques qui vous permettront de retirer facilement (attention ouverte que le matin et privilégiez les grosses banques internationales). Pour connaître le cours rendez-vous ici ou autres sites de conversion.
Le pourboire est courant en Argentine comme au Chili. Au restaurant la coutume est de laisser 10% de l’addition et pour le taxi on arrondit à la dizaine supérieure, soit un pourboire de quelques centimes d’euro.
– pas besoin d’ adaptateur pour voyager en Argentine et au Chili ! Les prises électriques sont les même qu’en France.
– Climat: les hémisphères sont inversés par rapport à la France l’été sera donc de Décembre à Février et l’hiver de Juin à Septembre. Le Chili comme l’Argentine sont tout en longueur et subissent donc des climats différents entre le nord et le sud. Il faut également penser que les passages par les Andes, vous feront monter en altitude, donc il faudra penser à se couvrir! Globalement , les meilleures saisons restent les saisons intermédiaires, soit Octobre-Novembre et Avril-Mai.

Plus rien de vous retient pour nous demander conseils sur nos circuits trail en Argentine sur la Route 40 ou notre combiné Chili/Argentine !

Point de départ de plusieurs de nos circuits, capitale du Colorado et maintenant accessible en vol direct (en été) avec Air France/ Delta, Denver est définitivement une ville à découvrir ou redécouvrir! Alors, suivez le guide:

Comment visiter Denver ?

Ancienne ville minière pendant la Ruée vers l’or, Denver était la porte du Grand Ouest pour tous les américains partis chercher fortune. D’ailleurs, elle fut choisie comme capitale du Colorado en 1876, car c’était déjà à l’époque la plus peuplée. Appelée aussi « Mile High City » en raison de son altitude établie à 1 mile, soit 1609 m. Le point exacte se trouve sur les marches du Capitole.

Denver est une ville très agréable à visiter. En partie piétonne dans son centre-ville, elle se divise en plusieurs quartiers pour vous offrir des expériences toujours renouvelées:

En premier le Lower Downtown, appelé aussi LoDo, est le quartier historique. Construit autour de la gare qui a plus d’un siècle, le quartier regorge d’art contemporain, c’est là notamment que vous croiserez le fameux Ours Bleu (Blue Bear), un géant de 13 m de haut, qui est devenu l’un des symboles de la ville. Il se trouve au niveau de Convention Center (700 14th Street). Levez la tête entre la 14th et la 15th, des sculptures de chats vous appellent et égayent votre passage. Et vous voilà à Larimer Square, le cœur même de la ville et la première construite à Denver, ce qui lui donne un charme indéniable. La rue est piétonne et accueille bon nombre de restaurants et bars branchés ou même boutiques de cowboy, qui sauront vous satisfaire, un lieu idéale pour une soirée mémorable.

Au nord, la gare Union Station. Continuez encore sur Blake Street pour passer devant le Coors Field le fameux stade de baseball de la ville. Au bout vous atteindrez RiNo (River North Art District), un quartier artistique qui regorge de murales époustouflantes. Pour déjeuner, Denver Central Market est un bon plan.

Au sud, le Downtown qui est dominé par les gratte-ciel. Il est surtout traversé par la 16th street. Sans doute la 2° rue la plus célèbre de Denver. Cette rue piétonne de 1 km de long est le centre du shopping et de la détente. De nombreuses boutiques, cafés, restaurants et terrasses permettent de flâner paisiblement …

De l’autre côté de Colfax Avenue ( la plus longue rue de Denver et des USA !) se trouve le Capitole et le Golden District Museum, où vous trouverez des musées d’art et d’histoire mais aussi de très belles demeures historiques.

Pour vous balader et visiter les différents quartiers, pensez aux transports en communs notamment aux tramways, trolleys et bus (gratuit en centre-ville) ou aux vélos en libre service.

Activités et découvertes à Denver

Une des caractéristiques de Denver est son Beer Trail, vous pourrez en trouver le guide gratuit au Visitor Center, avec un itinéraire qui inclut la visite libre de 32 brasseries et micro-brasseries (sur les 150 que compte la ville et la région). Par ailleurs, on trouve à Golden (dans la banlieue de Denver et au charme du Far West), la brasserie Coors qui est la plus grande des USA. Une sorte de tradition historique, puisque la légende veut que la première structure permanente construite à Denver fut un saloon!

Et pour retrouver l’ambiance et l’esprit du Far West, plusieurs visites s’imposent : au History Colorado Center, ou encore au Buffalo Bill Museum avec la tombe du légendaire William Frederick Cody (en périphérie de Denver à Golden) qui vous offrira également une superbe vue sur la ville (depuis Lookout Mountain).

Toujours en extérieur de la ville, le Red Rocks Amphitheater, est également un incontournable. Un amphithéâtre naturel creusé dans la roche qui a accueilli les plus grandes stars : les Beatles, U2, Depeche Mode, Bob Dylan,  Jimi Hendrix, Grateful Dead … Le must: assister à un concert ou show lors de votre passage. Consulter le programme pour passer une soirée inoubliable !

Enfin, Denver est idéalement placée : à moins de deux heures des Rocheuses. Un formidable terrain de jeu pour les sportifs et surtout pour les motards en quête d’interminables lacets dans les montagnes avoisinantes dont les Rocky Mountains, et qui font une superbe toile de fond à la ville.

Ce sont pour toutes ces raisons que nous l’avons choisi, comme point de départ de nos circuits du Great West dont le Rocky Mountain Tours, ou encore le Far West Tours et surtout pour le must des bikers avec l’événement annuel incontournable : Sturgis Rally. Bref, vous l’aurez compris, une option à considérer si vous optez pour un voyage sur-mesure.

A l’occasion des 45 ans de la mort du King (le 15 Août 1977) et de la sortie du film « ELVIS », nous en profitons pour vous emmener dans les pas d’Elvis Presley, l’un des artistes solos ayant vendu le plus d’albums (retrouvez notre article sur son histoire ici). Alors direction les états du sud des USA, pour revenir sur la vie trépidante du King.

Tout commence à Tupelo…

Pour commencer, direction Tupelo, petite ville du Mississippi, à environ 2h au sud-est de Memphis. C’est là que naquit le 8 janvier 1935 Elvis Aaron Presley. Aujourd’hui, la minuscule maison (on s’approche plus de la cabane en bois d’ailleurs…) se visite, tout comme l’église pentecôtiste qu’il fréquentait et un musée exposant des objet remontant au tout début de sa carrière.

adresse : 306 Elvis Presley Dr, Tupelo, MS 38801

Un peu avant de rejoindre le centre-ville, vous pouvez également vous arrêter au Johnnie Drive In, un diner comme on les aime, qui n’a pas beaucoup changé depuis l’époque du King. D’ailleurs si la table en face de la porte d’entrée est libre, asseyez -vous! C’était la préférée d’Elvis qui s’installait toujours à la même (le panneau Elvis Booth vous l’indique).


adresse : 908 E Main St, Tupelo, MS 38804

Puis, prenez la direction du centre-ville pour pousser la porte du Tupelo Hardware Co. Là où sa mère lui acheta sa première guitare pour ses 11 ans et lança sans doute sa carrière (d’ailleurs on se félicite qu’elle n’ai pas cédé à ses premières envies : un fusil ou une bicyclette). N’hésitez pas à pousser la porte du magasin qui reste encore dans son jus et où vous pourrez vous tenir au même endroit que le King (marqué par une croix).

adresse : 114 W Main St, Tupelo, MS 38804

Vous pourrez également découvrir en ville, son école élémentaire (la Lawhon Elementary school, 140 Lake St) et son collège (Milam Junior High School, 720 W Jefferson St). Si vous vous trouvez en ville début Juin, ne manquez pas le Tupelo Elvis Festival (qui fêtera d’ailleurs ses 25 ans en 2023).

…Direction Memphis pour l’ascension du King

A l’âge de 13 ans, ses parents déménagent à Memphis en quête d’une vie meilleure. Après avoir habité dans une pension de famille, il emménagent aux Lauderdale Courts (des logement sociaux) qu’ils occuperont du 1949 à 1953. L’appartement a été conservé en l’état, mais il faut prendre RDV pour le visiter (au 252 N. Lauderdale Courts) et les places sont vite prises.


adresse : 185 Winchester Ave, Memphis, TN 38105

Rejoignez le Sun studio, là où sa carrière à vraiment commencé. Une visite incontournable de Memphis, où ont enregistré les plus grands (Johnny Cash, Roy Orbison ou encore Jerry Lee Lewis…). C’est là qu’il sera repéré en enregistrant son premier disque « That’s all right Mama » un cadeau qu’il destinait à sa mère. Vous pourrez même vous tenir dans la salle d’enregistrement derrière le micro utilisé par le King en personne!


adresse : 706 Union Ave, Memphis, TN 38103

Le clou du spectacle pour une visite de Memphis reste bien sûr Graceland, Le manoir qu’il acheta (en 1957 à seulement 22 ans!) un peu en périphérie de la ville pour accueillir toute sa famille. L’occasion de rentrer dans l’intimité du King car une grande partie de la demeure se visite (une visite en français grâce à une tablette et un audio guide). Vous pourrez d’ailleurs vous recueillir sur sa tombe dans le jardin de méditation. On vous en fait déjà fait le tour détaillé ici

Sur le trottoir d’en face ce n’est pas moins de 7 salles d’exposition consacrées à Elvis qui vous attendent (ses costumes, ses disques d’or, ses voitures et même ses avions privés!) et tout autant de boutiques. Alors si avec tout ça vous ne ramenez pas un petit souvenir…

adresse : 3717 Elvis Presley Blvd, Memphis, TN 38116

Il existe bien d’autres endroit dans Memphis pour partir sur les traces du King :

  • Le Peabody Hotel (149 Union Ave): également l’un des plus vieux de la ville. C’est dans cet hôtel de luxe qu’Elvis signa son premier contrat avec la RCA (une salle lui est dédiée). Le petit plus, si vous y allez à 11h ou à 17h vous pourrez assister à la marche des canards qui viennent se prélasser dans la fontaine du lobby. Là encore un incontournable!
  • Lansky Brothers: (126 Beale Street, sous le Hard Rock Café et au rez de chaussée du Peabody Hotel) C’est là qu’Elvis s’habillait, il a d’ailleurs été surnommé « l’habilleur du King ». Alors pour une chemise à la « Elvis » c’est là qu’il faut aller.
  • Stax Sudios (926 E. Mclemore Ave.): Plutôt consacré à la soul, Elvis y enregistra 3 albums (« Good Times », Raised on rock », « Promise Island »

Pour manger comme Elvis :
L’Arcade Restaurant (540 S Main St) : un des plus vieux restaurant de ville où Elvis avait pris ses quartiers. Sa table? Première salle à gauche le long de la baie vitrée, pour observer l’extérieur.
Colleta’s Restaurant (1063 South Parkway East) : une adresse italienne, authentique. Direction la salle qui lui est consacrée, vous trouverez au fond de celle-ci la table sur laquelle il mangeait.
Hernando’s (3210 Old Hernando Road): un roadhouse où Elvis s’est produit.
Marlowe’s restaurant (4381 Elvis Presley Bvd): un spécialiste des Ribs où Elvis aimait aller manger (cherchez la plaque qui indique sa table)

Dans le reste des USA

Si le King a passé une majeur partie de sa vie à Memphis, d’autres sites sont à voir si vous souhaitez compléter votre pèlerinage:

Le lien entre la ville Las Vegas et Elvis est indéniable. Il y a donné plus de 800 concerts à guichets fermés au Las Vegas Hilton (devenu aujourd’hui le Westgate Las Vegas) entre 1969 et 1976. Mais c’est aussi dans la ville du péché qu’il épousera Priscilla Beaulieu en 1967 dans la chapelle de l’Aladdin Hotel (en partie détruit aujourd’hui et devenu entre temps le Planet Hollywood). Il y avait également tourné le film  » Viva Las Vegas  » en 1963, dont la fameuse chanson sera l’un de ses tubes.

L’île d’Oahu, à Hawaii l’un des endroit préféré d’Elvis qui y passera ses vacances mais y donnera également des concerts, notamment le cultissime  » « Aloha from Hawaï  » qui fut retransmis par satellite. Pour être sûr de marcher dans ses pas, réservez une chambre au Hilton Hawaiian Village Waikiki Beach Resort.

Et bien sûr son étoile sur le Walk of Fame (au 6777 Hollywood Blvd) à Los Angeles.

De son enfance à sa mort le King a laissé des traces, il ne vous reste plus qu’à les suivre…Et si vous êtes un grand fan, n’hésitez pas à nous demander conseils pour adapter votre prochain circuit sur-mesure !

Direction une autre de nos destinations phares l’Afrique du Sud, située à la pointe méridionale du continent africain, qui réunit plus de 50 millions d’habitants issus d’une multitude de cultures différentes. Plus grande que l’Allemagne, la France et l’Italie réunies, le territoire couvre une superficie de 1 221 037 km2. Le pays possède environ 3 000 km de côtes, baignées par l’océan Atlantique à l’ouest et l’océan Indien à l’est. L’Afrique du Sud peut être grossièrement divisée en deux régions principales, un plateau intérieur et une plaine côtière. Les deux régions sont séparées par un grand escarpement, composé de collines et de massifs montagneux, dont le fameux Drakensberg, qui culmine à 3482 mètres. Voici notre petit guide pour voyager dans ce somptueux pays :

Formalités à prévoir

De quoi avez vous besoin pour voyager en Afrique du sud:

Votre passeport valable 30 jours après la date de retour avec 2 pages vierges disponibles. (un permis de séjour de 90 jours sera délivré à la frontière et à l’entrée sur le territoire sud-africain)

Et c’est tout! Plus de test PCR ni de certificat de vaccination à présenter aux autorités. Nous vous conseillons toutefois d’être vacciné contre la Covid pour voyager dans le pays. Et également d’être à jour dans les vaccinations classiques.

Informations pratiques

Voici quelques informations à connaitre pour préparer votre voyage:
– Le décalage horaire n’est que d’une heure entre la France et l’Afrique du Sud. (+1h en hiver et 0 en été).
– Langues parlées: il existe pas moins de 11 langues parlées en Afrique du Sud, mais pas d’inquiétude, l’une des langues officielles est l’anglais.
– La monnaie est de Rand que vous trouverez pour l’abréviation R ou ZAR pour « Zuid-Afrikaanse rand ». L’unité monétaire est le Rand divisé en 100 Cents. Les billets représentent les 5 grands animaux (Big Five) : 10, 50, 100, 200  Rands. Les pièces de monnaies sont de : 5, 10, 20, 50 Cents et 1, 2 et 5 Rands. Pour connaître le cours EUR – ZAR rendez-vous ici ou autres sites de conversion. En Août 2022, 1€ = environ 17 ZAR. Les cartes de crédit sont acceptées dans la plupart des endroits. Pour le retrait d’argent, vous trouverez de nombreuses banques qui vous permettront de retirer facilement. Le coût de la vie est environ 30 fois moins élevé qu’en France.
Tout comme aux USA , il est de coutume de laisser un pourboire, notamment au restaurant où le salaire des serveurs est très bas. Prévoyez de laisser 10% à 15% du montant total. Normalement, le pourboire n’est pas inclus à la note et ce sera à vous de le calculer, mais vérifiez quand même votre note, car certains établissement l’incluent automatiquement (auquel cas, cela sera indiqué). Il faudra également prévoir un pourboire pour le pompiste, prévoyez 10 Rand, mais pas d’inquiétude le litre d’essence est aux alentours de 15 à 17R (soit entre 0.88 et 0.99cts)
– Il vous faudra prévoir un adaptateur pour voyager en Afrique du Sud, les prises électriques comportant 3 fiches rondes. par contre pas de problème pour le voltage qui est le même qu’en France.
Climat: les hémisphères sont inversés par rapport à la France l’été sera donc de Décembre à Février et l’hiver de Juin à Septembre. L’Afrique du Sud est très étendue et subit donc des climats différents entre le nord et le sud. Globalement , les meilleures saisons restent les saisons intermédiaires qui permettent d’éviter les pluies, soit Octobre-Novembre et Avril-Mai.

Vous voilà avec toutes les informations nécessaires pour organiser votre séjour. Mais bien sûr le mieux reste de prendre conseil auprès de votre agence préférée, si vous avez la moindre question!

Ca y est, vous êtes fin prêt pour un superbe voyage aux USA, mais juste avant de démarrer enfin votre Roadtrip il vous faudra affronter votre vol long-courrier. Un voyage aux Etats-Unis, représente minimum 7h de vol (pour la côte Est, pour Los Angeles en revanche il faut compter 11-12h). Pas de panique ! Nous vous avons sélectionné LA liste des indispensables pour survivre aux longues heures de vol :

1- Le cadenas TSA

En préparant vos bagages, pensez à prendre un cadenas TSA, si votre bagage ne comporte pas déjà une système à code. Ces cadenas sont reconnus par l’administration américaine et peuvent être ouverts par les douaniers. A clés ou à codes, il vous évitera de voir fracturer votre cadenas …

2- Un coussin tour de cou

Accessoirement appelé aussi « coussin d’avion » donc peu de chance de vous louper dans votre choix. Après à vous de voir, à mémoire de forme, ergonomique, gonflable, avec des poches… Il y en a pour tous les goûts, mais le gonflable remporte notre adhésion pour être facilement logeable dans la moto pendant le voyage. Un indispensable surtout pour votre vol retour qui se fera de nuit.

3- Des écouteurs ou un casque sans fil

Certes, la compagnie fournie souvent une paire, mais vu leur qualité si vous souhaitez profiter des films, séries, documentaires … qui vous seront proposés, nous vous conseillons vivement d’investir si ce n’est pas déjà fait. Les références en connectés/Bluetooth : Bose, Sony, Jabra, JBL Liv… A noter si vous êtes en Bluetooth, il vous faudra un adaptateur pour vous connecter.

4- Un masque de nuit

De quoi vous isoler de la lumière de vos voisins ou des écrans avoisinants … Histoire de prolonger un peu votre voyage dans les bras de Morphée et arriver ainsi en pleine forme à destination. A savoir, la majeure partie des compagnies régulières en fournisse un.

5- Des bouchons d’oreilles

Si vous avez l’habitude de dormir dans le plus grand calme, les bouchons deviendront vos meilleurs amis. Sans parler du bruit que peuvent faire vos voisins, ils vous permettront de vous isoler du bruit des réacteurs. Certains sont même faits pour vous aider au moment de la descente et éviter que vos oreilles se bouchent (appelé FlyFit), d’autres permettront de réduire et/ou isoler le bruit … A noter que pour les motards ils peuvent également servir sur la route si besoin.

6- Des chaussettes de contention

Même si vous n’avez pas de problème de circulation, les chaussettes ou bas de contention offrent un réel confort (pas très Glam’ certes, mais fort utile). Hormis le fait qu’elles peuvent littéralement vous sauver la vie (en vous évitant une phlébite), elle permettront surtout que vous n’atterrissiez pas avec les chevilles/pieds gonflés.

7- Un kit d’hygiène

De quoi vous rafraichir un peu avant d’atterrir. Pas vraiment besoin de description de ce que vous pouvez faire avec, on est sûr que vous saurez vous en servir :), idéalement prenez également une tenue de rechange au cas où.

8- Une couverture

Si vous voulez passer la meilleure des nuits en avion, pourquoi ne pas partir directement avec sa couverture? Car oui en avion, les températures ne sont pas des plus chaudes et avec la fatigue vous le ressentirez d’autant plus… Certes la compagnie vous donnera une sorte de plaid (parfois seulement au retour pendant le vol de nuit). Donc à l’aller, on vous conseille plutôt de bien vous couvrir et de voyager confortable.

9- Hamac ou coussin repose pieds.

Bon pas le plus indispensable mais un véritable petit plus pour le confort. Là en l’occurrence surtout pour celles et ceux qui ont des problèmes de dos ou une mauvaise circulation sanguine.

10- Un bon livre et des chewing-gums

Ca, vous pourrez le trouver directement à l’aéroport. Si vous ne souhaitez pas regarder de films, prévoyez un bon bouquin, magazines … pour passer le temps. Un autre incontournable, un paquet de chewing-gum, pour après le repas, certes, mais surtout pour la montée et descente, mâcher vous permettra de faire fonctionner vos mandibules et de déboucher vos oreilles. Histoire de passer un bon voyage jusqu’au bout!

Et voilà avec tout ça, vous ne devriez pas voir passer vos heures de vols. Même si clairement l’étude de votre guide personnalisé AMT, application digitale ou tout autre document personnalisé, restera le meilleur des passe-temps! Un dernier conseil: reposez-vous bien malgré votre excitation de voyager et ce même dans le vol aller qui est un vol de jour. Il vous faudra être en forme dès votre arrivée pour profiter un maximum de votre voyage et vous caler rapidement sur un nouveau fuseau horaire.

En bon français épicurien, la nourriture est l’une de nos préoccupations principales lorsqu’on part en voyage et surtout aux USA. Au royaume de la malbouffe on appréhende un peu de ne trouver que des burgers. Alors pour vous aider dans vos recherches (car en baroudant toute la journée, vous n’avez plus envie de passer 2 h à chercher un restaurant), voici notre guide détaillé où nous vous distillons une nouvelle fois, notre précieux conseil :

Pour commencer, le mieux est de faire le point sur les différents moments de la journée :

  • Le breakfast : l’équivalent du petit déjeuner, mais beaucoup plus copieux aux USA (et variant du PDJ anglais), composé le plus souvent des fameux pancakes nappés de sirop d’érable et accompagnés de myrtilles (ou autres fruits), mais on trouve aussi des french toast (pain grillé), des céréales, des hash browns (sorte de galette de pomme de terre) et bien sûr des œufs et bacon (ou saucisses, jambon …). Sans oublier leur jus de chaussettes, un café très très allongé et le plus souvent proposé à volonté (ou thé/chocolat chaud).
ŒUFSVIANDEPAIN
Scrambled BrouillésBaconbaconwhite pain de mie 
Sunny side up au platJambonhamwhole wheat blé complet
Over easyretourné et cuits légèrementSaussices américainessausage French baguette
Petit lexique pour commander

Vous pouvez aussi choisir des haricots (beans) dans une sauce sucrée, du fromage en tranche type Cheddar (Cheddar Cheese), des flocons d’avoine (Oatmeal), des muffins (à la myrtille, à la framboise…), des donuts, des fruits coupés (fruits), ou encore des gaufres (waffles), avec souvent un large choix: nature ou au bacon, à la noix de coco, à la noix de Pecan ou avec des fruits…

Bref, ça reste un bon plan pour commencer la journée le ventre plein (pour pas cher et peut être même en version brunch, pour des économies afin de réduire à 2 repas par jour).

Quelques adresses incontournables:

  • Ihop: carte à la fois sucré et salé, c’est le spécialiste du pancake mais vous y trouverez également omelettes, french toasts, saucisses… Rappelez-vous de quoi expérimenter un petit dej à l’américaine!
  • Waffle House: la « maison de gaufre à la sauce américaine », l’ambiance typique des diner américain, à ne pas louper…
  • The Original Pancake House: authenticité et identité nationale, pancakes, crêpes mais aussi omelette pour commencer la journée du bon pied !
  • Cracker Barrel: c’est la cuisine de » maman « typique, mais aussi un general store où l’on trouve de la déco, de la nourriture et de la musique purement américaine, le tout dans un décor western.
  • Perkins Restaurant and Bakery: spécialiste du petit déjeuner, du sucré du salé, vous en trouverez pour tous les goûts!
  • Denny’s: C’est le restaurant du petit déjeuner aux USA depuis 1953, ouvert 24h sur 24 avec pancakes et café à volonté ! Valable aussi pour le reste de la journée, vous y trouverez de quoi manger de tout et à toute heure (mais restez quand même plutôt sur les p’tit dej).
  • Applebees : idem restaurant de style américain qui propose de tout : de quoi manger un bon petit déj mais aussi ribs, steaks, hamburgers, fajitas, poisson. Il y a également des pâtes, des salades. Impossible de ne pas trouver son bonheur.

Le Lunch : notre déjeuner, mais le plus souvent pris sur le pouce aux USA, l’occasion pour eux d’avaler une salade (avec une liste longue comme de bras de différentes sauces pour agrémenter) ou un sandwich, et peut être, pour vous l’occasion de tester l’un des nombreux food trucks présents en ville ou les food court typiques (sorte de cafétéria notamment présentes dans les centres commerciaux où vous retrouvez toute sorte de restauration autour d’une place centrale, ainsi chacun mange ce qu’il veut !).
Alors, pour votre pause déjeuner, on vous conseille de suivre leur exemple pour gagner du temps et de l’argent! Dans ce type de restaurant, pas de tips et des taxes réduites et surtout cela vous permettra de manger et de repartir à l’assaut de la route plus rapidement.

Voici donc quelques chaînes que vous trouverez sur votre route:

  • Inn-N-Out Burger (l’un des plus vieux fast food et dont Barack Obama raffole)
  • Five Guys (qui commence à arriver en France)
  • Shake Shack (initialement à NYC mais s’étend sur le territoire)
  • Wendy’s (3eme plus grande chaine aux USA, après McDonald’s et Burger King, que nous connaissons),
  • Panda Express (fast-food asiatique),
  • Tacobell (hispanique, pour ses burritos entre autres),
  • Sbarro (style italien, pour les pâtes, pizzas & salades) ou encore Olive & Garden,
  • Red Lobster & Joe’s Crab Shack : produits de la mer (homard ou crabe donc),
  • Chaine de restaurants (ceux déja cités : IHOP, Denny’s, Applebee’s puis T.G.I. Fridays, Ruby’s, également un « diner » vous avez le choix avec des burgers, sandwiches, salades, soupes, omelettes et pancakes, également réputé pour ses glaces & milkshakes. Ou encore Outback Steakhouse) … Renseignez vous éventuellement sur les Today’s specials, l’équivalent de notre plat du jour, pour découvrir la gastronomie locale.

N’hésitez pas à prévoir un pique-nique, les parcs ont des aires plutôt bien aménagées: dans ce cas privilégiez Subway, Jersey Mike’s Subs ou en supermarché : Target, Wal-Mart et particulièrement Whole Foods Market (supermarché bio avec salade bar, plats …).

Le Diner : notre dîner, attention, les américains mangent beaucoup plus tôt, les restaurants sont en général ouvert à partir de 17h/17h30 et la plupart ferment vers 21h ! Ne vous faites pas piéger ! Vous pouvez privilégier la formule ALL YOU CAN EAT (buffet à volonté). Quelques chaînes déjà évoquées proposent des formules de ce genre: Applebee’s Denny’s… mais les champions en la matière restent les restaurants des hôtels de Las Vegas ! Attention à ne pas confondre avec self-service buffet (pas illimité, justement comme au Whole Foods Market, par exemple).

Sans oublier les OWNED RESTAURANTS, qui n’appartiennent à aucune chaînes, mais qui n’en sont pas moins intéressants, ne vous inquiétez pas on les a repéré pour vous, et vous les retrouverez dans vos guides personnalisés ou en formule accompagnée selon la recommandation de votre guide/accompagnateur.

APPETIZERS (entrées)
Clam chower velouté de palourdes (typique à San Francisco)
Coleslawsalade choux/ carotte (Souvent proposé en accompagnement)
Caesar’s salad salade garnie de croûtons avec une sauce à l’ail
MAIN COURSES
(plats principaux)
Sirloin Steackfaux-filet de Bœuf
T-boneEntrecôte complète
Chicken Breast Blanc de poulet 
Shrimps & scallops crevettes et coquilles St Jacques 
Quelques mots de vocabulaire

Mais voici également quelques noms de chaînes pour trouver rapidement de quoi manger le soir et éventuellement manger un peu plus tard, pour la plus part dans un esprit pub :

  • Lucille’s Smokehouse BBQ : comme son nom l’indique c’est plutôt un restaurant de viande mais à l’inspiration du Sud, ainsi même en Californie, vous pourrez goûter aux fameux jambalaya ou Gumbo de la nouvelle Orleans…
  • Lazy Dog : on y trouve également de tout avec les inspirations du monde, à noter, ils brassent leur propre bière.
  • Yard House : à l’origine une chaîne de bar sportifs typiquement américain, mais cette fois-ci avec une cuisine élaborée que celle d’un pub classique : burger à la dinde, à l’agneau ou aux truffes, poulet à l’orange et plat traditionnels vous attendent mais surtout ils proposent pas moins de 100 bières à la pression !
  • Bj’s restaurant Brewhouse : là encore la carte est immense et vous trouverez forcément votre bonheur ! Entrée, soupe, salade, steak, pâte, burger, pizza et ribs. Ils brassent également leur bière qui a été plusieurs fois primée aux world beer cup et au Great American Beer Festival (de Denver).
  • Marie Callender’s : cuisine américaine plus typique, vous trouverez notamment les traditionnelle « pie » (tarte ou tourte), d’ailleurs le nom complet c’est Marie Callender’s restaurant & bakery.
  • Hooters : là on est dans le typique américain (le pub avec de quoi grignoter : wings, tacos, sandwiches, burgers…) la chaîne est surtout connue pour les serveuses « en uniformes légers » (mini-short et tee-shirt échancrés) avis aux amateurs et équité oblige aux serveurs dénudés !
  • Buffalo Wild Wings : plutôt « bar à sports » que dans un restaurant mais on y goûte l’ambiance typiquement américaine un soir de match,
  • Red Robin : même ambiance pour cette chaîne avec un très grand choix de burgers (au saumon, à la dinde, à la viande au poulet, garniture aux champignons, aux fromages, au Chili…),
  • Karl Strauss : une carte bien remplie pour accompagner votre bière.

Spécialiste de la mer :

  • Red Lobster : une des chaînes les plus connue pour les produits de la mer (n’oubliez pas votre fameux bavoir), vous y trouverez toutes les formes d’associations et même des plats « terre & mer » et pour les inconditionnels, on y trouve quand même des steaks.
  • Joe’s Crab Shack : chaîne également dédié aux produits de la mer dans un esprit décontracté. PS : faites un tour par la boutique.

Spécialiste de la viande : amoureux de la viande, welcome, pas besoin de détailler, mais voici la liste des spécialistes :

  • Black Angus Steakhouse
  • Famous Dave’s
  • Sizzler : plutôt un spécialiste de la viande (il y a aussi du poisson) mais vous y trouverez également un bar à salade et à dessert.
  • Dickey’s Barbecue Pit : restaurant dédié à toutes les viandes fumées (boeuf, porc, saucisse, dinde…)
Pour la cuisson :
well doneBien cuit
medium cooked/ medium rareà point 
raresaignant 

En ce qui concerne l’alimentation, la nourriture américaine est riche des différentes cultures et de l’immigration qui la compose donc, vous trouverez beaucoup de nourriture asiatiques ou mexicaines, très présentes dans l’ouest. D’une certaine manière la nourriture américaine est un peu la synthèse des différentes cuisines du monde, dont les influences perdurent jusqu’à nos jours.

En Louisiane, goûtez à la cuisine cajun (gumbo, jambalaya, po-boy…). En territoire navajo, laissez-vous tenter par le fry bread traditionnel. Sur les côtes atlantique et Pacifique, la cuisine de la mer est reine : clams, Chowder, jumbo shrimps (beignets de crevettes), fish & chips, crabe et écrevisse… Dans le Wyoming ou au Colorado, osez les célèbres Rocky Mountains oysters (non, il ne s’agit pas d’huîtres… mais de testicules de taureaux fries !) et si vous êtes moins téméraires tentez les steaks de bison ou de wapiti. A Chicago, tentez la stuffed pizza locale et au Texas, le corn dog ! Et surtout ne manquez pas les fameux steackhouse et BBQ locaux. Pour les desserts, essayez les différentes tartes : Key lime-pie en Floride, Peach Cobbler et le pecan pie dans le sud-est, ou encore le fameux cheesecake à New-York, et bien sûr en automne la tarte à la citrouille ! Et si vous avez une âme d’aventurier, tentez les pâtisseries chargées de crème et de sucre (les américains étant particulièrement friands de cannelle).

En version rapide et pour changer des burgers, vous pouvez vous laisser tenter par :

  • California Pizza Kitchen : des pizzas à toutes les sauces, mais également des pâtes, soupes, powerbowl ou encore salades.
  • Mimi’s Café : Cocorico pour cette chaîne à l’inspiration française ! bon c’est un mix avec la culture américaine donc la soupe à l’oignon côtoie la corn chowder mais on y trouve croque-monsieur et quiche lorraine bien de chez nous.
  • Macaroni Grill : là encore d’inspiration italienne, mais on y trouve de tout : soupe, salade, pâte, viande, poulet, poisson et pizza.  
  • Luna Grill Fresh Mediterranean : comme son nom l’indique inspiration méditerranéenne pour cette chaîne. Falafel, pain pita, feuille de vignes farcies et salade à la feta sont au menu.
  • Elephant Bar : inspiration du monde pour cette chaîne (mexicaine, indienne, thaï…) mais aussi menu américain.
  • Buca Di Beppo : retour en Italie sous le signe du partage, les portions sont pour 2 au 3 personnes. Pâtes, pizzas, salades, lasagnes, cannellonis au menu.
  • Benihana, Sakura : ce sont deux chaînes de Tepaniaki les plus connues. Cette cuisine japonaise où l’on utilise une plaque chauffante pour cuire les aliments et où le chef dédié fait le show. De quoi passer une très bonne soirée !

Et pour le Dessert :

  • The Cheesecake Factory : pour les fans de série vous avez déjà vu à quoi cela ressemble (The Big Bang Theory). Alors bien sûr le restaurant est spécialisé dans le cheesecake, mais vous y trouverez également de quoi vous restaurer : burger, pâtes, pizzas, salades …
  • Dunkin Donuts : pas vraiment besoin de détailler, des donuts en veux-tu en voilà, à tout les goûts à l’américaine!
  • Cinnabon: le fameux Cinnamon Roll (roulé à la cannelle), c’est une institution aux USA au point d’avoir sa propre chaîne consacré !
  • Smoothie King, Yogen Fruz….En gros chaque spécialité a sa chaîne aux USA, donc vous ne manquerez pas de choix pour un dessert ou un goûter…
Un peu de vocabulaire :
Je ne mange pas de viande : I don’t eat meat Allégé : Diet (pour un coca) ou Low fat
Chaud : HotFroid : Cold 
Sur place : To stay / Here A emporter : Take away 
Encore un peu, s’il vous plait : Can I have some more, please?L’addition s’il vous plait: The bill/check please

Bref, vous l’aurez compris il y en a pour tous les goûts & tous les budgets, vous aurez l’embarras du choix. Le système de chaîne est très répandu mais cela ne veut pas dire que l’on ne peut pas bien y manger, cela veut surtout dire se restaurer rapidement (à l’américaine donc) pour continuer nos aventures et profiter pleinement !

https://www.american-motors-travel.com/

Un endroit mythique si il en est, un passage incontournable entre Las Vegas et San Francisco cela va sans dire et une découverte indispensable. Bref, si vous rejoignez la côte depuis la « ville du pêché », vous n’y couperez pas et surtout on vous conseille de ne pas passer à côté! Petite présentation de l’un des endroits les plus connu de l’Amérique.

Pourquoi visiter la Vallée de la mort ?

Pour la petite histoire, le nom vient d’un groupe de pionniers de la Ruée vers l’or, les 49’ers (puisqu’ils ont commencé leur périple en 1849). La dernière étape était Salt Lake City avant d’attaquer la Sierra Nevada (et ses neiges), et rejoindre ainsi les mines de la Californie. De précédents convois avaient déjà fait les frais du climat rude des montagnes de l’est, et les histoires à faire frémir restaient encore dans les mémoires. Les pionniers décident donc de tenter d’autres chemins mais finissent par se retrouver aux portes de la Death Valley. Ils restèrent bloqués plusieurs mois dans cette vallée dépourvue à première vue de vie animale ou végétale et c’est lorsque les derniers furent enfin secourus, qu’une femme se serait retournée et aurait lancé : « Goodbye, Death Valley » (« Au revoir, Vallée de la Mort »), donnant au lieu son nom glaçant. En fait, personne n’est mort lors de cette expédition à part un homme, âgé et malade. Le parc sera classé National Parc en 1933 par le Président Hoover.

Tout simplement parce que on ne pas passer à côté ! Vous voilà dans l’endroit le plus chaud le plus sec, le plus bas des USA et l’un des plus grands parcs nationaux ! C’est surtout une terre de contrastes entre les montagnes et notamment le Mont Witney (4 400m) qui gardent leurs sommets enneigés en hiver, les dunes de sables dorées ou encore les déserts de sel. Bref de quoi en prendre plein les yeux en faisant quelques miles à travers ce joyaux.
Et puis, ce parc n’est qu’à 2h15 de Las Vegas et un peu plus de 3h de Mammoth Lake clairement de quoi passer d’un extrême à l’autre!

Que voir dans la Death Valley ?

La Vallée de la Mort regorge d’attractions et de point de vue et il faudrait plus d’une journée pour tout découvrir. Mais voici déjà une première liste de ce que vous trouverez sur votre chemin:

MESQUITE FLAT SAND DUNES
C’est là que l’on trouve les dunes de sables dont on vous parlait plus haut. Un paysage de mirage en plein été qui semble irréel, comme posé là. Elles ont d’ailleurs été utilisé dans de nombreux films (dont Star Wars)

ZABRISKIE POINT
Sans doute un des points de vue les plus connus du parc et un incontournable. Des formations géologiques qui se sont formées avec l’érosion donnant aujourd’hui l’impression que la colline coule. Le lieu était autrefois utilisé dans l’exploitation du Borax, et il est tellement incroyable que le réalisateur Michelangelo Antonioni donna son nom à son film de 1970. S’y rendre au lever ou au coucher du soleil permet d’en apprécier toute la beauté.

DANTE’S VIEW
Une vue à 360° sur une grande partie de la Death Valleyy. C’est là qu’on se sent tout petit à plus de 1500 m d’altitude. Vous apercevez en bas Badwater qui est le point le plus bas du parc.

ARTIST’S DRIVE ET ARTIST PALETTE
Si il y a bien un endroit où la nature expose tout ce qu’elle a de magique, c’est ici . Le rouge, le rose, le jaune, le turquoise, se mélangent et teintent la pierre pour vous offrir des vues et des photos à couper le souffle.

DEVIL’S GOLF COURSE
Pas de golf ni de diable mais un lac asséché laissant à l’air libre des formations de sel aux arrêtes tranchantes et aux formes fantastiques.

BADWATER 
C’est là, le point le plus bas des USA (d’ailleurs un panneau vous indique le niveau de la mer 86 m au dessus de vous sur la paroi rocheuse). Il y a 3000 ans il y avait un lac mais aujourd’hui, il ne reste plus que la croute de sel dû à l’évaporation… Il reste tout de même quelques flaques où vous pourrez voir des insectes, comme quoi la vie trouve toujours son chemin (pour ceux qui ont la référence)

FURNACE CREEK
C’est la localité principale de la Vallée de la Mort, et quasiment son centre. C’est surtout une halte bienvenue pour cette oasis (artificielle) au milieu du désert. Vous y trouverez le Visitor Center, 2 hôtels (Furnace Creek Inn et Furnace Creek Ranch. Le seul autre, le Stovepipe Wells se trouve quelques kilomètres plus au nord), quelques boutiques, un terrain de golf, une station-essence (très chère), un bureau de poste, et le Borax Museum (pour en apprendre plus sur l’exploitation de ce minerai qui amenait un peu de vie dans la Vallée).

La liste ici n’est clairement pas exhaustive, et vous verrez des indications pour des canyons et d’autres vallées lors de votre passage mais croyez nous c’est déjà pas mal quand les températures atteignent leurs extrêmes!

Conseils pour visiter la Death Valley

Vous l’avez compris maintenant et vous le savez surement dans la Death Valley il fait chaud , très chaud! Elle détient d’ailleurs toujours le record de température mondiale avec 56.7°C relevé en 1913. Et sans aller jusqu’à ce pic, les températures en juillet et Août peuvent atteindre 47° à 50°c sans problème. Donc visiter la Death Valley en été cela s’organise!

  • Ne prévoyez pas de faire des randonnées durant les mois d’été, les petites marches pour rejoindre les points de vue vous éprouveront suffisamment.
  • Prévoyez d’avoir suffisamment d’eau à votre disposition pour vos visites ou votre traversée. Il est extrêmement important de s’hydrater.
  • Pour les motards, le t-shirt manche longue est de rigueur pour éviter les brulures du soleil (même si évidemment une veste restera plus sécuritaire) et on prévoit forcément une pause à Furnace Creek pour reposer les corps & moteurs (le loueur préconise à cet effet d’éviter de la traversée de fin juin à la fin août).
  • Pour les conducteur de 4 roues, utilisez la clim avec parcimonie (attention au contraste important et lorsque vous solliciterez de trop votre véhicule) et pensez à vérifier vos niveaux avant de partir.
  • On n’aime pas le GPS, mais là il est nécessaire de l’avoir à portée de main. Vous ne pouvez pas vous permettre de vous perdre. Ne quittez jamais votre véhicule en cas de panne.
  • Et dernier conseil: privilégiez les visites à la fraiche le matin ou le soir pour ceux qui ont la chance de dormir au cœur du parc. Le reste du temps, profitez de la piscine des hôtels 😉

Mais il ne faut pas non plus avoir peur de la visiter car si 1 million de touristes par an s’y rende, c’est bien qu’il y a des choses qui valent le détour… Suffit de bien y être préparé (et nous sommes justement là pour ça).
Le prix d’entrée est de 30$ par voiture /25$ par moto (mais elle fait partie du pass America The Beautiful)
. Bonne visite !

A notre humble avis, la musique est un élément essentiel à ne pas négliger lors d’un road trip sur l’ouest américain. Les distances peuvent être longues, on a donc compilé sous un seul et même lien les indispensables (selon nous) à écouter sur les routes américaines !

https://open.spotify.com/playlist/4FaiBuCKw0j6K0KA9oB2uS?si=eOjqBA9iQkKBTGoTd2xkvw&utm_source=copy-link

Que ce soit dans votre voiture de location ou au guidon de votre moto (pour celles qui sont équipées de radio) ou encore dans vos écouteurs, vous voilà avec quelques heures d’écoute !

Vous voilà dans la « Sin City », un incontournable des road trips dans l’ouest américain, mais qui conserve quelques subtilités à connaitre. Si on vous a déjà fait un article sur les immanquables à visiter (à retrouver ici), voici les aspects plus pratiques pour profiter de votre séjour:

Les Resorts Fees & parkings à Las Vegas

Les Resort Fees : en traduction, de « frais de villégiature ou frais d’établissement ». Cela fait plusieurs années que les Resort Fees existent maintenant, indépendants du prix de la chambre, ils sont à régler sur place. Ces frais donnent accès à des choses aussi différentes que le Wifi, le téléphone, la piscine, les journaux du jour, la salle de fitness, les serviettes pour l’extérieur …La liste ici n’est pas exhaustive et dépend quasiment de chaque établissement. Et même si vous vous dites que vous n’avez pas besoin de toutes ces choses pour une seule nuit à Las Vegas, vous ne pourrez malheureusement pas y couper. Ils sont facturés par nuit et par chambre, nous vous conseillons de les régler dès le check-in (prise de votre chambre) en espèces de préférence (sauf si vous n’avez pas de frais bancaire avec un paiement en CB), vous pourrez ainsi rendre la clé magnétique dans la box prévue à cet effet sans avoir besoin de repasser au comptoir.

Deuxième chose qui a changé ces dernières années : les parkings. Si auparavant ils étaient gratuits pour les joueur du casino et les « guests » de l’hôtels, c’est maintenant chose révolue sur la plupart des hôtels du Strip. Il peut être judicieux de se renseigner avant de choisir votre hôtels à Las Vegas !

Astuce: il vaut mieux éviter de séjourner à Vegas en Week-end. Les prix sont multipliés par 4 voire 5. Alors, si vous souhaitez séjourner dans un Palace c’est l’occasion ou jamais, mais en semaine.

Liste des hôtels que nous recommandons à Vegas

Voici la liste des hôtels avec lesquels nous avons l’habitude de travailler, on a essayé de vous détailler un maximum d’informations pour vous aider à établir votre voyage sur mesure par exemple (liste et information transmise à titre indicatif, ces frais peuvent être modifiés à tous moment par l’hôtelier) :

Sur le Strip ou à proximité (liste non exhaustive, par ordre alphabétique):

Bally’s (3645 S Las Vegas Blvd)

Resort fee : $45.35/ chambre et par nuit. Comprenant : WIFI haut débit pour un appareil, Accès au centre de conditionnement physique pour deux personnes par jour, Appels locaux gratuits.
Parking : Première heure gratuite, 1-3 heures 12 $, 3-24 heures 15 $. Plus de 24 heures 15 $ de plus par jour. Service de voiturier (valet parking) possible.
Entrée : depuis le Strip, prendre Flamingo Rd.

Bellagio (3600 S Las Vegas Blvd)

Resort fee : $51.10 / chambre et par nuit. Comprenant : Accés Wifi dans la chambre et dans le resort, appels locaux illimités, accès quotidien au centre de remise en forme (des frais supplémentaires peuvent être demandé pour le SPA), impression des cartes d’embarquement.
Parking : La première heure est gratuite. 1-4 heures 15 $. 4-24 heures 18 $. Plus de 24 heures 18 $/jour + le nombre d’heures que vous êtes restés en plus. Service de voiturier (valet parking) possible.
Entrée : depuis le Strip, tourner sur Bellagio Dr et suivre les indications.

Best western Plus Casino royale (3411 Las Vegas Blvd S)

Resort fee : PAS DE RESORT FEES
Parking : GRATUIT
Entrée : passer l’hôtel puis tourner à droite après le Walgreens

Caesars Palace (3570 S Las Vegas Blvd) 

Resort fee :  $52.15/ chambre et par nuit. Comprenant : Accés Wifi pour un appareil, appels locaux illimités, accès au centre de remise en forme pour 2
Parking Première heure gratuite, 1-3 heures 15 $, 3-24 heures 18 $. Plus de 24 heures 18 $ de plus par jour. Service de voiturier (valet parking) possible.
Entrée : deux entrées depuis le Las Vegas Blvd.

Cosmopolitan (3570 S Las Vegas Blvd) 

Resort fee :  $51.10/ chambre et par nuit. Comprenant : Accés Wifi dans la chambre et dans le resort, appels locaux illimités, accès au centre de remise en forme et au terrain de tennis, accès aux journaux numériques, services de notaire, impression gratuite des cartes d’embarquement
Parking Gratuit. Service de voiturier gratuit pour les clients.
Entrée : Prendre la voie entre le Cosmopolitan et le Bellagio

Excalibur (3850 S Las Vegas Blvd)

Resort fee :  $39.75/ chambre et par nuit. Comprenant : Accès Wifi dans la chambre et dans le resort, appels locaux illimités, accès au centre de remise en forme, services de notaire,
impression gratuite des cartes d’embarquement
Parking La première heure est gratuite. 1-4 heures 12 $. 4-24 heures 15 $. Plus de 24 heures est de 15 $ par jour + le nombre d’heure que vous êtes restés en plus. Service de voiturier possible.
Entrée : dpeuis le strip prendre Reno Dr, puis Luxor Dr

Flamingo (3555 S Las Vegas Blvd)

Resort fee : $45.35 / chambre et par nuit.
Comprenant : Accès WIFI pour un appareil, les appels locaux illimités, accès au centre de remise en forme pour 2,
Parking :La première heure est gratuite. 1-4 heures 12 $. 4-24 heures 15 $. Plus de 24 heures est de 15 $ par jour + le nombre d’heure que vous êtes restés en plus. Service de voiturier possible.
Entrée : sur Audrie Lane entre le Flamingo & Cromwell

Harrah’s (3475 S Las Vegas Blvd)

Resort fee : $45.35 / chambre et par nuit.
Comprenant : Accès WIFI pour un appareil, les appels locaux illimités, accès au centre de remise en forme pour 2,
Parking :La première heure est gratuite. 1-4 heures 12 $. 4-24 heures 15 $. Plus de 24 heures est de 15 $ par jour. Service de voiturier possible.
Entrée : tourner après The Linq hotel

Luxor (3900 S Las Vegas Blvd) 

Resort fee : $39.75/ chambre et par nuit. Comprenant : Accès Internet haut débit dans la chambre et dans tout l’établissement Appels téléphoniques locaux et sans frais illimités dans la chambre. Impression gratuite des cartes d’embarquement. Accès au centre de remise en forme pour les adultes.
¨Parking : La première heure est gratuite. 1-4 heures 12 $. 4-24 heures 15 $. Plus de 24 heures est de 15 $ par jour + le nombre d’heure que vous êtes restés en plus. Service de voiturier possible.
Entrée : depuis le Strip, prendre Mandala Bay Rd et tourner sur Luxor Dr

MGM (3799 S Las Vegas Blvd)

Resort fee : $44.22$/ chambre et par nuit. Comprenant : Accès Wifi dans la chambre et dans le resort, appels locaux illimités, accès au centre de remise en forme, services de notaire, impression gratuite des cartes d’embarquement.
Parking : La première heure est gratuite. 1-4 heures 12 $. 4-24 heures 15 $. Plus de 24 heures est de 15 $ par jour. Service de voiturier possible.
Entrée : sur Tropicana avenue prendre Audrie St

Mirage (3400 S Las Vegas Blvd) 

Resort fee : $44.22par chambre et par nuit. 
Comprenant : Accès Wifi dans la chambre et dans le resort, appels locaux illimités, accès au centre de remise en forme, services de notaire, impression gratuite des cartes d’embarquement.
Parking : La première heure est gratuite. 1-4 heures 12 $. 4-24 heures 15 $. Plus de 24 heures est de 15 $ par jour + le nombre d’heure que vous êtes restés en plus. Service de voiturier possible.
Entrée : depuis le Strip ou depuis Spring Mountain Rd

New York-New York (3790 S Las Vegas Blvd)

Resort fee : $41.99 / chambre et par nuit.
Comprenant : Accès Wifi dans la chambre et dans le resort, appels locaux illimités, accès au centre de remise en forme, services de notaire, impression gratuite des cartes d’embarquement. et avec l’achat d’1 ticket Big Apple Roller Coaster, un second est offert.
Parking : La première heure est gratuite. 1-4 heures 12 $. 4-24 heures 15 $. Plus de 24 heures est de 15 $ par jour + le nombre d’heure que vous êtes restés en plus. Service de voiturier possible.
Entrée : depuis le Strip (Las Vegas Blvd) ou sur New York Blvd (accessible depuis Tropicana Av)

Palazzo at the Venetian (3325-3355 S Las Vegas Blvd)

Resort fee : $51.10 par chambre et par nuit.
Comprenant: Accès au centre de remise en forme complet pour 2, Accès illimité WIFI dans la chambre, appels locaux illimités, journaux quotidien, Impression gratuite des cartes d’embarquement.
Parking gratuit
Entrée : depuis le Strip ou depuis Koval Lane pour le Venetian, depuis Sand av pour le Palazzo.

Paris (3655 S Las Vegas Blvd)

Resort fee : $52.15/ chambre et par nuit.
Comprenant : Accès WIFI pour 1 appareil par chambre , les appels locaux illimités, accès au centre de remise en forme pour 2,
Parking : La première heure est gratuite. 1-4 heures 12 $. 4-24 heures 15 $. Plus de 24 heures est de 15 $ par jour. Service de voiturier possible.
Entrée : depuis le Strip (Las Vegas Blvd) tourner entre l’hôtel et le CVS

Planet Hollywood (3667 S Las Vegas Blvd)

Resort fee : $45.34/ chambre et par nuit.
Comprenant : Accès WIFI pour 1 appareil par chambre, les appels locaux illimités, accès au centre de remise en forme pour 2,
Parking : La première heure est gratuite. 1-4 heures 12 $. 4-24 heures 15 $. Plus de 24 heures est de 15 $ par jour + le nombre d’heure que vous êtes restés en plus. Service de voiturier possible.
Entrée : depuis le Strip (Las Vegas Blvd) prendre Paris Drive puis Audrie St ou via Harmon Av

The Linq (3535 S Las Vegas Blvd)

Resort fee : $45.34/ chambre et par nuit.
Comprenant : Accès WIFI pour 1 appareil par chambre, les appels locaux illimités, accès au centre de remise en forme pour 2,
Parking : La première heure est gratuite. 1-4 heures 12 $. 4-24 heures 15 $. Plus de 24 heures est de 15 $ par jour
Entrée : Entrée entre The Linq et The Harrah’s

Treasure Island (3300 S Las Vegas Blvd)

Resort fee :  $44.22/ chambre et par nuit.
Comprenant : Accès WIFI dans la chambre, appels locaux illimités, accès au centre de remise, impression des cartes d’embarquement, copie et fax (10 max), 1 cocktail acheté / 1 offert (1 par séjour), journal quotidien
Parking gratuit
Entrée : une petit route d’accès qui se prend depuis le Strip ou Spring Mountain Rd

Tropicana (3801 S Las Vegas Blvd)

Resort fee :  $41.99/ chambre et par nuit.
Comprenant : Accès WIFI dans la chambre, appels locaux illimités, accès au centre de remise, Deux petites bouteilles d’eau gratuites dans la chambre par séjour, accès à la piscine et au jacuzzi, impression des cartes d’embarquement, copie et fax (10 max), cocktails gratuits,
Parking gratuit
Entrée : par Tropicana avenue

Vdara (2600 W Harmon Ave)

Resort fee :  $51.10 chambre et par nuit.
Comprenant : Accès WIFI dans la chambre et dans le resort, appels locaux illimités, service de notaire, impression des cartes d’embarquement
Pas de parking, mais vous pouvez vous garer à Bellagio et prendre le  tramway ARIA Express gratuit jusqu’à l’hôtel. Service de voiturier possible.
Entrée : via Harmon avenue pour le dépose minutes

Wynn (3131 S Las Vegas Blvd) 

Resort fee :  $51.10 par chambre et par nuit.
Comprenant : WIFI illimité appels locaux illimités, un accès pour 2 au centre de fitness par jour, accès prioritaire au club
Parking gratuit. Service de voiturier possible.
Entrée : depuis le Strip, juste après Sands avenue

Dans le Downtown (idem, liste non exhaustive, par ordre alphabétique):

Circa Resort (8 Fremont Street Experience)

Resort fee :  $44.82 par chambre et par nuit.
Comprenant : accès WIFI; accès au centre de fitness et au piscines, appels illimités
Parking 25$ par jour
Entrée : depuis N Main St

Four Queens (202 E Fremont St) 

Resort fee :  PAS DE RESORT FEES
Parking Gratuit pour les clients de l’hôtel. Sinon, 2 $ par demi-heure jusqu’à trois heures, puis de 1 $ pour chaque heure supplémentaire, avec un maximum quotidien de 10 $.
Entrée : par E Bridger Ave, S 3rd St puis E Carson ave.

Golden Nuggets (129 E Fremont St) 

Resort fee :  $40.86 par chambre et par nuit.
Comprenant : Accès WIFI pour 2 appareil par chambre, accès au centre de remise en forme pour 2, 2 bouteilles d’eau, impression des cartes d’embarquement, journaux
Parking gratuit pendant trois heures avec validation. Sinon, le coût est de 5 $ de l’heure ; 20 $ max.
Entrée : pour le parking par E carson Ave et S 1 st St

Plaza Hotel (1 N Main St) 

Resort fee :  $31.78 par chambre et par nuit.
Comprenant : Accès WIFI, appel locaux, 2 bouteilles d’eau, impression des cartes d’embarquement, stationnement
Parking Parking gratuit pour les clients de l’hôtel inclus dans les frais de service. Tarif forfaitaire de 5 $ pour les non-invités jusqu’à 5 heures. 10 $ pour plus de 5 heures; 10 $ maximum par période de 24 heures.
Entrée : sur North main Street

A savoir : Par ailleurs, la large majorité des hôtels/resort de Las Vegas utilisent des capteurs dans les minibars des chambres. Du coup, même sans consommer quoique ce soit dorénavant ils peuvent facturer 75$ ne serait-ce que pour utilisation personnelle du mini bar (car ils devront réinitialiser ses capteurs si vous avez utilisé le minibar en y mettant vos boissons par exemple) en plus de tout article retiré, même si celui-ci n’a pas été consommé. Notre conseil reste évidemment de ne pas y toucher et de privilégier un seau à glaçons pour conserver vos articles au frais pendant votre séjour, vous évitant ainsi quelques mésaventures.

Vous voilà paré pour faire votre choix, car la plupart du temps dans nos différentes formules, nous vous laissons le choix entre plusieurs de ces hôtels pour que vous puissiez choisir votre propre expérience de Las Vegas. N’hésitez pas également à regarder l’ambiance des chambres, les piscines, le casino…. pour trouver celui qui vous conviendra, et bien sûr à nous demander conseils si vous n’arrivez pas à vous décider .

Après Los Angeles et ses alentours, cap au nord pour découvrir ceux de San Francisco ! Après avoir fait les incontournables (de notre article que vous pouvez retrouver ici), vous voici en panne d’inspiration ? Pourtant les idées ne manquent pas et les alentours de SFO proposent une multitude de choses à faire. En voici quelques unes pour vous donner des idées:

1- Sausalito & Tiburon, une autre vue de la ville.

Juste à traverser le pont pour changer d’ambiance! Et quel pont puisque l’aventure commence par la traversée du Golden Gate Bridge, rien que ça! Une fois de l’autre côté, il convient tout de même de se retourner pour observer la superbe vue sur la baie depuis Battery Point, un des meilleurs point de vue sur le Golden Gate, assurément!
Direction ensuite Sausalito, ancien village hippie aujourd’hui investi par les artistes et banlieue chic de la ville. Le plus sympa? Vous balader au milieu des house-boats, ces maisons flottantes typiques de la ville. Elle regorge en plus, de restaurants et cafés branchés pour passer un bon moment.
Si vous poussez jusqu’à Tiberon, vous aurez une nouvelle vue sur la baie de Frisco, et surtout vous pourrez prendre un ferry pour rejoindre Angel Island, pour une vue encore plus spectaculaire et une incursion dans l’histoire de la Californie. Le site a abrité pendant plus de 30 ans, une station d’immigration (comme celle d’ Ellis Island à New York) où les candidats asiatiques à l’immigration, attendaient leur validation ou leur expulsion. L’île a aussi abrité un important site militaire encore visible aujourd’hui. C’est également un sanctuaire pour la faune et la flore locale: de belles randonnées vous attendent.

2- Napa Valley & Sonoma valley, à la découverte des vignobles californiens.

Une fois n’est pas coutume pour nous (mais on sait que vous aimez ça aussi 😉), nous voilà à vous présenter à nouveau des vignobles. Et pas n’importe lesquels, car il s’agit sans doute des plus connus de la Californie : la Napa Valley. Quelques kilomètres au nord-est de San Francisco et vous voilà dans une superbe campagne digne de nos vallées bourguignonnes ou bordelaises. A vous les dégustations de Chardonnay ou de Cabernet Sauvignon, les cépages les plus emblématiques de la région. Toutefois, la vallée est aujourd’hui très touristique (c’est la deuxième destination touristique de la Californie après Disneyland !), avec des salles de dégustations les plus exubérantes et des hôtels très chics. Elle abrite également plusieurs restaurants étoilés au guide Michelin (donc vous l’aurez compris, ce n’est pas la région la moins onéreuse pour votre porte-monnaie). Avant de quitter la région, arrêtez-vous au Public Oxbow Market pour faire le plein de produit frais et locaux.
Pour une ambiance un peu plus décontractée, vous pouvez vous rendre dans le comté de Sonoma (un peu plus à l’ouest et beaucoup plus étendu), qui regroupe petite bourgades, vignobles locaux et autres fermes. De nombreux wine tours vous seront proposés. A Santa Rosa, réveillez votre âme d’enfant au Charles M. Schulz Museum, qui rend hommage à Charlie Brown et aux Peanuts. 

4- Point Reyes, un air d’Angleterre et la côte du Pacifique

Pour une pause nature à quelques encablures de San Francisco, le Point Reyes National Seashore est une vrai bouffée d’air frais. Les côtes escarpées de calcaire blanc et les petites plages rappellent les côtes de l’ Angleterre. Mais c’est surtout un véritable sanctuaire pour la faune et la flore. Des baleines (observable depuis la terre en hiver) au Wapiti nain, sans parler des colonies d’oiseaux qui peuplent la presqu’île, vous trouverez forcément votre bonheur et une balade des plus agréables au milieu des fleurs sauvages en plein été. Sans compter que sa proximité de l’océan Pacifique permet d’offrir les meilleurs restaurants de fruits de mer de la Région. Un incontournable: Hog Island Oyster Company.

3- Muir Woods, balade nature au pays des séquoias

A seulement une vingtaine de kilomètres au nord du Golden Gate, c’est plus de 10 kilomètres de chemins de randonnée qui vous attendent au cœur d’une forêt de Séquoia géants. Ils ont en moyenne entre 800 & 900 ans et peuvent mesurer jusqu’à 150 m de haut, pour un diamètre compris entre 5 & 7 m! bref, on s’y sent tout petit mais c’est une superbe alternative si vous n’avez pas eu le temps d’en voir à Yosemite ou bien au Sequoia national Park (attention la réservation du parking en amont est nécessaire).
Si vous avez encore de l’énergie à revendre, vous pouvez vous lancer dans l’ascension du Mont Tamalpais (ou des différents points de vue avoisinants). Il vous offrira la plus haute vue sur la baie de San Francisco et le Golden Gate. De quoi faire une jolie photo et compléter votre collection commencée plus haut. Par contre, abandonnez l’idée si vous voyez que le temps est brumeux, vous ne verrez rien. Pour une balade un petit peu plus tranquille, le Muir Beach overlook, vous offre une superbe vue sur le Pacifique.

5- De l’autre côté de la baie: Berkeley, université et liberté artistique.

Quitte à vivre l’expérience américaine pourquoi ne pas vous lancer dans la visite de l‘une des plus prestigieuses université des USA (voir la N°1 selon le magasin Forbes) en vous rendant à Berkeley. Sur un campus de plus de 3000 hectares, vous pourrez monter au sommet de la Sather Tower pour en apprécier toute l’étendue (et un petit coup d’œil au film le Lauréat pour y replongera). Mais il n’y a pas que l’Université à Berkeley, la ville ne manque pas de charme et surtout est très vivante et cosmopolite grâce sa proximité avec celle-ci. Elle s’est toujours distinguée par sa ferveur et sa liberté d’expression, ce qui fait que l’on y trouve aujourd’hui une scène culturelle, artistique, et gastronomique riche. On y trouve pleins de bars restaurants, et boutiques avec une très bonne ambiance. Et surtout, pas mal de micro-brasseries… Cela peut être également l’occasion d’assister à un match universitaire où la ferveur du public ne démérite pas de celle des grands matchs de ligues! Et si vous voulez ajouter une autre vue à votre palmarès des plus belles vues de San Francisco, grimpez jusqu’au sommet du Grizzly Peak !

Pour les fans de Star Wars

Les bâtiments de Lucasfilms se trouvent dans le quartier du Presidio à San Francisco (au Letterman Digital Arts Center), l’occasion de passer dire bonjour à Maître Yoda qui trône fièrement sur sa fontaine, le lobby de Lucasfilms (fermé à la rédaction de cet article) abrite de belles statues de Dark Vador, R2D2 et autres stormtroppers. Et sinon, vous saviez que le fameux Skywalker Ranch (l’ancienne maison et site de production de Georges Lucas) se trouvait à seulement 50 km au nord de San Francisco dans la ville de Nicasio ? Mais c’est une propriété privée.
Les sites de tournage de la fameuse saga aux USA se trouvent malheureusement plutôt éloigné de San Francisco, mais peuvent être sur votre route si vous faites le grand tour:
– La Death Valley pour les décors de Tatooine (épisode IV « Un Nouvel Espoir  » et l’épisode VI « Le Retour du Jedi« )
Redwood National Park pour la planète d’Endor, domaine des Ewoks (épisode VI « Le Retour du Jedi« , des scènes du Monde Perdu de Jurrasic Park y ont également été tournées)
– Le Désert de Yuma (épisode VI « Le Retour du Jedi« ) pour la scène avec Jabba le Hutt et le Sarlacc.

Pour les fans de technologie

Comment ne pas penser aux géants du net quand on passe dans la Silicon Valley? Ils ont tous là! Bon, il y a de grande chance que vous ne puissiez pas visiter le magnifique campus de Google (à moins de connaitre un googler qui puisse vous y faire rentrer) mais vous pouvez par contre vous rendre au siège d’ Apple à Cupertino pour y trouver une visite 3D du site et surtout une boutique avec des produits vendus exclusivement là-bas. Sinon rendez-vous au Tech Museum pour une expérience interactive!

Un peu plus loin… ou si vous retournez sur Los Angeles.

Le Sud de San Francisco regorge également de merveilles à découvrir. Après avoir passé Palo Alto et l’université de Stanford (qui se visite également et fait également partie des plus grandes universités américaines.), vous voilà donc prêt à rejoindre la fameuse Route One (à laquelle on a déjà consacré un article ici) vous y retrouverez Santa Cruz, Monterey, Carmel-by-the-Sea… des étapes incontournables de la One-O-One (oui oui, c’est comme ça qu’on l’appelle là-bas).

Maintenant le plus dur va sans doute de faire un choix car il est rare que l’on ait 2 semaines à consacrer à San Francisco et ses alentours. Et entre les incontournables de la ville (qui ne sont qu’un petit aperçu des choses à découvrir) et ce que l’on vient de vous présenter (et là encore on a réduit la liste), quel dilemme … Mais votre agence préférée est là pour vous aider alors n’hésitez pas à nous demander conseil avant votre voyage pour organiser au mieux votre séjour.

Suite à tous nos conseils sur ce qu’il y a à découvrir à Los Angeles (article que vous pouvez retrouver ici), vous avez coché toutes les cases et vous souhaitez découvrir les alentours? Alors voici une petite pépite à ajouter à votre « to-do list »: la Temecula Valley, nichée au cœur des Palomar Mountains, quasiment à mi chemin entre Los Angeles et San Diego, voilà un petit détour qui vaut le coup d’œil. Un bout de campagne californienne, de vignobles et un downtown au charme atypique qui en font une excursion des plus agréables pour faire une pause dans la frénésie de Los Angeles. Présentation:

Une étape gastronomique

Car oui, c’est la principale activité de cette jolie vallée: vous proposer une dégustation de vins parmi les meilleurs de Californie. Le climat méditerranéen est propice à beaucoup de cépages : du cabernet sauvignon au syrah en passant par le sangiovese et le vermentino. Avec 525 hectares de vignes et près 40 vignobles, il y en donc pour tous les goûts! En solo, accompagné d’un guide, ou même en side-car, vous pourrez profiter de la beauté des vignobles. Et si vous n’êtes pas fans du vin, ne vous inquiétez pas, la vallée est également reconnue pour ses micro-brasseries (une bonne quinzaine). Avec des breuvages primées comme la Blood Orange Wit de la Refuge Brewery.


C’est également une destination reconnue pour sa gastronomie, au E.A.T market place, lors d’un repas « ferme à la table » ou lors d’une balade au marché fermier. Vous l’aurez compris on y mange bien et locale. Et le petit plus, vous y trouverez les desserts les plus décadents qu’il soit, de quoi terminer en beauté!

Un voyage dans le temps.

Outre la gastronomie, se balader dans la vieille ville est déjà un voyage en soit. Construite au milieu des années 1800 avec l’établissement d’un bureau de poste sur la liaison postale entre Saint-Louis (Missouri) et San Francisco, la ville a gardé son côté farwest typique des petites villes de l’ouest. Au Vail Headquarter, vous retrouverez les bâtiments originaux d’un ranch (datant des années 1860) aujourd’hui restaurés, qui accueillent de nombreuses manifestations historiques, pour vous plonger dans la passé de la ville. Pour rester dans l’ambiance, passez votre soirée dans un des deux speakeasy (bar caché de la prohibition)!

Des activités à profusion

La deuxième marque de fabrique de Temecula après les vignes sont les montgolfières, qui au petit matin s’élèvent dans le ciel. Une activité des plus agréables pour découvrir les les chaines de montagnes et collines environnantes, tout en survolant les vignes. Et si vous y êtes début juin , ne manquez pas le Temecula Valley Balloon and Wine Festival, pour allier les 2 activités. Vous pourrez également faire des balades à cheval, profiter des terrains de golf ou encore faire un tour pour découvrir les machines à sous du casino. Ou bien partez à l’assaut de la réserve écologique de Santa Rosa pour découvrir les Palomar Mountains.

Bref , vous l’aurez compris Temecula est un petit bijou, intimiste, historique et à seulement quelques miles de Los Angeles. Une destination à ajouter dans votre découverte de la Californie (et pour sortir des sentier battus).

Traverser le Glacier National Park , c’est découvrir la nature dans toute sa splendeur. Montagnes, lacs, cascades, faune et flore abondante… Bref, une vrai bouffée d’air frais au cœur de votre road trip moto. Petite présentation du parc:

Glacier national Park, la nature à l’état brut.

Passionnés des grands espaces, Welcome! Vous êtes ici au bon endroit. Alors, une petite présentation s’impose: Glacier park est un parc immense avec 4101 km², l’un des plus vieux parcs nationaux des USA (puisque créé en 1910), et il rejoint le patrimoine mondiale de l’UNESCO en 1995. Il est bordé au nord par les provinces Canadienne de l’ Alberta et de la Colombie-Britannique et forme avec le parc national canadien des Lacs-Waterton, le premier Parc International de la Paix Waterton-Glacier (depuis 1932).
Voilà pour la carte d’identité, mais dans la réalité, ça donne quoi ? Et bien ça donne un parc composé de dizaines de glaciers, de montagnes, de lacs, de rivières, de cascades… Et surtout une faune abondante protégée, qui est ici en son royaume, donc ne soyez pas surpris si on vous parle de grizzlis, d‘ours noirs, de loups ou encore de lynx. Cela dit vous aurez plus chance de croiser des chèvres des montagnes, des élans, des mule-deers et surtout des marmottes pendant votre découverte du parc.

Comment visiter le Glacier National Park?

Le parc est divisé en 3 parties principales: Many Glacier au nord-est, Two Medicine au sud-est et le cœur névralgique du parc qui est la Going-to-the-Sun Road, une route longue de 85 km qui traverse la parc de part en part d’Est en Ouest. Les 3 zones ont des accès différents, les deux premières sont accessibles par des routes se terminant en cul de sac, et sont surtout destinés aux randonneurs souhaitant se rendre sur ces 2 zones. C’est pourquoi on va plutôt se concentrer sur la Going-to-the-Sun, qui est une véritable merveille à parcourir à moto. Prévoyez tout de même une journée pour la parcourir, vous arrêter aux nombreux point de vue et éventuellement faire de courtes randonnées pour accéder aux nombreuses cascades et autres torrents. Petit descriptif de ce que vous pourrez voir, même si les visitor center restent le meilleur moyen de récupérer toutes les informations nécessaires à une bonne découverte du parc (vous en trouverez 3 tout au long de la route : St Mary, Logan Pass et Apgar)

St Mary Visitor center: vous trouverez pour commencer votre périple un lac de 16 km de long avec plusieurs points de vue.

Wild Goose Island : l’une des vues les plus connues et les plus photographiées du parc,

Sunrift Gorge : une courte balade pour rejoindre une jolie gorge creusée par l’eau.

Jackson Glacier Overlook : la voilà votre vue sur l’un des glaciers depuis la route.

Logan Pass : c’est le col le plus haut du parc à 2026 m, il est situé le long de la Continental Divide ( ligne de partage des eaux) c’est aussi le départ de plusieurs randonnées, par exemple celle de Hidden Lake Overlook pour une jolie vue sur le lac et meilleur spot pour les chèvres des montagnes (1h30 aller-retour), vous y trouverez un visitor center pour prendre toutes les informations nécessaires ; 

Big Bend : une vue époustouflante sur le Mt. Cannon, le Mt. Oberlin, Heavens Peak and le Weeping Wall ;

Cascade de Weeping Wall : pas besoin de randonnée pour voir cette cascade qui se jette littéralement sur la route, formant un mur d’eau ;

Avalanche Creek : l’une des destinations les plus populaires du parc, et le point de départ du Trail of the Cedars, au coeur d’une forêt de cèdres pour certain vieux de 500 ans. La boucle de 1 km vaut sans aucun doute le détour.

Lake McDonald : vous voilà au point terminal de votre parcours, au McDonald Creek Overlook, vous pourrez voir une jolie cascade, puis longez le lac pour profiter des nombreux points de vue ou alors y faire un tour en bateau.

  • La sortie se fera par le Agpar Visitor center.

Informations à savoir pour organiser votre visite

Pour organiser votre visite, le parc a mis en place une nouvelle fonctionnalité: le RAD (Récréation Access Display), qui vous donnera des informations sur la météo en différents points de la route ou bien sur le remplissage des parkings. Vous pourrez retrouver cette application ici

Les glaciers (d’où le parc tire son nom) quant à eux sont plutôt visibles dans la zone de Many Glacier, mais ne soyez pas déçus, car malheureusement si ils étaient plus de 150 en 1850 ils ne sont plus que 26 de nos jours et au rythme où ils fondent, il se pourrait qu’ils aient totalement disparus d’ici 2030! Alors, visiter le Glacier National Park, c’est un peu un pèlerinage sur les traces des derniers géants d’Amérique du Nord.

Comme pour Yosemite ou Arche Park, une réservation est maintenant nécessaire pour traverser le parc et notamment emprunter la Going-to-The-sun road (et donc traverser le parc). cette restriction est applicable entre le 27 Mai et le 11 Septembre (c’est à dire quasiment sur toute la période d’ouverture de la route) pour toute entrée entre 6h du matin et 4h de l’après-midi.
Pour prendre votre pass, rendez-vous sur le site Recreation.gov pour réserver votre entrée, un ticket est nécessaire par véhicule au tarif de 2$. Celui-ci est valable pour 3 jours consécutifs.
Les places sont restreintes et partent très vite, il est important de s’y prendre très tôt. (90 jours avant votre passage)

De plus, en raison de la position élevée du Logan Pass, elle est fermée à la circulation une grande partie de l’année. Elle ouvre généralement de la mi-juin au début du mois d’octobre, et peut donc conditionner votre traversée du parc, il est donc très important de vous organiser avant de vous lancer à l’assaut des glaciers. Vérifier l’ouverture ici

Et si certaines vues vous paraissent familiaires, c’est aussi que le parc a servi de toile de fond pour Forrest Gump, (souvenez-vous on vous en a déjà parlé ici ) ou encore dans The Shining.

Los Angeles, ville tentaculaire au cœur de l’industrie cinématographique et télévisuelle en Californie (du Sud). Point de départ idéal ou étape incontournable lors d’un road trip dans l’ouest américain des Etats-Unis. Découverte et conseils pour appréhender au mieux la cité des anges ! C’est par ici le guide :

Nos incontournables de la cité des Anges

A savoir: La ville est très étendue et divisée en quartiers, les transports en commun existe mais être véhiculé est préconisé à Los Angeles, nous vous conseillons de regrouper vos visites.

  • Photographier le panneau « Hollywood » : Signe immanquable de toute visite dans la « cité des Anges » (vous saviez qu’à l’origine en 1923 il a été installé pour promouvoir un ensemble immobilier ?). Mais si l’apercevoir est plutôt simple, s’en approcher pour la meilleure photo l’est un tout petit peu moins… Nous vous conseillons pour un bon point de vue, de rejoindre Mulholand Drive (autre route mythique qui surplombe Los Angeles et traverse les quartiers des stars). La route fait pas loin de 80 km, et vous trouverez plusieurs points de vue intéressants sur la ville et sur le panneau. De quoi ramener de jolis clichés.

  • Chercher les étoiles sur Hollywood Boulevard: passage incontournable par le Walk of Fame et son parterre d’étoiles bien sûr …. Partir à la recherche de l’étoile de sa star préférée est forcément un immanquable de L.A, non ? Un peu plus loin faites un stop devant le Chinese Theater qui accueille les grandes premières des films depuis les années 20. Bienvenue au cœur d’Hollywood!
  • Faire un petit tour aux studios : qui dit film dit tournage et les grands studios mythiques sont tous dans le coin. Que ce soit aux Paramount Studios, aux Warner Bros Studios ou encore à Universal Studios, ils vous proposeront tous des « studios tours » qui vous permettront de découvrir les coulisses de vos films et séries préférées. Les durées de visites allant de 2 h à la journée, il s’agit tout de même de définir combien de temps vous souhaitez y consacrer.

Et pourquoi pas le combiner avec un parc d’attraction? Universal, Disneyland, Six Flags ou encore Knott’s Berry Farm (qui a ouvert en 1940, ce qui en fait le premier parc d’attractions des USA)… Le choix ne manque pas pour les amateurs de sensations fortes, la Californie est une véritable zone d’Entertainment. Alors, si vous voulez ajouter un de ces parcs à votre liste de choses à faire sur Los Angeles, prévoyez une journée de plus et de prendre vos billets d’entrée à l’avance afin éviter les queues aux guichets.

  • Profiter du luxe de Beverly Hills: des immenses maisons de stars aux boutiques de luxe de Rodeo Drive et Melrose Avenue, c’est là que vous pourrez jouer aux paparazzis à la recherche du moindre indice sur vos stars préférées. Et puis déambuler sur Rodeo Drive, ça ne vous rappelle pas quelqu’un ? L’occasion de revoir « Pretty Woman » …
  • Parcourir Sunset Boulevard : c’est l’image emblématique de Los Angeles, bordé de palmiers immenses, des affiches de cinéma XXL qui le borde, bref le symbole même de L.A.
  • Prendre l’air au bord du Pacifique. En journée, rejoignez la délirante Venice, ainsi appelée pour ses canaux creusés à l’image de Venise au début du siècle (et qui restent la partie calme de la ville), elle est plutôt aujourd’hui reconnue pour son extravagance. Vous pourrez y observer les bodybuildeurs (rendez-vous sur Muscle Beach qui a vu les débuts d’un certain Schwarzy…) ou trouver votre prochain t-shirt démentiel (sur l’Ocean Front Walk où l’excentricité fait loi).
    Puis, allez à Santa Monica pour vous balader sur son fameux Pier. Cette jetée bien connue pour son parc d’attraction marque aussi la fin de la mythique Route 66. Vous y trouverez restaurants, boutiques de marque et artistes de rue pour parfaire votre soirée.
  • Vivre le meilleur des couchers de soleil au Griffith Observatory : c’est dans le Griffith park que l’on retrouve les fameuses lettres Hollywood, mais c’est surtout qu’à flanc de colline, c’est l’une des meilleures vues sur Los Angeles que vous pourrez avoir. Outre le fait que l’on y stationne gratuitement (ce qui est plutôt appréciable), il ne faut pas hésiter à prendre du temps pour visiter le planétarium, y voir les expositions en cours et regarder à travers des télescopes.
    Pour une autre vue à couper le souffle de « la cité des Anges », vous pouvez également vous rendre au Getty center. Un complexe culturel avec collections permanentes, expositions temporaires et centre de recherche. Le parking est payant mais l’entrée au centre est gratuit.
  • Prévoir une session shopping. Et les bonnes adresses ne manquent pas, entre les Mall (comme The Grove par exemple), les outlets (Citadel Outlets ou encore Pike Outlets à Long beach), vous trouverez forcément de quoi remplir votre valise. Et croyez nous, ça reste un incontournable!

Et pour sortir des sentiers battus à Los Angeles ?

  • Explorer le downtown: souvent assimilé au quartier des affaires avec ses grandes tours, le downtown de Los Angeles regorge de curiosités : en commençant par El Pueblo : le centre-ville historique de Los Angeles. Retour aux temps où Los Angeles était mexicaine, dans Olvera street, aujourd’hui rue piétonne et reconnue comme le lieu de naissance de la ville. A quelques pas de là, changement d’ambiance à Union Station, la gare principale de Los Angeles, faite de marbre et de lustres majestueux et si différente des autres gares du pays. Après avoir pris le petit funiculaire de la Plaza California, restaurez-vous au Grand Central Market, véritable temple du mélange des cultures et des cuisines qui font l’identité de Los Angeles !
    Au sud, quelques pas de plus et vous voilà à Little Tokyo qui abrite la plus importante communauté nippo-américaine du continent. Et au nord, Chinatown (qui se trouvait jusqu’en 1938 sur le site de Central Station), véritable temple de la culture et de la gastronomie asiatique. Prévoyez donc une grosse demi journée pour en profiter.
  • Découvrir Los Angeles par le Street Art: Vous trouverez un peu partout de superbes tags aux couleurs vives. Mais 2 sites notables: Arts District, avec ses entrepôts transformés en galeries (ou brasseries ou boutiques vintages, ce qui est tout aussi intéressant😉) qui regorge de fresques dont les fameuses « Angel Wings » de Colette Miller (il y a aussi d’autres versions à travers la ville) et The Great Wall situé au nord de la ville. Cette peinture de 800 m de long, dépeint toute l’histoire de la région de la préhistoire à nos jours.
  • Se faire un musée. Car oui il n’y a pas que le cinéma qui compte à Los Angeles, la ville est très culturelle et on y trouve de magnifiques musées reconnus mondialement. Si on a déjà évoqué le Getty Center plus haut (musée d’art dont les collections vont de l’antiquité au XIX° siècle), on peut également parler de The Broad (musée d’art contemporain), du MOCA (Museum of Contemporary Art, le pendant du MOMA de NYC) ou encore de petite perle comme le Petersen Automotive Museum. Un bâtiment à l’architecture folle qui abrite une magnifique collection de voitures et motos toutes plus rares les unes que les autres (comme des premières éditions d’Harley Davidson). Bref, un moment culturel à ajouter à sa to do list de L.A.
  • Assister à un match de sport. Clairement quelque chose à vivre aux USA en générale. Même si vous ne connaissez pas les règles du baseball ou du football américain sur le bout des doigts, cela reste une expérience, d’assister à un match. Vous y verrez un véritable show (cheerleaders, concerts, mascottes…), l’ambiance est folle et vous passerez forcément un bon moment. Pour vous aider dans votre choix, voici une petit récapitulatif des saisons en fonction du sport:
    Baseball: d’avril à octobre
    Basketball: de fin octobre à mi avril
    Hockey sur glace: de octobre à avril
    Football américain: de septembre à décembre
    Soccer: de mars à fin octobre
    N’hésitez pas à nous consulter pour ajouter votre place à votre road trip!

Et si avec tout ça vous avez besoin de verdure pour échapper à la frénésie de la ville, vous trouverez dans los Angeles et aux alentours de nombreux parcs qui pourront vous ravir : comme par exemple Echo Park, une oasis de verdure où vous pourrez profiter depuis les abords du lac d’une vue splendide sur le Skyline de L.A. et le quartier de Silver Lake qui le borde, peut mériter le détour. Un quartier bohème et créatif où artistes, écrivains, scénariste viennent y chercher l’inspiration dans les petits cafés trendy. A l’ouest, la Kenneth Hahn State Recreation Area, offre de jolies balades tout en appréciant une vue spectaculaire sur la ville.

En vous baladant à travers la ville, vous verrez que chaque quartier a son identité propre, avec son architecture, sa végétation, son ambiance… Vous pourrez donc avoir l’impression de changer de ville à chaque fois, vous aurez donc de quoi faire pendant votre séjour à Los Angeles ! Une des étapes immanquables de la Californie, que vous pouvez retrouver dans nos road trips à moto ou en autotour -> American Motors Travel

La question nous est souvent posée, et elle mérite réflexion. Bien qu’à titre personnel nous ne soyons pas fan de son utilisation quotidienne dans un road trip moto aux USA, nous comprenons également le besoin de se rassurer surtout dans un grand voyage à l’étranger comme celui-ci. Du coup, voici nos conseils:

Le GPS, pourquoi et quand ?

Soyons honnêtes nous avons tous, au moins une fois, utilisé ce petit appareil magique qui nous sort d’interminables détours, et nous permet de trouver facilement notre chemin. Fini les arrêts au bord de la route à essayer de se repérer, les minutes perdues à ne pas être d’accord avec son/sa copilote (aucun jugement et oui nous sommes pour la paix dans le couple). Alors oui, le GPS a bien une utilité, mais il altère un peu le charme même de votre road trip, non ?

La plupart des motos touring (dans la gamme Harley & Indian) en sont équipées et vous serez forcément tentés de les utiliser, mais rappelez vous une chose, les américains aiment les grandes routes et le GPS vous ramènera toujours dessus! Par contre, ils peuvent clairement être utilisés à l’approche d’une grande ville, pour vous permettre de repérer rapidement votre hôtel, ou bien si vous avez un impératif horaire dans votre journée (visite d’un musée avant sa fermeture etc…). Mais pour rouler et organiser votre journée, notre conseil, le laisser de côté !

Comment faire sans GPS ?

Il existe beaucoup de moyen de faire sans ! Déjà, vous trouverez beaucoup d’indications et d’informations dans le « roadbook » (papier ou digital) ou sur votre application. Par ailleurs, sur demande de votre part, nous pouvons vous fournir une carte routière (avec le tracé préconisé). Donc repérez déjà en amont ce que vous souhaitez faire et voir, puis repérer votre itinéraire, en étudiant bien votre parcours, sur place cela sera un gain de temps non négligeable. Nous vous invitons également à consulter notre article sur les routes U.S pour vous repérer plus facilement.
Ensuite, si vous êtes équipés d’un smartphone (peu de chance que vous ne le soyez pas aujourd’hui, cela dit), il existe de nombreuses applications gratuites, toujours pour le au cas où …. Et surtout, la plupart peuvent être utilisées hors connexion (c’est à dire sans utiliser vos datas à l’étranger et éventuellement vous couter très cher -> revoir notre article sur les informations pratiques pour nos conseils sur la téléphonie). Après étude de votre parcours et de votre roadbook, en voici quelques-unes à télécharger:

Google Maps

Vous pouvez très bien utiliser la fameuse application si vous y êtes habitués pour préparer votre road trip. Il vous faudra pour cela un compte Google, et télécharger en amont les différentes cartes pour y avoir accès hors connexion. Pour cela, voici les manipulations à faire :

Les + : un visuel que l’on a l’habitude de manipuler, accès aux informations des magasins ou restaurants (à proximité), plusieurs itinéraires possibles.
Les – : téléchargement limité en terme de km², informations limitées sur les établissements (pas de photos ou avis).

Maps.me

Fonctionne sur le même principe avec téléchargement de cartes (villes, états, ne pas télécharger tout le territoire US) et itinéraires, l’avantage est que l’on télécharge des surfaces beaucoup plus grande. Elle fonctionne à 100% en mode hors ligne, donc pas de perte d’informations…

Les + : indique les points d’intérêt à proximité de votre position et de plus grandes surfaces téléchargeables
Les – : Un peu moins intuitif, compliqué de mettre plusieurs étapes en même temps.

MagicEarth

Là encore même principe: cartes à télécharger en amont chez vous pour en profiter sans connexion, création d’itinéraire, ajout de point d’intérêt…

Les + : plus intuitif pour la prise en main du GPS, permet facilement de créer plusieurs étapes, indications avec panneau et nombre de voies et propose plusieurs itinéraires.
Les – : peu de descriptif des autres points d’intérêts.

Notre conseil: téléchargez plusieurs applications (au moins 2, attention à la place qu’elles peuvent prendre dans votre téléphone par contre), prenez en possession, familiarisez-vous avant le départ et voyez celles qui vous conviennent le mieux … Il en existe de nombreuses autres: HERE WeGO, OsmAnd…. à vous de trouver la votre. Et avec ce genre d’application, vous avez toujours un GPS dans la poche, ce qui peut être aussi pratique dans les parcs nationaux par exemple, ou bien quand on se balade en centre-ville, sans son véhicule. Ou même pour trouver le restaurant que l’on vous a recommandé … alors à vos smartphones pour découvrir tout ça! Et pour votre voyage pensez à ajouter dans la valise votre support habituel moto et votre câble USB 🙂

Votre départ approche, mais il vous reste un dernier casse tête à résoudre: comment organiser au mieux mes bagages pour un voyage à moto aux Etats-Unis ? Alors pour ne rien oublier, préparer et garder la tête froide pendant cette étape, voici nos recommandations pour cette phase au combien importante pour vivre le meilleur des road trip moto (avec votre agence préférée bien sûr).

Comme on vous a déjà donné les grandes pistes dans notre précédent article (à retrouver ici ). On ne va donc pas revenir sur les vêtements ou choses à prévoir avant de partir mais plutôt sur l’organisation, autre point indispensable avant de préparer ses bagages.

1- Avec quel bagage partir à moto🏍?

Comme vous l’avez déjà lu la semaine dernière, en voyageant à moto, il ne faut surtout pas s’encombrer. Prévoyez plutôt de petits sacs souples susceptibles d’être rangés facilement dans les sacoches latérales. Evidemment tout dépendra également du modèle choisi, avec ou sans topcase, porte-bagages ? Sans topcase, il existe des sacoches/sacs pour sissi-bar, avec une contenance moyenne de 50-60 L mais pouvant aller jusqu’à environ 80L selon le modèle choisi ( à choisir étanche dans la mesure du possible).

L’idéal donc vous l’aurez compris, étant de directement adapter votre bagagerie en fonction du modèle de moto choisi (vérifiez donc la dimension des sacoches latérales et équipements de base pour votre bagagerie adaptée). Et ne prendre que deux bagages cabine avec vous, vous gagnerez du temps : pas d’enregistrement, pas d’attente à l’arrivée et vous serez sûrs que votre bagage ne sera pas égaré ou endommagé.
Sur la plupart des compagnies aériennes, vous avez le droit entre 10 kg et 12 kg en bagages cabine, mais attention à bien respecter les dimensions demandées par chacune (nous vous invitons à vérifier ces informations sur le site internet de la compagnie avec laquelle vous voyagerez, en général ils doivent faire 56x22x35 ). Si vous le souhaitez, vous pouvez tout de même prendre un bagage à roulettes, plus facile pour le transport (dans lequel vous aurez vos sacoches déjà prêtes) que vous laisserez ensuite en consigne chez le loueur (si votre voyage fait une boucle et que vous ramenez les motos au point de prise en charge)
Petit conseil : prévoir un sac souple et pliable supplémentaire que vous pourrez mettre en soute à votre retour (pour le shopping, les souvenirs …). Les billets d’avion de nos formules incluent forcément un bagage en soute (sauf mention contraire dans le devis).
Attention, si vous souhaitez prendre votre casque avec vous en cabine, il est possible que certaines compagnies aériennes ne l’acceptent pas pour des raisons de sécurité (dans ce cas il faudra demander à le mettre en soute mais en précisant fragile, préciser à l’agent que le moindre choc sur votre casque le rend inutile et qu’il faut absolument qu’il soit acheminé avec soin).

Vous avez également le droit avec votre bagage cabine de prendre un accessoire (petit sac à dos, sac à main, sacoche appareil photo…), celui-ci comptera par contre dans le poids global de vos bagages. Prévoir un petit sac à dos, vous permettra de l’avoir à disposition pour vos visites de parcs ou bien pour faire les courses le midi. Nous vous conseillons donc d’y réunir tout ce qui pourrait vous servir pour voyager et les avoir à portée de main, à savoir:

  • Votre passeport,
  • Votre ESTA
  • Votre permis de conduire
  • Vos billets d’avion
  • Votre porte feuille avec éventuellement des dollars à disposition
  • Votre téléphone portable et tout autre appareil contenant une batterie au lithium (qu’il est interdit de mettre en soute et doivent être chargés pour être vérifiables le cas échéant).
  • Des écouteurs ou casque pour profiter de votre écran individuel dans l’avion, bien que la compagnie aérienne en fournisse, ils ne sont pas de super qualité (attention à bien prendre les anciens formats avec fils et prise jack, compatible avec le système de divertissement, le nouveau format Bluetooth ne pourra être synchronisé avec).
  • Vos médicaments, si vous devez en prendre durant le voyage (bien prévoir de prendre avec vous vos ordonnances de moins de 3 mois, avec éventuellement une traduction anglaise au cas où).
  • Votre premier bon d’échange hôtel pour l’adresse (qui peut vous être demandé à l’immigration),
  • Et éventuellement quelques produis d’hygiène de base pour vous rafraichir avant votre arrivée (attention liquide moins de 100 mlvoir ci-dessous),
  • Et surtout tous nos supers conseils, roadbook ou application à étudier et vous feront déjà voyager pendant vos heures de vols.

Prévoyez également une photocopie de tous ces documents en cas de perte ou de vol cela facilitera les démarches, à mettre bien sûr dans un autre endroit que les originaux. De même, ne mettez pas tout votre argent au même emplacement.
Enfin si vous avez opté pour un bagage en soute (de 23 kg maximum), au cas où prenez toujours un change dans votre bagage à main (utile si vos bagages ne vous attendent pas à l’arrivée).

Quelques conseils pour charger sa moto

Si votre voyage est itinérant (ce qui la majeure partie du temps le cas), nous vous recommandons d’organiser vos sacoches latérales avec votre trousse de toilette à disposition (que vous prendrez donc tous les jours) puis chaque soir, une tenue pour le lendemain et votre petit sac de linge sale. Vous n’aurez ainsi pas à défaire l’intégralité chaque jour et refaire chaque matin, mieux vaut prendre un peu de temps à votre arrivée à l’hôtel pour en gagner le lendemain et reprendre la route le plus rapidement possible. Ensuite, essayez de :

  • répartir le poids de façon équilibrée,
  • disposer les éléments lourds le plus bas possible,
  • et évidement prendre le nécessaire pour bien sécuriser vos sacs sur le porte-bagages : tendeurs, filet-araignée … Si c’est celui au dessus du topcase, attention au poids et qu’aucun frottement ne vienne endommager celui-ci.

Pour rappel, votre bagage en soute doit pouvoir être ouvert par la douane américaine, il est donc conseillé de prendre avec vous un cadenas TSA (sauf si votre valise en est déjà équipée).

Retrouvez notre article Voyage aux USA : informations pratiques et conseils de pro! , pour savoir ce que vous devez prévoir dans votre bagage. Et ajoutez éventuellement à votre liste : intercom si vous voyagez à plusieurs, support téléphone au besoin, prise allume-cigare USB, serviettes microfibres, bouchons d’oreille/Boules Quies …

⚠️ Restrictions relatives aux liquides et aérosols

Si vous prévoyez de ne prendre qu’un bagage à main, pensez bien à la restrictions sur les liquides en vigueur dans les avions. Sous peine de voir tous ses beaux produits être mis à la poubelle par les douaniers.
Vous ne pouvez emmener que 1L de produit comme capacité maximale (soit environ 10 produits maximum).
Les produits doivent être regroupés dans un contenant transparent et refermable (type sac congélation réutilisable, peuvent être fournis à l’aéroport) et les contenants ne doivent pas excéder la capacité de 100 ml par produit. Attention, ce sont bien les contenant qui ne doivent pas dépasser 100 ml et non le contenu, même si vous avez un fond de crème, de parfum ou autre lotion dans un contenant plus grand, cela se terminera immanquablement à la poubelle. Le sac doit pouvoir être sorti facilement car il vous sera demandé aux postes de contrôle. C’est pourquoi, nous vous conseillons de prendre un maximum de choses sous le format solide (aujourd’hui quasiment tout est trouvable sous ce format en supermarché ou magasins spécialisés: dentifrice, déodorant, shampoing…).

Vous voilà avec un maximum d’informations pour faire votre valise, bagage, sac … en toute sérénité. Nous vous conseillons toutefois de vérifier les dimensions et restrictions sur les différents sites des compagnies avant de faire ou d’acheter vos bagages:

La compagnie avec laquelle vous voyagerez est indiquée sur votre confirmation d’inscription puis sur votre billet électronique. Bon préparatif 😊

Vous voilà bientôt prêt à partir? Vos valises sont presque prêtes et pourtant vous vous posez encore des questions sur votre voyage? Quel budget prévoir? … Nous sommes là pour vous donner toutes ces infos :

1- Faire sa valise pour partir aux USA

Quand on part en voyage on ne sait jamais quoi emmener va-t-il faire chaud ou froid quelles sont les températures moyennes … Et on connait toutes (ou tous) ce fameux « au cas où » qui vous prendra plus de la moitié de votre bagage sans que vous le sortiez une seule fois. Pour un road trip, il vaut mieux prévoir de voyager léger (voir très léger si vous êtes à moto), déjà parce que justement un road trip implique itinérance et donc de défaire & refaire ses bagages quasi quotidiennement (on vous donne quelques astuces plus bas à ce sujet d’ailleurs) et parce que vous êtes aux Etats-Unis, où le shopping est roi (et reste encore très avantageux).

Le mieux est de prévoir plusieurs couches que de gros pulls qui seront encombrants (dont au moins un vêtement qui conserve la chaleur en cas d’humidité) et de prévoir une couche imperméable. Si vous partez dans des Etats chauds, privilégiez une veste d’été ou mi-saison (avec protections et dorsale), des hauts en coton (ou lin), pantalon en textile type mesh (aéré) ou large. A savoir, il existe des vêtements Anti-Canicule au même titre que les vêtements thermiques respirants, qui vous permettrons de bien être isolé du chaud comme du froid. Pensez également à prendre un t-shirt aux manches longues (même en plein été). Pour le reste, le climat dépendra de votre voyage, mais rappelez-vous que les USA représentent près de 17 fois la France, on y trouve donc tout type de climat (du subtropical en Floride au climat de type alpin dans les Rocheuses). Tenez compte des altitudes que vous allez traverser pour prévoir en conséquence. Enfin, pensez également à prendre vos gants (soit mi-saison avec des sous gants si votre parcours vous mène en altitude), bottes et éventuellement une paire de chaussure ouverte pour le soir … Ainsi qu’une casquette, chapeau ou autre couvre-chef. Mais n’en emmenez pas trop, des laveries seront présentes sur votre parcours et sinon c’est une bonne excuse pour tester les fameux outlets ou se refaire une petite garde-robe.

LA chose à ne pas oublier de mettre dans votre bagage est (au moins) un adaptateur pour les prises US. Les prises américaines fonctionnent en 117 volts (contre 220 pour les nôtres), idéalement optez pour un universel (vous évitant ainsi à chaque voyage de devoir faire un choix, avec au moins un port USB, pratique lorsque l’on a plusieurs appareils à charger, ce qui est de plus en plus le cas).

Pour la trousse de toilette, vous pouvez privilégier les formats solides pour un gain de place & de temps (vous évitant ainsi les bagages en soute). Par ailleurs, vous retrouverez dans la quasi totalité des hôtels des produits de base (savon, shampoing…) à votre disposition.
Prévoyez également éventuellement une petite trousse de premier soin (paracétamol, contre les maux de ventre, pansements … et autres basiques) sachant que vous retrouverez le tout très facilement et vente libre dans les « General Store » ou les « Pharmacy« .

La bagagerie moto peut être la solution la plus pratique. Il existe des sacoches adaptées aux dimensions de votre modèle, il vous suffira de prévoir une sacoche « vêtements » et une autre avec la/les trousses de toilettes et le reste de vos affaires. Vous aurez ainsi votre bagage directement à la bonne taille, et vous n’aurez pas à refaire 3x le rangement de votre sacoche pour la fermer 😁

2- Quel budget prévoir pour un road trip aux USA ?

Sans parler de vos souvenirs et autres achats de vêtement évoqués ci-dessus, votre budget aura 2 principaux poste de dépenses: la nourriture et l’essence.

Budget carburant

A noter qu’il y a très peu de diesel aux USA (regardez quand même la notice de constructeur au cas où quand vous prenez le véhicule, surtout pour les plus gros SUV/4X4). A la pompe, vous aurez donc le choix entre 3 types d’essence :
– Regular (87) = sans plomb régulier
– Super (89) = super sans plomb
– Premium (91-93) = très bonne qualité.

Le loueur moto préconise du premium. Même si l’essence a quelque peu augmenté ces derniers temps, cela reste toujours moins cher qu’en Europe. Rappelez-vous que les prix sont exprimés en gallons (soit environ 3.80L). Le prix varie d’un état à l’autre en fonction des taxes. Par exemple : elle sera moins cher en Utah qu’en Arizona et au Nevada. Comptez en moyenne entre 3,50$ et 4,50 $ le gallon sur l’ouest américain (sauf en Californie, actuellement aux alentours de 6.50$). Pour un séjour d’environ 15 jours (et donc environ 4000 km), comptez entre 350 à 500$ de budget carburant à moto.

Budget restauration

Là, l’estimation sera beaucoup plus aléatoire en fonction de vos envies: entre un Fast Food & un steak house le prix peut varier x 10. Pour vous donner une moyenne, comptez 12$-15$ pour un petit déjeuner américain (c’est à dire avec œufs, bacon, … ), 15$ à 25$ pour un déjeuner (léger du coup) et 35$ à 65$ pour le repas du soir. Même si le mot fast food peut faire peur, la variété et la diversité des restaurants proposés aux USA est telle que vous aurez le choix entre des plats asiatiques, indiens, mexicains, italiens… (pour varier les plaisirs) et une dépense moindre que dans un restaurant classique (où il faudra ajouter les fameux tips à la note finale). Et surtout, ils vous permettront de gagner du temps pour privilégier vos visites. Vous pouvez également choisir de vous faire des sandwichs en allant dans les supermarchés ( Wal-Mart, Target…) ou manger sur le pouce lors d’une halte à la station-service.

3- Sur place

Téléphone et poste

Avant de partir, renseignez-vous auprès de votre opérateur téléphonique pour savoir si vos appels à l’étranger sont inclus dans votre forfait (sinon attention à la note à votre retour) et demandez le prix pour l’option nécessaire (téléphonie + internet ou en fonction des préférences, l’un ou l’autre). A savoir, depuis fin février 2022, les opérateurs américains (notamment l’opérateur partenaire de Free : AT&T) arrêtent leurs réseaux 3G (info ici). Free mobile propose un forfait 5G (210 Go) à 19.99 €/mois (sans engagement ou 15.99€/mois pour les abonnés Freebox) incluant les appels illimités vers mobiles et fixes aux USA (+ 25 Go/mois en 4G aux USA).

Ou acheter une carte SIM (T-Mobile, Lyca …) prépayée (ex: données Internet 4G illimitées-> environ 35-40 €). Pour les grands consommateurs de Data, consultez sim-usa.mobi (société française)

Sur place, vous pourrez également acheter un téléphone local avec 30 min d’appel par exemple ou une carte prépayée (même operateurs que ceux cités ci-dessus) dans un Best Buy ou Target par exemple …

Si vous comptez arriver après 19h à votre hôtel, vous vous conseillons de les appeler afin qu’ils conservent votre chambre. Aux USA, les numéros de téléphone comprennent 7 chiffres et sont précédés d’un indicatif régional (que vous trouverez parfois entre parenthèses). Pour appeler en Europe, composez le code à l’international (011) suivi du code national (33 pour la France) puis les 9 chiffres suivant (numéro de tel sans le 0).

Si vous souhaitez envoyer des cartes postales à vos proches, un conseil faites le dès le début de votre séjour. Une lettre met 7 à 14 jours pour arriver en Europe (Ecrivez AIR MAIL sur votre enveloppe, cela peut permettre de gagner du temps). Pour l’Europe, comptez environ 50c pour une carte postale, 60cts pour 12g et 1$ pour 25g puis 4cts du g supplémentaire.
Les bureaux de Poste sont ouverts du lundi au vendredi de 09h à 17h (parfois ouverts le samedi matin). Sinon, postez-les en extérieur, les boites aux lettres américaines sont bleues et portent la mention MAIL ou en fonction de votre hôtel, déposez-la au comptoir.

Achats et taxes

Vous trouverez de nombreux outlets (magasins d’usine) pour remplir votre valises de vêtements à prix imbattables (c‘est pour cela qu’il faut partir léger 😉). Et pour faire vos achats à prix dégriffés, rendez-vous dans l’une des chaines Ross, Marshalls ou encore T.j. Maxx. Par contre attention, les prix indiqués sont toujours hors taxes. Celles-ci peuvent varier d’un état à un autre … Ces « sales taxes » (l’équivalent de notre TVA) sont ajoutées au prix final à la caisse et varient entre 3% et 11.5%, la moyenne national tourne autour des 7.5%. Toutefois, les villes et les comtés peuvent percevoir une taxe supplémentaire. Une information à garder à l’esprit pour éviter les mauvaises surprises. Et pour la bonne surprise privilégiez les Etats qui n’appliquent pas de taxes sur les ventes tels que l’Alaska, le Delaware, le Montana, le New Hampshire et l’Oregon ou encore le New Jersey. Le Minnesota et la Pennsylvanie, n’appliquent pas de taxe de vente sur les vêtements … Enfin la Louisiane et le Texas autorisent les ventes hors taxes pour les visiteurs étrangers. Pour connaitre le taux en vigueur, consultez : https://www.taxadmin.org/current-tax-rates.

Enfin, n’oubliez pas que dans les restaurants ou autre domaine de service (bars, taxi ….), les pourboires ne sont pas compris et obligatoires (c’est une grosse partie du salaire de votre serveur/euse, chauffeur de taxi, coiffeur/euse…). Prévoyez entre 15% et 20% à ajouter à votre note. Si vous payez en carte de crédit, n’oubliez pas de cocher la case « tips ou gratuity » sur la facture. Il est très mal vu de ne laisser aucun pourboire. Toutefois, dans certaines zone touristique, le « tips » peut être inclus directement ou si vous être une table de 6-8 personnes. Regardez bien la note avant de régler.

Bien sûr vous n’avez là qu’une partie des conseils que nous vous distillons dans nos carnets de voyages & guides, mais au moins vous voilà avec une idée du budget à prévoir et quelques informations & conseils avant votre départ pour anticiper un peu les préparatifs. La sérénité de voyager avec un pro!

Louer une moto à l’étranger peut amener à se poser plusieurs questions surtout en ce qui concerne les assurances et la prise en charge du véhicule. On connait nos assurances personnelles pour notre monture, mais qu’en est il à l’étranger, comment est-on couvert? Et surtout quelles sont les informations à vérifier lorsqu’on loue une moto. Toutes nos réponses à vos questions ici :

1- Choisir quelle moto louer aux USA

Comme on vous en a déjà parlé dans nos précédents articles, le choix de votre modèle est important dans la réussite de votre voyage. Pour valider votre choix, n’hésitez pas à vous reporter à nos articles précédents: Quelle moto choisir pour faire un road trip dans l’ouest américain ou bien Quelle moto pour faire la Route 66. Ils vous apporteront déjà quelques pistes sur les principaux modèles proposés pour une location aux USA (en fonction de votre itinéraire). La bonne idée pour préparer au mieux votre voyage est de vous rendre en concession afin de faire un test. Cela vous permettra déjà de vous rendre compte de la position de conduite, de la prise en main et d’avoir éventuellement quelques explications en français avant de rejoindre nos homologues américain. Et s’y rendre avec son passager/ère permet aussi d’anticiper à 2 la place pour les bagages.

2- L’assurance moto en voyage aux États-Unis.

Rentrons dans la vif du sujet, voici le point névralgique sur lequel on vous demandera de faire un choix important lors de votre inscription. Sans assurances, vous êtes responsable à 100% en cas de dégâts ou de vol (et croyez nous, la note peut être très salée, surtout pour un custom). C’est pourquoi, nous ne proposons tout simplement pas de location de moto sans assurances. Par contre, nous vous demandons de faire un choix sur les deux type d’assurances que nous vous proposons (assurances proposées en fonction du circuit choisi ou du lieu de prise en charge, nous consulter ou bien se reporter à la rubrique « nos prix comprennent » sur notre site internet ).
Lors de la location une autorisation par carte de crédit sera faite au moment de la prise en charge à titre de caution (le montant est bloqué mais non débité), c’est pourquoi vous devez présenter une carte de crédit (international de type Mastercard ou Visa) au nom du conducteur (bien penser à lever les plafonds de votre carte en fonction du montant). Le choix de votre assurance a également un impact sur le montant de la caution demandée :

ASSURANCE INCLUSIVE: dommages & vol avec une franchise de 2500$ -caution de 2000$
ASSURANCE INCLUSIVE PLUS: franchise de 2000$ en cas de dommages et à 5000$ en cas de vol – caution de 2000$
ASSURANCE INCLUSIVE ZERO: Pas de franchise en cas de dommages causés à la moto (sauf infraction & négligence de votre part) et 1000$ en cas de vol – caution de 100$

Nous vous proposons donc le choix entre Inclusive/Inclusive Plus + Roadside Assistance, (assistance avec frais de remorquage jusqu’à 400$ par intervention ou illimité avec l’Inclusive Plus) ou l’Inclusive Zero. Evidement si vous optez pour la Roadside Assistance en supplément (à 13 € / jour) la couverture Zero s’appliquera d’office vous permettant à la fois d’avoir réduit la franchise, être couvert en cas de crevaison ainsi que les frais de remorquage.

Attention, que ce soit pour l’assurance inclusive ou bien pour l’Inclusive Zéro, la prise en charge ne se fera que sur présentation d’un Police report ( sauf en cas d’infraction ou négligence de votre part )donc appelez le 911 avant tout autre contact.

3 – De quelle assurance puis-je déjà bénéficier ?

Un dernier choix s’impose à vous pour valider votre location de moto. Celui de la SLI (Supplemental Liability Insurance), une responsabilité civile complémentaire à celle proposée par les états (en effet dans les prix de location moto, bien que cela ne soit pas mentionné, une SLI obligatoire du loueur vous couvre pour les montants minimum requis par l’Etat). Elle permet de couvrir les dégâts matériel et les blessures corporelles que vous pourriez causer à autrui lors d’un accident.

Par exemple, l’Etat de Californie requiert une couverture minimum de :

  • $15,000 pour blessure/décès d’une personne.
  • $30,000 pour blessure/décès de plus d’une personne.
  • $5,000 pour dommages matériels.

La SLI optionnelle vous permet d’être couvert à hauteur de 300 000$ par incident.

Cette assurance non intégrée dans nos tarifs peut être déjà incluse dans votre propre assurance moto (de moins en moins le cas en France, en revanche assez fréquent pour nos voisins Belges & Suisses). Consultez en amont votre contrat ou assureur pour savoir si vous l’avez déjà ou non et si oui à quelle hauteur (précisez bien dans le cadre d’une location).

4- Les conditions de location d’une moto aux usa

Pour louer une moto aux USA, il faut avoir minimum 21 ans et être titulaire du permis de conduire (A) depuis au moins 2 ans (et donc avoir passé la fameuse passerelle) pour accéder à la totalité des véhicules en location. Le permis national suffit, il faut évidemment que celui-ci soit valide.

A savoir : sur place il vous sera remis un contrat de location avec leurs termes & conditions. Il est impératif d’en prendre connaissance en sachant les règles d’usage suivants :

  • La moto est sous vous entière responsabilité pendant toute la durée de location. Vous devez vérifier les niveaux d’huile moteur et signaler immédiatement les pannes mécaniques au loueur. Vous pouvez être tenu responsable des dommages mécaniques dus à une négligence dans l’utilisation de la moto ou au manque d’entretien normal.
  • Restriction routière : les motos de location ne sont pas autorisées sur les routes de gravier (sauf trail), les plages, les exploitations forestières ou autres routes non publiques. Les clients ne peuvent pas entrer au Mexique avec une moto loué aux USA, sans autorisation écrite préalable. De plus, une assurance complémentaire est requise.
  • La roadside assistance vous couvre pour les frais de remorquage à hauteur de 400$ par intervention au garage le plus proche (et pas de votre choix).

Vous devez restituer la moto au centre de location à la date et à l’heure spécifiées dans votre Contrat, et dans le même état. Si celle-ci est restituée après les heures de fermeture du centre de location, vous restez responsable de la perte et de tout dommage au véhicule jusqu’à ce qu’elle soit inspectée par le centre à l’heure d’ouverture indiquée sur vos vouchers. L’entretien ou le remplacement de pièces ou d’accessoires pendant la location doit avoir leur accord préalable. Si la moto est remise dans un autre centre pour x raisons, les frais de rapatriement au point d’origine seront à votre charge.

  • Un casque peut être fourni, mais il préférable d’emmener le vôtre pour une question de confort (adapté à votre taille). Les casques de prêt sont des bols (casques américain s’arrêtant au dessus des oreilles).
  • Bagages: la plupart des modèles en location ont des sacoches fournies avec la moto (souples ou intégrées). Des consignes sont également disponibles chez le loueur pour stocker vos excédents de bagages (sous votre responsabilité & possible si vous ramenez la moto au même centre que celui de prise en charge). A noter que si la moto est prise et rendue dans 2 stations différentes (comme c’est le cas pour notre Route 66 ou notre Route du Blues par exemple) les frais appelés « One Way fee » s’appliquent et sont systématiquement inclus dans nos tarifs. La moto sera fournie avec le plein d’essence et vous devrez la restituer avec le plein également (prenez une photo de la jauge à la prise si besoin).

Et bien sûr si cela vous parait encore complexe, que vous avez un doute ou avez la moindre question, nous restons bien évidemment à votre entière disposition pour vous aiguillez. Les conditions d’assurances ne sont pas les mêmes pour nos autres destinations ainsi que la location de voiture (nous consulter pour plus d’informations.)

A seulement une vingtaine de minutes à l’ouest de Las Vegas se trouve un petit joyau que l’on oublie souvent, Red Rock Canyon. Des roches rouges, des randonnées accessibles et des paysages comme on les aimes … loin du tumulte de « Sin City ». Bref, une petite pépite que l’on vous fait découvrir ici 👇

Red Rock canyon, à moto le must pour s’aérer l’esprit

Si vous passez quelques jours à Las Vegas (au moins 2 nuits pour profiter de la ville avant d’explorer les alentours), le Red Rock Canyon peut être une belle alternative pour s’échapper, un peu, de la ville du péché. Un havre de paix, pour lequel vous pouvez prévoir de consacrer au moins 2 ou 3 heures (ou plus si vous souhaitez faire des randonnées plus longues dans le parc).
Une scenic drive en sens unique de 13 miles (21 km) vous emmène sur les principaux points de vue et sur les aires de stationnements. Un bel aperçu des formations géologiques typiques du désert de Mojave à découvrir.

Il peut aussi être un joli détour sur la route pour rejoindre ou au retour de la Death Valley.

Nouveauté Red Rock Canyon : à savoir

Si on vous en parle, c’est surtout que tout comme d’autres parcs de l’ouest américain (Yosemite, Arche Park dont on vous a déjà parlé…), il impose depuis fin 2020 une réservation afin de réguler l’affluence du parc en haute saison. Détails & informations pratiques ci-dessous :

De Octobre à Mai donc en saison d’hiver propice au soleil agréable du Nevada, il est nécessaire de réserver un créneau horaire si vous souhaitez emprunter la jolie route panoramique qui le traverse. Si vous prévoyez de la faire entre 8h du matin et 17h. Pour les « lève-tôt » pas besoin de réservation (le parc ouvre à 6h toute l’année et ferme entre 17h et 20h suivant la saison). Cela dit nous vous conseillons de le faire en fin de journée pour son jeu de couleur (et un superbe coucher de soleil en prime).

Et en pratique, comment ça se passe?

Rendez-vous donc sur le site de Recreation.gov pour prendre son ticket. Comme pour Arches Park, il vous faut déterminer une heure d’arrivée approximative, à savoir le ticket reçu est valable pour toute la journée. Bonne nouvelle, ce ticket d’entrée est gratuit ! (si vous avez le « Pass America the Beautiful » sinon 10$ pour les motos et 15$ pour les voiture ). Il serait quand même dommage de passer à coté de cette bouffée de nature (si vous avez le temps), juste pour une question de logistique….

Que faire à Red Rock ?

Tout d’abord, nous le recommandons pour chaque parc, rendez-vous au Visitor Center (ouvert tous les jours de 9h à 16h30). Véritable mine d’informations, vous pourrez : y demander conseil sur place, vous renseigner sur les conditions d’accès, découvrir les expositions intérieures et extérieures, récupérer une carte, accéder aux toilettes, faire le plein d’eau ou quelques emplettes (en effet s’y trouve également une petite boutique souvenirs). De nombreuses randonnées sont possibles dans le parc, étudiez en amont le site officiel qui vous détaillera également les informations essentielles, à savoir : la durée et la difficulté. Pour n’en citer que quelques unes : Calico I & II avec Calico Hills (de difficulté moyenne, est modulable selon vos envies et timing), Petroglyph Trail (facile environ 30 min), First Creek Canyon (environ 2h pour faire les 4 miles) …

Est-ce que Red Rock Canyon sera ajouté à votre bucket list de choses à faire à Las Vegas ?

Vous êtes nombreux à vous poser à la question et donc à nous la poser: comment je fais pour régler mes achats à l’étranger? Même si la réponse dépend au final de chacun, voici quelques pistes à explorer pour bien préparer son voyage:

Avec une carte Bancaire

On y pense pas toujours ou on ne le sait pas (c’est souvent les toutes petites lignes du contrat), mais la plupart des banques imposent des frais bancaires à chaque retrait ou règlement à l’étranger. Et la note peut vite monter, car vous avez le plus souvent un montant fixe et un montant en pourcentage, avec parfois des frais de change en plus! Du coup, il vaut mieux se renseigner à l’avance pour ne pas avoir de mauvaises surprises !
Certaines banques proposent des forfaits voyage pour éviter les frais lors de paiement à l’étranger, un forfait par mois à régler pour être tranquille, mais attention ils demandent souvent un an d’engagement pour ce type de forfait qui ne peut devenir intéressant que si vous voyagez plusieurs fois dans l’année. D’autres, peuvent avoir des accords avec des réseaux internationaux, qui peuvent être intéressants. En gros tout dépend de votre banque et du contrat que vous avez signer avec elle. N’hésitez pas à prendre contact avec votre conseiller pour en connaître tout les détails.

Une alternative possible : les banques en ligne. Soit en ouvrant un compte, soit en prenant seulement une carte que vous chargerez au fur et à mesure depuis une application mobile (cela vous engage donc à avoir un accès à internet pour effectuer une recharge). Plusieurs spécialiste des cartes « voyage » comme N26 ou Revolut, vous proposent même des cartes basiques gratuitement. Attention, ces cartes peuvent avoir un nombre de retrait en espèce limité (usuellement 200$). Mais elles vous serviront surtout à régler vos achats en carte bancaire sans frais de commission. Vous créditez votre compte en euros et vous réglez dans la monnaie locale (selon de le taux de change en vigueur au moment de l’achat). A noter toutefois, ces cartes demandent une autorisation systématique, elles peuvent ne pas fonctionner sur certains sites ou pour certains achats comme les péages, les locations de vélo certaines pompes à essences par exemple…

Idéalement, on vous conseille toujours de prendre aux moins deux cartes bancaires. Ainsi, si l’une de vos cartes ne passe pas, si vous la perdez, si on vous la vole ou si vous atteignez votre plafond de retraits, vous pourrez toujours utiliser l’autre.

En espèces

Là encore il s’agit de faire un choix. Souhaitez vous partir avec des espèces avant de quitter la France ?

Si vous souhaitez faire le change en France: renseignez vous auprès de votre banque si elle vous propose l’achat de devise à un bon taux. Il suffit pour cela de vérifier le taux du jour (sur des applications/sites comme XE.com par exemple), mais également le taux de commission pris par votre banque.
Autre solution retirer des euros (ou Franc Suisse) et passer par un bureau de change. Solution facile pour les parisiens et ceux qui habitent dans les grandes villes, mais il est beaucoup plus difficile de trouver un bureau de change en province.
Dans tous les cas, ne prévoyez pas d’emmener plus de 3000$/ couple, pour éviter les désagrément en cas de perte, vol …

Si vous souhaitez changer sur place, vous le pourrez aussi facilement. Mais on vous déconseille de le faire à l’aéroport, où le taux de change est souvent peu avantageux. Certains hôtels peuvent également le proposer mais avec une commission. Le mieux est encore de se rendre dans une banque ou un bureau de change en ayant effectué les vérifications précisées ci-dessus au préalable.

Vous pouvez également choisir de retirer des espèces avec votre carte auprès d’un distributeur (ATM). Idem, idéalement si vous n’avez pas de frais bancaires. Mais attention certains, (ceux en supermarchés ou dans les casinos notamment) appliquent plus de frais que d’autres et limites le montant (environ 200$ pour les plus petits). Il faut donc être attentif. Si vous souhaitez faire des retraits à l’étranger, préférez de « gros » retraits que de petites sommes à chaque fois.

Pour faire simple:
* Prévoyez 2 cartes pour partir en voyage pour le « au cas où », renseignez vous auprès de votre banque des frais ou choisissiez de prendre une carte voyage en plus.
* Changez votre espèce en France ou sur place en vérifiant les taux de change mais pas plus de 1500$ / personne pour ne pas avoir trop de cash sur soi… quitte à opter pour un retrait (même avec frais) pour un montant conséquent (de préférence) sera toujours mieux que d’avoir trop d’espèces sur vous.

Comme pour les USA , nous vous avons créé un petit guide des formalités pour votre prochain séjour au Canada, voici donc les démarches à suivre pour rejoindre nos cousins canadiens:

1. Avoir un passeport individuel

Pas de besoin de format biométrique ou électronique pour les ressortissants français, belges ou suisses (ceci dit, ils le sont tous maintenant) pour voyager au Canada, mais la validité de votre passeport doit dépasser d’au moins 1 jour la date de votre retour,
Afin de parer à toute éventualité, on veillera à disposer d’un passeport comportant le nombre de pages vierges requis ou suffisant (généralement 3, dont 2 en vis-à-vis).

2. Remplir et avoir reçu l’autorisation AVE

Comme pour les USA, une autorisation de voyage est à remplir sur le site officiel du gouvernement: au prix de 7$CAD par personne (si un montant plus conséquent vous est demandé, vous n’êtes pas sur le site officiel). Vous devez faire une demande par personne si vous êtes plusieurs à partir en voyage, il faudra faire à chaque fois une demande et un nouveau paiement pour chaque personne.
Elle est valable 5 ans mais est liée à votre passeport et à sa validité, si vous changez de passeport, vous devrez donc le refaire.

Pour information:

• Aux frontières terrestres (entre le Canada et les Etats-Unis), vous devrez vous acquitter d’une taxe de US$6, payable uniquement en espèces (à régler en $ américain). Vous devrez également présenter votre passeport (valable pour entrer sur le territoire américain), votre ESTA, AVE, votre billet de retour ainsi qu’une preuve de solvabilité. Le formulaire vert I94W à compléter pour entrer aux USA par voie terrestre vous sera remis sur place.

Toutefois dans le sens USA -> Canada, l’AVE n’est pas requis.

Voyager au Canada pendant la Pandémie, quelles sont les conditions?

  • A compter du 1er octobre 2022, il n’est plus nécessaire d’utiliser l’application ArriveCAN, de fournir une preuve de vaccination ou de se soumettre à un test de dépistage de la Covid-19 pour entrer au Canada. Le port du masque n’est plus obligatoire mais reste recommandé à bord des avions et des trains.

A noter: Depuis le 16/05/2022, l‘obligation du port du masque est suspendue dans l’aéroport et à bord des avions pour certaines destinations. Il demeure néanmoins recommandé. Avant tout voyage, veuillez vous renseigner directement auprès de votre compagnie aérienne. Les compagnies ne fournissant pas de masques, nous vous conseillons tout de même de prévoir un petit stock au cas où. A savoir que sur place, il peut encore vous être demandé de porter le masque dans certains endroits.

A l’occasion de nos 20 ans d’existence (techniquement nous sommes plus vieux mais c’est la date de création ici qui fait foi), nous voulions revenir sur nos origines, notre histoire et nos services. Alors, qui sommes-nous ? Comment fonctionne-t-on ? Pourquoi choisir AMT ? La réponse tout de suite 👇 :

Une entreprise familiale intimiste, spécialisée dans les voyages à moto

La société créée en 2002 par Roger avait d’abord vocation d’emmener tous les motards vivre l’un des plus grand événement moto au monde : la Daytona Bike Week. Et pour répondre à la demande, quoi de mieux qu’un tour-opérateur ? Car, il faut faire la distinction : si le tour opérateur est créateur du voyage, l’agence de voyage en est seulement le revendeur. Nous sommes bien un tour opérateur, donc sans intermédiaire, pour vous proposer le meilleur rapport qualité-prix.

Charlène (sa fille) a ensuite rejoint l’entreprise familiale en 2011. Elle aussi fan de moto (au guidon d’une Indian Scout) et des USA. Suite à de nombreux voyages de reconnaissance, elle est à même de vous conseillez au mieux pour vos voyages et vous donnez tous ses petits « conseils » indispensables qui apporteront une réelle plus-value à vos roadtrip U.S. Enfin vos interlocuteurs(rices), également passionné(e) de moto et d’Amérique, dont moi-même (Wendy, qui vous écrit chaque semaine pour vous donner toujours plus d’inspirations et d’informations, au guidon d’une CB650F). Vous voyez donc que l’on partage les mêmes passions que vous, que nous restons (délibérément) une petite entité, pour une approche plus humaine et personnalisée à votre voyage ! Et si vous voulez nous rencontrer, nous avons « pignon sur rue » au cœur de Montrouge (sud de Paris, à 5 min de la porte d’Orléans) pour vous accueillir. Ou bien sur l’un des nombreux salons auxquels nous participons au court de l’année!

Spécialiste destination

Nous n’avons pas voulu proposer de multiples destinations (au détriment forcément de notre expertise) et préférons rester focalisé sur notre cœur de métier (initialement l’Amérique du Nord avec les Etats-Unis et le Canada), tout en sachant s’adapter et évoluer au grès des années. Nous restons donc principalement dédié aux voyages en Amérique :

  • USA, nous proposons pas moins de 23 circuits différents + 2 événements « Bike Week »,
  • Canada, avec 2 circuits pour découvrir l’Est comme l’ouest (un troisièmes à venir d’ailleurs),
  • Ainsi qu’au Mexique pour un dépaysement au cœur de la civilisation Maya (que Charlene a lancé en 2015).
  • Mais aussi à Cuba (qui a suivi peu de temps après), pour allier également culture & farniente,
  • Puis, plus récemment, l’Argentine et un combiné Chili/Argentine à travers les Andes (en Trail).

Bref, de quoi satisfaire tout le monde !

PS : Après plusieurs voyages, nous avons également développé peu de temps après notre création, un circuit en Afrique du Sud avec l’incontournable Route 62 (à laquelle nous avions déjà consacré un article, une destination unique sur le continent africain, qui a su nous charmer et si vous vouliez nos raisons, vous les retrouverez ici.)

Voyage sur-mesure : notre expertise à votre service

Nous pouvons aussi construire VOTRE voyage. Du sur-mesure, totalement à la carte, pour correspondre pleinement à vos envies et besoins. Que ce soit au guidon de votre moto ou au volant d’une voiture, nous créerons votre roadtrip aux USA, Canada, Mexique ou Afrique du Sud selon vos critères. Une liberté et autonomie pour vivre une autre expérience, tout en restant encadré. A savoir, nous pouvons également vous proposer une formule accompagnée sur-mesure avec la privatisation d’un guide-accompagnateur.

Une agence française aux garanties rassurantes

  • Restons chauvins, et consommons français 🇫🇷, avec nous, vous êtes au bon endroit. Notre siège social (et donc notre agence) est à Montrouge. Vous avez donc une adresse physique où vous adresser, et si vous le souhaitez, pour nous rencontrer en personne. De plus, vous n’aurez pas de décalage horaire, et donc des réponses rapides à vos éventuelles interrogations.

  • Les Agences Françaises sont régies par la loi et le code du Tourisme. Une activité extrêmement règlementée, c’est pourquoi, nous devons être titulaire d’une licence d’état. Un numéro délivré par la préfecture de police (commençant par IM et suivi de 9 chiffres) qui offre des garanties de qualité, d’engagement et de responsabilité.
  • Une autre obligation des agences et tour opérateur français est de présenter une garantie financière, qui permet aux clients d’être remboursés en cas de défaillance. Nous sommes pour notre part, membre de l’APST (Association Professionnelle de Solidarité du Tourisme).
  • Avoir un Agrément IATA n’est pas obligatoire, mais cela indique que vos billets d’avion sont directement émis et gérés au sein de l’agence, et qu’elle est en contact direct avec les compagnies aérienne. Un vrai gage de réactivité, et compétitivité tarifaire (de meilleur tarifs, fort d’une négociation de contrat annuelle et sans intermédiaire).
  • Et bien sûr, tout au long de ces 20 années, nous avons une réputation à la hauteur de nos services (il est toujours bon de vérifier les avis clients via notre livre d’or, attention selon les plateformes, à vous de bien faire le tri)

Notre plus-value : au delà des services dès l’élaboration de votre voyage, c’est surtout en cas de soucis sur place que l’on se rend de compte de la nécessité de passer par un professionnel. Nous avons un service d’assistance dédié aux USA et un N° d’urgence en France disponible 24/24h – 7/7j. Cerise sur le gâteau, en fonction de votre formule, vous pouvez même profiter d’un service de conciergerie pour bénéficier d’une aide appréciable sur place dans l’organisation, la réservation et la gestion de vos activités, restauration … Un vrai bonus qui vous permet de voyager serein!

Une tarification préférentielle avec des offres exceptionnelles

Halte aux idées reçues, de nombreux clients peuvent en témoigner, cela ne coûte pas forcément plus cher de passer par un Tour opérateur. Avec un volume d’affaire plus important, nous profitons de tarifs négociés auprès de partenaires de choix. Nous ne dévoilerons pas tous nos secrets mais de façon quasi systématique, nous avons pu constater être moins chers que si vous réserviez vos billets, location et hôtels via les plateformes conseillée des voyageurs blogueurs type Booking, Hotels.com …
Nous vous faisons, par ailleurs, bénéficier d’avantages tarifaires indéniables avec nos remises d’office (que nous proposons depuis notre création) sur les forfaits de nos circuits aux USA, Canada & Afrique du Sud, (sauf Events et Voyage Sur Mesure donc) :
• Une réduction de 3% pour toute inscription 6 mois avant le départ,
• Une réduction de 5% pour toute inscription 9 mois avant le départ,
• Et un règlement échelonné chaque mois sans frais jusqu’à 45 jours avant le départ, avec un acompte de 300 € par personne au lieu de 30% du montant total du voyage. 

Un spécialiste, pour le savoir-faire et la flexibilité

Quoi de mieux que de profiter des conseils et bon plans d’un spécialiste et passionné ? Rien? Alors, en un clic entrez dans la légende AMT 😊. Nos nombreux voyages de reconnaissance et l’accompagnement de nos clients pour suivi, nous permettent de mettre à jour régulièrement nos services, petites adresses, et autres bons plans pour sortir des sentiers battus.
De plus, comme nous revoyons votre séjour avec vous, tout est adaptable et ajustable en fonction de vos attentes. Du choix des étapes, de la compagnie aérienne (régulière, pas de low-cost), du véhicule ou encore la catégorie des hôtels. Nous créons avec vous le voyage de vos rêves, personnalisé, et au meilleur prix.

Voilà, vous savez maintenant tout sur nous, et si vous avez encore des questions, on reste à votre disposition, du lundi au vendredi , de 09h30 à 12h30 et de 14h à 18h30, ou bien par courriel , contactez-nous pour organiser dès à présent votre futur voyage!

Car oui, il n’y a pas pas que la moto que nous vous proposons et pour correspondre à toutes les envies, l’autotour peut aussi être une alternative, surtout pour les familles ou bien pour accompagner un groupe sans se poser la question des bagages. Comme la semaine dernière on vous a donné des conseils pour la conduite à moto, voici quelques conseils pour la voiture:

Tout d’abord la quasi-totalité des voitures de location sont des automatiques (avec une pédale pour accélérer et une pour freiner, seul votre pied droit sera à utiliser), il faudra vous familiariser avec les commandes de base.

  • P (Park) : à enclencher quand vous êtes garés (sinon cela risque de biper). Ce mode empêche de bouger le véhicule. Attention, cela ne fait office de frein à main (surtout avec un dénivelé important). 
  • R (Reverse) : correspond à la marche arrière
  • N (Neutral) : le point mort (vous êtes donc en roues libres)
  • D (Drive) : marche avant (les vitesses se passent toutes seules). Sur de long trajet, n’hésitez pas à utiliser le « Cruise Control » (régulateur de vitesse).

Les autres modes L ou S peuvent être un mode manuel, souvent sur des SUV 4×4. Utile lors de routes de montagnes (enneigées) ou de la piste (sable).
Pour démarrer, appuyez sur la pédale de frein, passez le mode D, désactivez le frein à main et c’est parti !

Formalités

Tout comme pour la moto, le permis français suffit pour faire une location de voiture aux USA (du moment que votre séjour ne dépasse pas les 3 mois). Vous pouvez si vous le souhaitez faire un permis international en préfecture, mais il n’est pas obligatoire. Il facilite seulement les échanges avec les autorités qui ainsi, trouvent plus facilement les informations qui les intéressent. Il peut également servir de pièce d’identité pour prendre un verre, acheter des cigarette ou autres.

La ceinture de sécurité

Elle est obligatoire (Buckle up. It’s our law) pour tous les passagers du véhicule. Il est également interdit de téléphoner au volant (comme en France, en somme).

Sur Autoroute ou voie rapide

Le routes américaines sont plutôt en bon état et agréables à rouler, donc pas d’inquiétude vous vous y ferez très vite 😉. Tout comme pour les motos, nous vous conseillons sur les interstates, de conserver votre place dans la voie du milieu. Cela vous évitera de vous retrouver dans une voie où la sortie est obligatoire (exit only) ou bien une voie réservée au covoiturage (carpool lane ou HOV lane, le plus souvent la voie la plus à gauche). Et même en voiture, les camions américains peuvent être impressionnants. Comme ils se placent le plus souvent dans la voie de droite, ils seront donc moins perturbants pour vous. Et pas d’inquiétude, vous ne générez personne puisque aux USA on double aussi bien par la gauche que par la droite !

Le stationnement

Pour s’éviter une contravention voir un tour à la fourrière, il est important de respecter les règles que nous vous avons indiqué dans notre précédent articles (La conduite aux USA :les règles de base). Quelques subtilités sont pourtant à rajouter, comme par exemple dans les rues en pente de San Francisco, où vous avez obligation de braquer vos roues vers le trottoir lors de votre stationnement, sous peine d’amende. Et bien garder en tête qu’on ne se gare jamais devant un panneau NO PARKING, si on veut revoir sa voiture au retour de son excursion.

Essence

Comme en France, les tarifs de l’essence varient d’un état à l’autre et d’une station à l’autre. Mais pas de façon très significative, donc pas a besoin de vous mettre en quête de la station la moins chère sur une partie de votre après-midi, cela reste bien moins cher qu’en France (surtout en ce moment) de toute façon. Comptez 3.50$ à 5$ le gallon (soit pour 3,785 L) selon le type de carburant. Pour vous aider dans votre choix à proximité, vous pouvez également utiliser les sites et applications qui vous permettent de trouver les stations les moins chers : GasBuddy Geico, Gas Guru, Fuelzee … Vous pourrez en profiter aussi pour faire une pause, tout comme nos stations d’autoroute, la plupart proposent à manger ainsi que de quoi faire quelques courses et bien sûr des toilettes toujours bienvenues. La plupart des voitures fonctionnent au Regular (mais référez-vous au manuel de votre véhicule, certains SUV peuvent fonctionner au diesel). Vous trouverez plusieurs formules (85, 88, 91 ou même 93), mais sauf mention contraire de la part du loueur, le moins cher fait très bien l’affaire.

Vous pourrez soit, prépayer votre plein en espèces en demandant une certaine somme directement au comptoir, (rendez vous dans la station et demandez : « Hi, I would like …$ on pump …, please ») ou bien payez directement par carte à la pompe (il s’agira de prêtez attention aux frais bancaires qui peuvent s’appliquer selon votre banque). En actionnant la petite gâchette sous la manette cela permet d’avoir une fonction « main libre », cela s’arrêtera automatiquement soit une fois le montant atteint soit lorsque le plein sera atteint.

Alcool au volant

Pas de tolérance pour les Américains de ce côté là. Le taux dans le sang est limité de 0.08 à 0.1g/L selon les états, autant dire à 0. Si vous ne respectez pas cette loi, vous risquez entre 3 jours à 6 mois de prison, et une amende de 400 à 1000$ et un retrait de permis. Donc plutôt salée comme addition.

Et voilà, vous verrez très vite que le pays a été fait et pensé pour se déplacer en véhicule, donc il est très facile de s’y adapter, pas vraiment qu’inquiétude de ce côté-là. Bien sûr, si il vous reste des interrogations, nous sommes là pour y répondre.

Maintenant que vous connaissez les subtilités de la conduite aux Etats Unis (voir notre article précédent), et que vous avez révisé votre code la route. Vous voilà fin prêt, mais comme on est aussi motardes et que dans la communauté il faut partager, voici toutes les conseils de conduite, pour profiter au mieux de votre road trip!

Formalités : permis

Pas d’inquiétude, pour les séjours de moins de 3 mois, le permis français suffit pour conduire une moto aux USA. Le permis international (qui n’est pas exigé) est en fait une traduction de votre permis de conduire, il ne remplace pas votre permis original. Cette traduction permet surtout aux policiers de mieux comprendre notre cher papier rose auquel ils ne sont pas habitués. Il est gratuit et se fait en préfecture, par contre les délais peuvent être un peu long surtout en ce moment et n’est pas valide à vie. Pour nos amis belge et suisse, ils sont payants. Pour ceux qui ont le nouveau format (carte), c’est encore mieux, ce format ressemble plus aux « driver’s licence » américain et déroute un peu moins les « policemen ». Il vous servira également d’ID (identification) pour prendre un verre, faire le check-in …

Le port du casque

Même si il n’est pas obligatoire dans tous les états, pour les américains, il le sera pour vous. Les assurances fonctionnent en fonction de votre permis: en France, le port du casque est obligatoire donc vous devez le porter pour être couvert. A savoir le port des gants est vivement conseillé mais seules les lunettes sont obligatoires à moto (nous vous conseillons d’ailleurs d’opter pour de bonnes lunettes de soleil, coupe-vent, sécurisées et ajustables).

Freinage et distances de sécurité

Pour ceux qui ne seraient pas habitués à conduire une américaine, on vous rassure, c’est comme le vélo 🙂 en revanche il faudra être vigilant pendant les manœuvres et au freinage. Il convient donc de garder ses distances, surtout si vous roulez en groupe. Petit rappel des signes et de leurs significations:

Trucks et placement dans les voies

Aux USA, on double aussi bien par la gauche que par la droite donc ne vous laissez pas surprendre !

Les camions américains sont beaucoup plus longs et beaucoup plus grands que nos traditionnels camions européens et peuvent impressionner, surtout quand ils sont juste à coté. Le mieux pour ne pas se laisser surprendre quand vous vous retrouvez sur une route à plusieurs voies est de rester sur la voie du milieu. Les camions se placent le plus souvent à droite mais peuvent être amenés à avoir une limitation de vitesse plus élevées que les véhicules légers ou motos. Souvenez-vous aussi de leurs angles morts, il vaut donc mieux garder une distance de sécurité avec eux, et essayer de rester visibles dans leurs rétros ou bien les doubler le cas échéant.

Stationnement

Pour une raison pratique pensez toujours à la façon dont vous allez repartir. Le mieux est encore comme en voiture, de vous garer en arrière. Ca tire sur les jambes et c’est clairement pas aisé parfois, mais finalement vous serez bien content après avoir marché quelques heures en ville ou dans les parcs de pouvoir repartir facilement…

Alcool au guidon

Les américains ne plaisantent pas avec ça : le taux dans le sang est limité de 0.08 à 0.1g/L selon les états, autant dire à 0. Et on vous conseille plutôt de respecter cette loi: vous risquez entre 3 jours à 6 mois de prison, une amende de 400 à 1000$ et un retrait de permis.

Essence

Aux Etats-Unis, vous avez globalement les mêmes types de carburant : le Diesel (peu utilisé sauf pour les camions, camping car ou très gros SUV), le 85 (ou regular), le 88, 91 et rarement le 93. A savoir également les tarifs affichés sont pour un gallon (soit environ 3,785 L) et ils différent d’un Etat à un autre (parfois de façon significative, le plus cher sera en Californie). Comment faire son plein d’essence ? Il faut, pour l’ouest américain, en majorité, d’abord aller prépayer (en espèces surtout pour éviter les éventuels frais bancaires sinon si la CB est acceptée et que vous n’avez pas de frais payer directement à la borne). Pour cela rien de plus simple, vérifiez le numéro de la pompe et demandez « Hi, I would like …$ on pump …, please », avec un s’il vous plait et un bonjour c’est toujours mieux 🙂. Globalement comptez un plein pour environ 15-30$, mettez toujours plus, vous irez récupérer le change au besoin. Ensuite, sélectionnez votre choix (le loueur demande du 91 normalement, vu la hausse des prix le moins cher fera très bien l’affaire), et appuyez sur « Push me »: il n’y a plus qu’à remplir votre réservoir (astuce : mettez la manette, bien à la perpendiculaire de la moto). En actionnant la petite gâchette sous la manette cela permet d’avoir une fonction « main libre », cela s’arrêtera automatiquement soit une fois le montant atteint soit lorsque le plein sera atteint. A savoir: il y a quelques sites et applications qui vous permettent de trouver les stations les moins chers : GasBuddy Geico, Gas Guru, Fuelzee … , sinon utilisez les applications de navigation comme  Waze ou Google Maps pour vérifier les prix de l’essence dans votre voisinage. Profitez-en également pour faire une pause, quelques courses (déjeuner rapide, sandwich, hotdog, boissons énergisantes en cas de forte chaleur …), elles font aussi souvent office de supérette avec des WC.

Vous voilà prêt à affronter les routes américaines en tout sérénité, même si on restera toujours là pour vous prodiguer nos derniers conseils personnalisés & avisés avant votre départ, d’ici là nous restons à votre disposition, si besoin !

Ça y est LE roadtrip aux Etats-Unis tant rêvé et si minutieusement planifié, se rapproche ENFIN, vous vous interrogez dorénavant sur la conduite aux Etats-Unis ?
On vous rassure les règles de conduite sont sensiblement les mêmes qu’en Europe, on vous précise ci-dessous les subtilités à connaitre. La conduite se fait à droite et de manière générale est plus « relax » qu’en France (compte tenu des longs trajets qu’ils sont amenés à faire les américains roulent tranquillement) vous constaterez qu’ils respectent le code de la route (il y a toujours des exceptions, évidemment), la politesse, le respect sont de rigueurs et rares sont ceux qui klaxonnent. Suivez notre FAQ pour en savoir plus :

1.Comment conduire aux USA ?

Règle de base sur la route:

C’est souvent le premier conseil donné aux conducteurs néophytes : Attention aux feux de circulation. Vous avez l’habitude de vous arrêter quasiment au pied du feu, parfois quelques mètres avant s’il y a un sas vélo. Aux Etats-Unis, les feux sont de l’autre côté (ou au-dessus) de l’intersection. Si vous vous arrêtez au pied du feu, vous serez donc au milieu de l’intersection !

Le « No Turn on red » : il peut être autorisé (sauf mention contraire comme ci-contre) de tourner à droite même si le feu est rouge (à condition de marquer un arrêt et de ne gêner personne).

Les panneaux Stop et intersections : la règle est simple: premier arrivé, premier qui passe. Si vous arrivez à 2 véhicules en même temps, la courtoisie fait la différence.
Si deux véhicules se font face et souhaitent tourner à gauche, au lieu de tourner autour d’un rond imaginaire comme en Europe, elles se passent devant, allant au plus court (à l’indonésienne). Dernier cas de figure le panneau YIELD, qui correspond à notre panneau de céder le passage (c’est quasiment le même panneaux que chez nous, mais triangle est inversé).

Priorité à droite : elle est très rare aux USA, elle sera le plus souvent indiquée par un panneau stop ou un feu.

Sens unique: Attention, les rues en sens unique sont nombreuses en ville et n’ont pas de panneaux sens interdit comme en France ou en Europe, il faut donc bien repéré le panneau avec la flèche indiquant le sens de circulation.

Passage piéton: il est obligatoire de ralentir sa vitesse et de s’arrêter pour céder le passage aux piétons (qui sont, on vous le rappelle, prioritaires). D’ailleurs, vous pourrez voir parfois le mot « Xing Ped » peint sur la route, à traduire par « Pedestrians Crossing » signifiant que la priorité est donnée aux piétons qui traversent la route. Le non- respect de cette régle peut vous couter cher, l’amende s’élevant à plus de 200$.

Autobus scolaires: il est STRICTEMENT INTERDIT de les doubler quand ils sont à l’arrêt et qu’ils déposent des enfants. Si le bus a allumé ses feux clignotants, que vous soyez dans le même sens ou bien dans le sens inverse, vous devez obligatoirement vous arrêter à plus de 5 m de l’autobus.

Ce panneau indique un passage à niveau, il s’agit de bien y être attentif car la plupart de ces passages n’ont pas de barrière. Même si les conducteurs de train signalent leur arrivée en « sifflant », soyez toujours prudents avant de croiser une voie ferrée.

Sirène: arrêt obligatoire et immédiat. Si une voiture de police vous suit avec les gyrophares et sirènes allumés, arrêtez-vous immédiatement sur le bas-côté et laissez vos mains en évidence.

Dans la plupart des états, les véhicules d’urgence (avec sirènes hurlantes et lumières) ont une priorité absolue. Si l’un de ces véhicules (pompiers, forces de l’ordre ou ambulance) arrive, vous devez impérativement vous arrêter et vous ranger sur le bas côté ou sur la droite. Qu’il soit dans votre voie ou dans celle d’en face.
Si vous voyez un véhicule de police en intervention même loin devant vous et sur la bande d’arrêt d’urgence, il vous est demandé de laisser une voie d’écart (si c’est possible, bien sûr) pour éviter un accident.
Si vous ne respectez pas ces règles, vous vous exposez à une amende (plutôt salée d’ailleurs).

2. Comment me repérer facilement aux USA ?

Le territoire américain a surement le réseau routier le plus important qui se constitue :
=> d’Interstate Highway (désignée « I »)  autoroutes inter-états,
=> United States Highway (indiquée en « US ») autoroutes et routes secondaires,
=> States Highway (usuellement la contraction de l’état ex pour Utah UT),

Elles sont clairement indiquées et sont identifiées par des N° accompagnés d’un point cardinal (Nord => North, Sud => South, Ouest => West et Est => East) ou simplement la première lettre.
A savoir : Les Interstates qui portent un numéro pair vont d’est en ouest, celles qui portent un numéro impair vont du nord au sud. L’ensemble est numéroté dans un ordre croissant en allant vers l’est et le nord. Les itinéraires nord-sud commencent sur la côte Ouest avec la I-5 et s’achèvent sur la côte Est avec la I-95. L’itinéraire est-ouest le plus au sud est la I-4 en Floride, le plus au nord est la I-94, qui relie le Montana au Wisconsin. Les numéros à trois chiffres signalent les branches d’interstate (par exemple, la I-285 est une branche de la I-85). Il s’agit souvent d’une bretelle de contournement d’une grande agglomération.

Le numéro de sortie d’une autoroute se situe complètement en haut (centré ou à droite). Il sera par exemple indiqué “Exit 42”, qui correspond au nombre de milles parcourus sur l’autoroute. Si par exemple, vous devez prendre la sortie 42 et que vous passez devant la sortie 32, il vous reste 10 miles à parcourir (utile pour bien anticiper). Attention, sur la voie de droite « Exit Only » ou « Right lane must turn right », vous obligent à prendre la sortie, si vous le réalisez trop tard, évitez les changements de voies brusques, les américains n’y sont pas habitués, au pire vous la récupérez un peu plus loin, rien de bien grave. Il peut y avoir également one car at a time, c’est-à-dire un feu vert ou rouge pour fluidifier l’insertion sur une route à voie rapide (autoroute ou route secondaire).

Les routes payantes ( “toll roads”, « tollway » ou “turnpike”) : 95% des routes sont gratuites aux USA, à savoir les péages sont majoritairement à l’est (et particulièrement en Floride) elles peuvent être indiquées comme suit : Turnpike/ Parkway/Thruway/Bypass/Beltway/Tollway.
Comment payer : déjà dans la mesure du possible, évitez-les (merci à notre GPS et sa fonction éviter les péages) sinon, soit en payant en amont (ex : Golden Bridge), en prévoyant des espèces le Jour J (ex : Bay Bridge toll, en arrivant sur San Francisco via I-80; les autres ponts seront payants aussi, prévoir 4-6$), sinon par lecture de plaque (dans ce cas c’est la compagnie de location qui recevra la note et vous débitera directement sur votre CB). Ou via un télépéage, il est recommandé par exemple pour la Floride (Sunpass).

Enfin, il y a également les voies express Expressway ou Fast line => qui peuvent être payantes (le tarif est indiqué en $) vous serez flashé et idem le centre de location recevra la facture qu’il vous débitera ou vous renverra (avec généralement leur frais en sus).

A ne pas confondre avec les Carpool lanes (appelés aussi HOV lanes), voie réservée aux  véhicules avec plusieurs passagers (carpool généralement 2 et + sinon c’est indiqué 3+, 4+ …). Usuellement à gauche, elles permettent de désengorger les freeways bondées d’américains seuls et poussent donc au co-voiturage. PS : pour les motards c’est indiqué si vous pouvez les emprunter, même seul.

3. Comment se garer ?

Comme en Europe l’arrêt et le stationnement se fait sous certaines conditions, interdiction de stationner devant :
– entrée/ sortie de garage / parking ou panneau interdit
– autoroute
– trop près d’un passage piéton, d’un arrêt de bus ou d’une intersection.
– sur les lignes diagonales
– dans un tunnel
– sur un pont
– en double- file
– à contre sens de la circulation
– devant une borne incendie ou une caserne de pompiers.

Tout manquement à ces règles vous expose de manière quasi systématique à une contravention voire à un tour à la fourrière.

En agglomération, certaines règles spécifiques sont indiquées soit par des panneaux, soit par la couleur des bordures :
 – vert : parking autorisé pour un temps limité (indiqué sur le panneau).
jaune : arrêt uniquement pour chargement/déchargement (livraison) mais peut également signifier stationnement interdit.
blanc : arrêt minute pour déposer une personne ou récupérer quelqu’un
rouge : interdit (souvent fireline, accès pompier …).
bleu : autorisé mais souvent pour personnes handicapées.
Il y a également des règles concernant les bouches à incendie. Il est Interdit de se garer devant (ce qui est considéré comme une grave infraction à la loi) et, il faut également laisser 5m. Idem pour les angles de rues : interdiction de se garer trop près d’un angle. Mais la distance diffère suivant les états. Souvent, un marquage sur le trottoir permet de matérialiser cette distance.

Pour le parcmètre, ayez toujours des quarters (25 cents) sur vous ou bien téléchargez l’application paylib (ou autre) pour gérer avec votre smartphone. Attention à la saisie, si cela doit être votre plaque d’immatriculation, en cas d’erreur, vous devrez tout de même régler l’amende pour défaut de paiement. Particularité à San Francisco, dans les rues en pente il faut orienter ses roues vers le trottoir.

Si vous avez un doute demandez à quelqu’un de vous guider ou dirigez-vous vers un parking public ou payant pour quelques $ de plus, vous serez tranquille.

4. Quelles sont les limitations de vitesse ?

Comme vous le savez sans doute les USA ne comptent pas en KM/H mais en miles/ heure -> MPH, il est en de même pour vos compteurs sur les véhicules. Sur les routes les limitations vont de 20 miles/h (30 km/h) à 70 miles/h (113 km/h). Le plus simple est de suivre les panneaux qui vous donnent la vitesse maximale à respecter (les panneaux blancs sont les limites de vitesse, les panneaux jaunes la vitesse recommandée). En générale, la vitesse est de 25mph (40km/h) en ville, 55 mph (88km/h) sur les routes et 65mph (105 km/h) avec une dérogation à 70mph (113km/h) sur les interstates traversant les zones rurales. La vitesse maximale de tout le pays se trouve au Texas avec 85 miles par heure (137 km/h) sur la Texas State Highway 130. 

Quelle que soit la vitesse indiquée, nous vous conseillons fortement de la respecter : 1- vous ferez des économies de carburant, 2- vous éviterez une contravention. Les radars et les policiers américains, très efficaces sur ce point, laissent peu d’excès de vitesse impunis (et ils savent très bien se cacher). Parfois, vous verrez également des vitesses minimales à respecter ou des vitesses de nuit. A savoir, les poids lourds peuvent avoir une limitation de vitesse différente et plus importante.

Vous voilà fin prêt pour affronter les routes du territoire américain ! Même si le code de la route peut différer d’un état à un autre, vous avez ici les grandes constantes qui vous permettront d’aborder tranquillement et sereinement votre road trip.

On vous en déjà parlé il y a quelques temps déjà pour vous le présenter, le Yosemite National Park est un des joyaux de la Californie (vous pouvez retrouver notre article ici). Et maintenant que l’on peut à nouveau voyager, et le découvrir de ses propres yeux, il y a quelques subtilités à connaître avant de s’y engager. Mais comme d’habitude, votre super équipe est là pour vous donner tous les renseignements nécessaires:

Un point névralgique de votre road trip dans l’ouest américain

Yosemite reste un incontournable d’un road trip dans l’ouest. Tout simplement parce que le parc abrite le fameux Tioga Pass avec l’une des routes les plus importante de la Sierra Nevada. Elle vous permet, non sans vous offrir des paysages à couper le souffle, de traverser ces montagnes sans devoir en faire le grand détour. Et on vous le dit assez souvent les détours aux USA peuvent vite s’avérer longuet, et dans cette partie des USA il est vivement déconseillé de rouler de nuit. Il s’agit donc d’anticiper le passage par cette route ou non à la construction de votre road trip. Car oui, la subtilité est qu’elle n’est pas ouverte à l’année! En raison de son altitude élevée (plus de 3030 mètres, tout de même!), elle est recouverte de nombreux mois par la neige et donc souvent fermée à la circulation. Elle ouvre en générale de (fin) Mai à (début) Novembre, retrouvez ici ses dates d’ouverture et fermeture les années passées.

A savoir pour profiter de votre voyage à Yosemite

La nouvelle subtilité de cette année et qu’il vous faudra faire une réservation pour l’emprunter. En effet, afin de réguler les entrées dans le parc et décongestionner certaines zones prise d’assaut, les autorités ont mis en place un système de réservation pour entrer dans le parc (comme à Arches Park, dont on vous parlé il y a peu de temps ici ). Il vous faudra donc vous rendre sur le site Recreation.gov pour réserver votre place. Cela vous concerne pour toute entrée entre le 20 Mai et le 30 septembre (soit pendant toute la haute saison). Et si vous souhaitez y être entre 06h du matin et 16h, c’est à dire quasiment sur toute la journée si vous venez de la Death Valley. Cette réservation vous permet de profiter du parc pendant 3 jours consécutifs, pour information.

Il est donc extrêmement important de vous y prendre relativement à l’avance et de réserver votre entrée pour ne pas vous retrouver bloqué.

Dans les faits, ce système de réservation sera disponible dès le 23 Mars. A cette date 70% des créneaux seront disponibles. Les 30% restants seront mis en ligne 7 jours avant votre arrivée. Contrairement à Arches Park, par contre, vous n’aurez pas à réserver de créneau horaires, la réservation est valide pour toute heure entre 06h et 16h. Le prix de la réservation est de 2$ par véhicule (que ce soit pour une voiture et tous ses occupants ou bien pour une moto, si vous êtes plusieurs en moto, il vous faudra faire une réservation par véhicule.) Le jour J préparez votre pièce d’identité et la preuve de votre réservation. Si vous n’avez pas de réservation, vous pourrez toujours traverser la Sierra Nevada en empruntant le Sonora Pass, mais ça vous fera faire un joli détour et ne vous permettra pas de profiter des sites de Yosemite.

Pour profiter de votre séjour au maximum dans le Yosemite National Park.

Un dernier point à prendre en compte pour cette année 2022. La fameuse Glacier point Road, sera fermée en 2022 et en 2023 pour réfection et réaménagement (les travaux étaient initialement prévus en 2021 et 2022 mais ont été décalés suite au Covid). Ces travaux étaient nécessaires pour retravailler la route qui dataient de 1936.
Même si cela vous prive d’une très belle vue sur Glacier point (donc sur le Half Dome et la vallée), vous aurez toujours accès aux autres attraction du parc: la vallée avec le Half Dome Yosemite Falls, El Capitan, Bridalvail Falls, la Tioga Rd, Mariposa Grove, Wawona…
La seule façon d’accéder à ce point de vue à ce jour est de s’engager dans une randonnée plutôt longue et avec un bon dénivelé. Il faudra donc prévoir du temps et une bonne condition physique…

Vous voilà fin prêt pour profiter de ce bijou naturel immanquable dans un road trip faisant la jonction en San Francisco et la Death Valley. Et si vous le retrouvez dans la plupart de nos circuits, c’est bien qu’il y a une raison !

Parce que vous n’avez pas forcément envie de faire le même voyage que « Mr et Mme Tout le Monde » … Nous avons développé il y a de nombreuses années déjà, LA solution pour adapter son voyage à ses envies, besoins et budget : le sur-mesure (de quoi personnaliser l’intégralité de votre projet). Bref, un voyage qui vous correspond totalement. Et rien de mieux que de choisir un spécialiste pour construire avec vous le meilleur des voyages ! Alors pourquoi choisir cette formule ?

Pour la tranquillité 🧘‍♀️

On ne le sait que trop, créer un voyage sur-mesure demande de l’organisation et beaucoup de recherches : réserver le vol, choisir les bons hôtels et activités à faire, mais c’est surtout le choix de l’itinéraire et des étapes qui sont déterminantes pour votre road trip (sans oublier la location de la moto et ses assurances), bref cela peut devenir un vrai casse-tête. Et surtout si vous l’organisez pour un groupe! En passant par une agence de voyage spécialisée, à vous la tranquillité et la sérénité! Et cela ne vous coutera pas plus cher, les tour opérateurs ont le volume pour négocier des tarifs avec leurs prestataires sans que cela impute forcément votre budget. Vous profitez donc d’un accompagnement de A à Z sans casser votre tirelire!

Pour la liberté 👌

Vous voici prêt à vivre votre voyage, celui qui vous correspond pleinement ! Une fois que vous avez déterminé ce que vous souhaitez faire et voir lors de votre road trip, nous revoyons chacune de vos étapes avec vous, en détails, pour vous apporter notre expertise et les meilleurs conseils afin de préparer au mieux votre voyage. En somme, créer le road trip le plus adapté à vos envies & besoins.

Pour voyager en tout autonomie ✈️

Si vous ne souhaitez pas suivre un groupe et dépendre des horaires des autres participants, c’est la formule idéale. Vous souhaitez faire une grasse matinée sur l’une de vos étapes ? Ou bien rester plus longtemps sur un site? Ce sont des choses qui peuvent être intégrées à votre séjour, pour le construire d’autant plus à votre image. Une liberté et une autonomie pour vivre vos propres expériences. A savoir, nous pouvons bien évidemment également vous proposer une formule accompagnée sur-mesure lors de la privatisation d’un guide-accompagnateur.

Pour l’expertise d’un spécialiste 🕵️

Une road trip moto ne se construit pas comme un voyage en bus, camping-car ou même voiture. Les étapes doivent être bien équilibrées et vous permettre de faire des pauses au besoin. On le sait bien, à moto on est beaucoup plus tributaire de la météo qu’en voiture et c’est à prendre en compte. Avec un avis d’ expert, vous serez guidé dans cette démarche et votre road trip sera entièrement dédié à vos besoins et attentes spécifiques. Comme il connait très bien la destination, il vous permet d’ éviter les visites « attrape-touriste » pour vous proposer une alternative plus authentique et plus proche de la population locale. De plus, il vous prépare un carnet de voyage sur mesure en corrélation avec vos envies (suite à de nombreux échanges pour apprendre à vous connaitre et ajuster ainsi ses recommandations). Une façon totalement différente de voyager !

Voilà vous avez toutes les cartes en main pour prendre une décision. Etes vous plutôt formule accompagnée (dont vous retrouvez les avantages ici), formule mototour (ou autotour) ou sur-mesure? ( vous pouvez également retrouver le récapitulatif de ces formules ici). Si votre cœur balance encore, vous pouvez aussi nous contacter ou bien prendre rendez-vous à l’agence (avoir un interlocuteur en face, c’est encore plus conviviable) pour que l’on vous aide à faire votre choix.

Rouler sur la Mother Road reste un rêve pour beaucoup ; il convient de se poser une question primordiale avant d’entamer un tel voyage. Pourquoi a-t-on envie de faire un tel périple ? Car oui, il s’agit tout de même d’un road trip de près de 4000km et forcément cela n’est pas pour tous. Alors, si les traversées des grandes plaines de l’Illinois et du Missouri ne vous attirent pas, c’est peut-être que ce voyage n’est pas fait pour vous. Par contre, si vous êtes à la recherche d’une chasse aux trésors, au cœur de l’Amérique profonde, sur un fond de nostalgie, alors Welcome ! Et surtout voici comment bien préparer votre épopée :

1-Bien équilibrer ses étapes

Comme on vous le dit plus haut (et dans nos précédents articles), la Route 66 fait exactement 3940 km de long. Si en soi cela ne semble pas insurmontable, il y a un facteur temps et fatigue à prendre en compte. Ici, pas randonnée pour se dégourdir les jambes (mêmes si de nombreux arrêts sont à prévoir), on est venu, en priorité, pour apprécier la route… Le mieux est de prévoir 350 km par jour en moyenne. Si cela ne vous parait pas beaucoup, rappelez-vous l’adage « qui va loin ménage sa monture » (et son postérieur dans ce cas-là). Et les petits arrêts à faire devant les trésors et vestiges de la Route se multiplient, alors il vaut mieux prévoir de ne pas avaler trop de km au cours de la même journée.  

2- Savoir s’allouer du temps

Apprécier la « Route 66 » implique de savoir lui donner du temps. La « Mother Road » se mérite, et bien souvent elle se cache et se dérobe vous laissant devant une barrière infranchissable et vous obligeant à faire demi-tour. Et puis, il y a toutes ces petites choses qui attirent l’œil et vous tente à vous arrêter. Ici un diner vintage, là une statue ou un musherman (vous savez ces immenses bonshommes publicitaires qui font eux aussi parti de l’histoire de la Route) ou encore une ville fantôme à explorer… autant d’arrêts qui impliquent de prévoir une marge et de ne pas se précipiter. Il faut aussi prendre conscience que vous traversez 8 états (soit presque 14% du territoire américain), qui n’est clairement pas aux proportions de le France. Pour prendre le temps d’apprécier la « Mother Road », notre recommandation : comptez de 16 à 21 jours environ.

3-Quand partir sur la « Route 66 »

La période idéale sera le printemps ou l’automne. Pourquoi ? tout simplement parce que vous traversez 8 états et qu’il ne fait pas du tout le même temps à Chicago qu’au Texas ou en Arizona ! Pensez qu’à Chicago la neige peut encore être présente tard dans la saison et qu’en été les températures du Texas peuvent attendre les 40°C.
C’est pourquoi il vaut mieux privilégier les saisons intermédiaires, idéalement en mai- juin et en septembre jusqu’à la mi-octobre.

Voici vos premières pistes de réflexion pour vous lancer à l’assaut de cette traversée mythique. Ne manquez pas également notre article sur: « Quelle moto pour faire la Route 66 »? Et bien sûr on reste là pour vous conseiller et construire avec vous votre « Mother Road » idéale. Et pour être encore plus de tranquillité d’esprit (et éviter de chercher toute la journée la fameuse route, ou son tronçon le plus intéressant) et le confort, on vous conseille clairement notre circuit guidé « Route 66 Tours « ! Notre guide est là pour vous indiquer le bon embranchement, où se trouve telle ou telle roadside, l’attraction à ne pas louper et s’occupe de vos bagages. Et vous ? Vous n’avez plus qu’à apprécier votre traversée hors du temps!  

Après votre étape magique à Page, vous en voulez forcément encore. Plus que quelques miles et vous voilà en Utah. Un état dont on tombe facilement amoureux tellement il regorge de trésors et de parcs à découvrir! Une nature sauvage, majestueuse et remplie de routes scéniques, bref un pur bonheur ! Et pour vous donner l’eau à la bouche, petite présentation des parcs que vous pourrez découvrir, et qui doivent forcément figurer dans vos road-trip! En partant de Moab :

Arches National Park

Après un arrêt OBLIGATOIRE à Monument Valley (il y a tellement à dire sur cette merveille en territoire Navajo qu’on vous fera un article dédié), vous rejoignez à nouveau le Colorado (le fleuve pas l’état, bien sûr) pour entrer dans la sympathique ville de Moab. Car c’est la porte d’entrée pour les 2 superbes parcs suivants. Commencez par Arches qui possède la plus grande concentration d’arches naturelle au monde! (près de 2000). Vous pourrez les découvrir soit depuis la selle de votre monture, soit en vous engageant sur l’un des nombreux sentiers que compte le parc. Une route panoramique dessert tous les principaux secteurs du parc. Park Avenue, Les Trois Commères, Double Arch, Delicate Arch… autant de noms évocateurs à découvrir ou à redécouvrir puisqu’on ne s’en lasse pas. La route scénique qui traverse la parc vous offre 29km de paysages sculptés par la nature. Ne manquez pas le secteur « The Windows » avec la magnifique Double Arch que vous avez forcément déjà vu. Mais si vous savez, dans « Indiana Jones et la dernière croisade », revoyez le tout début du film (quand Indiana est encore enfant) et vous verrez Arches dans toute sa splendeur !

L’affluence augmentant d’années en années et pour protéger le site, il faut maintenant il faut obligatoirement réserver pour visiter Arches Park (2$) entre 6 heures du matin et 17 heures (en haute saison d’avril à octobre). Les places sont ouvertes 3 mois à l’avance (le 1° de chaque mois) et sur le principe du premier arrivé / premier servi, il ne faut donc pas le rater !
Le plus simple pour faire la réservation est de vous créer un compte et de vous connecter sur le site Recreation.gov. et choisir le créneau horaire qui vous convient. Vous avez une heure pour rentrer dans le parc mais pas de panique, vous pouvez y rester autant de temps que vous le souhaitez ensuite et même sortir et rerentrer dans le parc si vous souhaitez.
Le parc est ouvert 24h/24, du coup on vous préconise d’arriver sur le parc plutôt en fin de journée, vous éviterez la foule et profiterez des belles couleurs du sunset pour vos photos !
C’est le parc le plus proche de Moab à seulement 5.5 miles.

Canyonland National Park

Canyon, arche, rivières, cratère… On retrouve à peu près tout à Canyonland! Le parc, assez grand il faut se l’avouer, est divisé en 3 parties : Island In the Sky (tout un programme), The Needles et the Maze, mais vous n’aurez sans doute pas le temps (ou l’équipement, puisque sans 4×4 impossible de rejoindre le dernier secteur) de tout faire. Alors concentrez-vous sur le secteur d’ « Island in the sky » qui propose déjà de belles surprises: vues imprenable sur le canyon, Mesa Arch ou encore cratère sont à portée de main. Une route panoramique vous permet de rejoindre les principaux points de vues depuis le Visitor center, il vous faudra parfois marcher un peu pour atteindre les sites, mais ce sont des randonnées faciles et facilement accessibles.

Même si vous êtes très motivé, vous ne pourrez pas faire les 3 parties en une seule journée, les canyons et rivières formant des barrières naturelles infranchissables. Pour découvrir un maximum du parc, vous pouvez également prendre l’une des nombreuses excursions en 4×4 proposées.
Le parc est à environ 33 miles de Moab, compter 45 min à 1h pour rejoindre le Visitor center d’Island in the Sky .

Dead Horse Point State Park

En route pour Canyonland, un petit State Park vaut le détour. Il ne fait pas parti du Pass « America is beautiful » mais vaut bien les 10$ d’entrée. Même si il est à proximité de canyonlands, il offre tout de même des points de vues différents, notamment sur les méandres du Colorado. Son nom « Dead Horse Point », littéralement point du cheval mort, pas très engageant, viendrait d’une légende selon laquelle la mesa était utilisé par les cowboys comme un enclos naturel, pour une raison inconnue, ils seraient morts de soif alors que le Colorado n’étaient qu’à quelques km. Une route scénique de 6 km vous permet d’admirer les principaux point de vue, pour les autres il faudra prévoir de randonner. Avant de rejoindre le parc à proprement parlé, la UT-313 vous offre déjà de très beaux points de vues. Et puis, vous vous souvenez de la fin de « Thelma et Louise » ? Voilà la vue que vous pourriez retrouver, ça donne envie, non? (cherchez Fossil Point une fois dans le parc, mais n’essayez pas de reproduire la scène😉)

A noter, si vous êtes en 4×4, plusieurs pistes s’offrent à vous pour combiner les parcs, comme par exemple la Potash Road qui rejoint Dead Horse Point et Canyonlands.

Et ce ne sont là que les principaux, car Moab, est vraiment le point de départ de nombreuses routes scéniques, comme la UT 128 qui longe Arches Park et le Colorado et vous offre la possibilité de rouler au cœur d’un canyon, de sorties en 4×4, de sorties en rafting sur le Colorado. De nombreuses activités sont possibles sur Moab, qui comme Page , se trouve au cœur d’une concentration de parcs plus beaux les uns que les autres.

Les frontières ont réouvert depuis novembre dernier et le resteront, vraisemblablement pour 2022. Destination toujours très largement plébiscitée, on sent bien que ça vous démange de repartir sur les routes américaines. Mais vous hésitez encore ? Lequel choisir parmi nos 25 circuits proposés ? Pour vous aider, voici le TOP 5 des road trips incontournables (donc à faire au moins une fois) aux Etats-Unis.

1- Le « BEST OF THE WEST TOURS »

LE condensé des parcs nationaux de l’Ouest Américain, 19 jours répartis sur des étapes moyenne de 350km par jour, pour profiter au maximum de votre road trip ! Vous y découvrirez, entre autres:

  • Les villes de: Los Angeles, Las Vegas et San Francisco,
  • Les grand classiques des parcs américains: Grand Canyon, Monument Valley, Vallée de la Mort et Yosemite ainsi que Arches Park, Canyonland, Zion et Bryce Canyon (pour ne citer qu’eux),
  • Les moins connus: Capitol Reef, Joshua Tree National Park, Goblin State Park, Dead Horse Point, Alabama Hills…
  • Tronçons de la légendaire Route 66.

Les + AMT: un petit kilométrage pour profiter pleinement des merveilles de l’Ouest, la découverte de petits parcs d’état ou sites peu connus, une nuit au cœur la Vallée de la Mort et 2 nuits sur San Francisco en fin de séjour pour découvrir au mieux la plus européenne des villes américaines !

Prochain départ en formule accompagnée : du 14 Mai au 01 Juin 2022

2- Le « ROUTE 66 TOURS »

LA traversée mythique des USA en 16 jours ! Un parfum de nostalgie sur près de 4000km pour revivre les grandes heures de la « Mother Road » : le rêve pour tout motard !

  • Le véritable tracé de Chicago à Los Angeles,
  • Des étapes adaptés à un road trip moto,
  • Traversée de 7 états (vous découvriez pas loin de 14% du territoire américain en un seul voyage),
  • Une immersion totale dans une Amérique authentique,

Les + AMT: nuit possible dans un véritable motel des années 50, un guide amoureux de la 66 qui saura toujours vous remettre sur la « sixty-six » et vous faire partager tous ses secrets.

Prochain départ en formule accompagnée : du 16 Juin au 01 Juillet 2022

3- Le « ROUTE DU BLUES TOURS »

Road trip moto sur 15 jours, pour un voyage à travers le temps, aux racines de ce « blues » que l’on aime tant. Un itinéraire musical au départ de la Nouvelle Orléans pour suivre la migration de ces pionniers qui ont marqués l’histoire de la musique à travers le monde!

  • Respect du sens historique : Nouvelle Orleans -> Chicago,
  • Découverte des sites majeurs de la naissance de ce courant musical,
  • Deux autres routes légendaires : étape sur la mythique « Natchez Trace Parkway » et la fameuse « Route 66 »,
  • Soirées dans les meilleurs « juke joint », concert live quasiment chaque soir …

Les + AMT: visite possible dans les bayous, ou plantations créoles, vie nocturne incontournable à New Orleans (2 nuits), Memphis (2 nuits) pour vraiment vous imprégner de ce berceau de la musique américaine, tout comme à Nashville. Petit détour par la distillerie Jack Daniel’s, une culture riche emplie d’authenticité.

Prochain départ en formule accompagnée : du 24 Avril au 08 Mai 2022

4- Le « ROCKY MOUNTAIN TOURS »

Cap sur le Far West de l’ouest américain. Partez sur les traces de Buffalo Bill, Calamity Jane et autres grands noms légendaires qui ont marqué l’Histoire. Un itinéraire en 17 jours pour les amoureux des grands espaces et des routes sinueuses, en plein cœur des Rocheuses.

  • Parcs : Yellowstone, Rocky Mountain, Badlands et Grand Teton National Park,
  • Sans oublier le Mont Rushmore, le Crazy Horse Memorial ou encore le Devil’s Tower National Monument,
  • Des routes panoramiques à plus de 3700m d’altitude pour des points de vue à 360°,
  • Des villes datant de la ruée vers l’or encore dans le jus.

Les + AMT: nuits dans des hôtels historiques ayant vu passer les fines gâchettes de l’ouest, une nuit en plein cœur du paysage lunaire des Badlands et de superbes lacets, un must pour un biker.

Prochain départ en formule accompagnée : du 16 Juin au 02 Juillet 2022

5- Le « BLUE RIDGE TOURS »

Une découverte des Appalaches de la Virginie au Tennessee au travers des plus belles routes scéniques de l’ Est américain. Un retour au temps des pionniers et des premiers colons.

  • Appalaches : Skyline Drive, Blue Ridge Parkway, et la mythique Tail of the Dragon (318 courbes et virages sur 18 km!)
  • Parcs : Shenandoah National Park, Great Smoky Mountains National Park (parc le plus visité des USA),
  • Visite de la capitale américaine Washington, DC ainsi que de Nashville (capitale de la Country),
  • Halte à la légendaire distillerie Jack Daniel’s

Les + AMT: Plus de 1000 km sur les plus belles routes panoramiques de l’est, 2 nuits sur Washington & Nashville, étape en plein cœur du territoire indien Cherokee, sans oublier la musique qui vous accompagnera tout le long de votre voyage. Le tout en « hébergements atypiques » (biker ou intimiste :B&B / guest house ou encore historique).

Prochain départ en formule accompagnée : du 17 Septembre au 01 Octobre2022

En BONUS : NOS EVENTS

Incontestablement incontournable pour chaque motard(e), et donc hors catégorie (impossible de leur assigner une place) nos évènements sont une expérience en soit, au-delà de la zone géographique concernée. Voyager lors d’une concentration moto aux USA est une occasion unique de vivre un rassemblement, le plus fou, le plus intense qu’il ne vous sera jamais donné. Voici une liste non exhaustive (à étudier au moins 1 an avant le départ) à intégrer à vos road trip moto, ou même au cœur de votre voyage à moto :

  • Daytona Beach Bike Week :on vous en déjà largement parlé dans nos précédents articles (ici & ici), en Mars à combiner avec les plages & parcs de Floride.
  • Republic of Texas Motorcycle Rally, à Austin au début du mois de juin, l’occasion rêvé pour y aller lors de notre Texas Tours,
  • Laconia Motorcycle Week, (rappelez-vous notre article ici) mi-juin à Laconia dans le New Hampshire, d’ailleurs notre programme New England Tours y passe !
  • Sturgis Rally: (là encore on vous a déjà fait un article sur l’événement ici) deux formules en 14 ou 17 jours pour allier la découverte des plus beaux sites des Rocheuses et des Blacks Hills, à la folie de ce rassemblement hors normes! (début Août).
  • Las Vegas Bikefest comme son nom à l’indique à Las Vegas vers la fin septembre, à coupler avec n’importe lequel de nos circuits sur l’ouest américain!
  • Lone Star Rally, un autre rassemblement au Texas mais à Gavelston cette fois (début Novembre), c’est également une étape du Texas Tours.
  • Biketoberfest: si vous avez manqué le rassemblement de Mars, voilà une occasion de vous rattraper, également à Daytona à la mi-octobre.

Et voilà, vous êtes paré pour faire votre choix, même si bien sûr vous ne trouvez ici qu’un tout petit aperçu de ce que les USA peuvent offrir.  De nombreuses pépites, moins connues (donc potentiellement une fois les incontournables visités) peuvent être ajouter à votre liste: la Floride (Florida Tours), l’Alabama (Heart of Dixie Tours), la côte Est (Nouveau Monde Tours et New England tours), l’Oregon (Pacific Coast Tours)… Sans oublier nos dernières nouveautés, le Texas (Texas Tours), l’Arizona (Arizona tours) et la Géorgie (Great South Tours). Le tout à découvrir ou redécouvrir sur notre site! Evidemment, on vous le rappelle, notre force est d’être en mesure de pouvoir personnaliser l’intégralité de votre itinéraire, contactez-nous pour un devis gratuit.

Page est une étape presque incontournable dans un road trip moto au cœur de l’ouest américain. Un halte bienvenue qui vous permettra de découvrir plusieurs merveilles naturelles. Alors en route pour découvrir tout ce que cette ville a à offrir:

Si en soit la ville n’a pas grand intérêt, elle est surtout un point de départ parfait pour plusieurs sites à visiter ou bien faire une pause baignade dans les eaux du Colorado. L’un des plus grands attraits est notamment sa proximité avec le fameux Antelope Canyon! Mais si, vous savez, ce canyon étroit, on ne peut plus « instagramable » aux couleurs chatoyantes. C’est d’ailleurs le N°1 de ce guide:

1- Antelope Canyon

C’est en fait un « slot canyon », un canyon étroit qui s’est formé par le ruissèlement de l’eau. Formé de 2 parties: le « Upper » et le « Lower », le site n’est pas visitable par soi-même. Il est au cœur du territoire Navajo et est par conséquent géré par la tribu ( il ne fait donc pas parti du Pass « America is Beautiful »), vous serez donc obligatoirement accompagné par un guide Navajo. Il n’existe aucun tour permettant de visiter en même temps les deux canyons, il faudra donc prendre un billet pour chacun si vous souhaitez en faire la visite. Ils sont en même temps assez semblables et pourtant différents. Voici quelques indices pour faire votre choix:

Upper Antelope Canyon : plus facile d’accès et les parois sont plus larges (avis aux claustrophobe), ce qui permet aux rayons du soleil d’y pénétrer aux plus hautes heures de la journée. Ces rayons rendent la visite encore plus féérique. Par contre, c’est un cul de sac, vous serez donc obligés de revenir sur vos pas (et de croiser ceux qui ont fait la visite avant vous) pour sortir. Le meilleur moment pour le visiter est quand le soleil est au zénith mais ce sont forcément les horaires les recherchées et donc avec le plus de monde. Le mieux est donc de le visiter le matin dans les premiers tours. Prévoir environ 1h30 à 2h, l’approche du site se fait en 4X4 (Pour 2022, en raison des mesures sanitaires, le retour ne se fait plus à travers le canyon mais par des passerelles en extérieur, ainsi qu’une marche d’environ 1,2 km pour rejoindre les 4×4, prévoir donc un peu plus de temps ).

Lower Antelope Canyon : est un peu plus aventureux. Vous y descendez à l’aide d’échelles et d’escaliers en fer, fixés à la paroi. Les parois sont également plus étroites, donc pas de faisceau lumineux (ou très peu)… Mais il est également moins couru que l’Upper, la visite est donc un peu plus tranquille. La visite se fait en sens unique, vous rentrez d’un côté et ressortez de l’autre. Prévoyez environ 1h de visite, elle se fait directement à pied.

A noter: en cas de pluie, les sites sont fermés en raison de crues possibles.

Le site est très demandé, surtout en été, il est donc indispensable de réserver en avance votre visite. Et surtout, n’hésitez pas à nous demander de l’ajouter à votre road trip moto!

2- Horseshoe Bend

Est-il encore nécessaire de présenter le fer à cheval le plus célèbre des USA? Il est seulement à quelques minutes de Page, donc impossible de ne pas aller y faire un tour! Ce méandre du Colorado, à la forme évocatrice et aux eaux vertes émeraudes est un site splendide. A découvrir au plus haut de la journée (le soleil magnifiant la couleur du Colorado) ou bien au coucher du soleil pour le jeu de couleur.

Depuis avril 2019, il faut payer 10$ (par voiture et 5$ par moto) pour accéder au parking et au site. Une plateforme est maintenant aménagée pour vous protéger d’une chute dans le fleuve quelques 340m plus bas ! Elle se trouve au milieu du fer à cheval mais pour les plus aventureux, les autres abords ne sont pas protégés, histoire de garder un peu de sauvage dans ce site majestueux.

Attention, il est interdit de stationner au bord de la US-89, si le parking est complet, il vous faudra revenir plus tard.

3- Le Lac Powell

Formé par la construction du barrage de Glen Canyon, le lac Powell est une attraction en soi. Faisant presque 300 kilomètres de long pour 650km², c’est le deuxième lac artificiel du pays. On y compte pas moins de 96 canyons, des grottes, des ruines amérindiennes, des îles et des formations rocheuses, dont la plupart sont inaccessibles depuis la terre ferme comme par exemple, le Rainbow Bridge National Monument que l’on ne peut voir qu’après avoir fait 2h de bateau. Une des plus belles vues sur le lac se situe au Wahweap overlook.

Le lac fait parti du Glen Canyon National Recreation Area qui propose toutes sortes d’activités pour profiter de la zone: jet-ski, location de bateau, survol en avion, en l’hélicoptère… Bref une ribambelle d’activités qui permettent d’avoir de très belles de vues sur les abords du lac. Auxquelles vous pouvez ajouter la visite du barrage en lui-même. Pour 5$, vous embarquez pour une visite de 45 min qui vous permettra de descendre 160 m plus bas pour prendre conscience de la bête ! (c’est bien sûr gratuit pour le voir et rouler dessus).

Là encore, vous pouvez ajouter ces activités dès la réservation de votre road trip, n’hésitez pas à nous demander conseils !

Vous n’avez là que les principaux sites à découvrir quand vous séjournez à Page, si vous avez un peu plus de temps sur place vous pouvez également sortir des sentiers battus, il y a à quelques miles de là de nombreuses pépites, peu connues qui ne demandent qu’à être explorer …

Quoi qu’il en soit Page garde une position privilégiée dans un road trip dans l’ouest, la ville se trouve à : 2h de Monument Valley ou de Zion National Park / 2h30 du Grand Canyon, de Bryce Canyon National Park ou du Canyon de Chelly. Un halte toute trouvée donc au milieu de ces merveilles!


On se pose toujours la question de savoir quels sont les documents requis pour voyager dans un pays, et les États-Unis ne dérogent pas à la règle. Alors pour vous aider dans vos recherches, nous avons créé LE guide des formalités à connaitre pour voyager aux USA. Voici les documents à présenter:

1. Avoir un passeport individuel biométrique ou électronique en cours de validité

Pas d’inquiétude, depuis 2010 la plupart des passeports sont forcément biométriques (sauf pour les ressortissants belges) : ils comportent le petit signe de la puce (un cercle dans un rectangle – signifiant qu’il est électronique) et sur le devant et le mot passeport est souligné (signifiant qu’il est biométrique). Il doit par contre être valide durant tout votre séjour.

Afin de parer à toute éventualité, on veillera à disposer d’un passeport comportant le nombre de pages vierges requis ou suffisant (généralement 3, dont 2 en vis-à-vis).

2. Remplir et avoir reçu l’autorisation ESTA

Depuis 2007, la France, ainsi que la Belgique, le Luxembourg et la Suisse sont exempté de visa pour se rendre aux USA. Il faut par contre, remplir une autorisation électronique de voyage (ESTA) sur le site officiel du gouvernement. Depuis le 26/05/2022 le prix est passé de 14$ à 21$ par personne (si un montant plus conséquent vous est demandé, vous n’êtes pas sur le site officiel).
Il est valable 2 ans mais est lié à votre passeport et à sa validité. Si vous changez de passeport, vous devrez donc le refaire. Pour le remplir sereinement, nous vous avons préparé un manuel pas à pas pour bien remplir votre demande, suivez-le guide ici.

Attention, si vous vous êtes rendu à Cuba depuis le 12 janvier 2021, il vous faudra faire un visa et non plus un ESTA. Les délais d’obtentions sont très très longs, il est donc important de s’y prendre en avance. Pour rappel, depuis 2015 vous devez également obtenir un visa si vous avez voyagé en Iran, Iraq, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et ou Yémen 

NOMS A UTILISER POUR LES FEMMES MARIEES :
Les autorités américaines demandent aux ressortissants français d’utiliser leur nom tel qu’il figure sur leur passeport français. Les femmes mariées doivent idéalement renseigner les deux noms : nom de jeune fille et nom d’épouse séparés par un espace sur leurs documents de voyage. Si les personnes scannent leur passeport sur le site internet officiel de l’ESTA (nouvelle option facultative), c’est le nom de jeune fille qui sera priorisé sur le document final. Pour éviter tout problème, nous demandons maintenant de nous fournir votre nom de jeune fille dès la réservation de votre dossier, ainsi les billets et l’ESTA coïncideront.

3. Avoir un billet aller-retour

L’autorisation d’exemption de visa vous engage à rester moins de 90 jours sur le territoire américain, vous devez présenter votre billet retour prouvant que ne resterez pas aux USA au delà de ce délais (qu’importe le lieu d’entrée ou de sortie).

4. Présenter une preuve de solvabilité

Cela peut vous être demandé par la douane à votre arrivée sur le territoire américain (bien que cela soit extrêmement rare). Vous devez être en mesure de présenter un moyen de paiement valide prouvant donc que vous pouvez subvenir à vos besoins sur place.

Pour information:

• Aux frontières terrestres (entre le Canada et les Etats-Unis, et entre le Mexique et les Etats-Unis), vous devrez maintenant être en possession d’un ESTA en cours de validité. Le formulaire vert I94W n’est plus en vigueur.

Voyager aux USA, quelles sont les conditions avec la COVID?

Mise à jour le 14/06/22

  • Votre pass sanitaire valide. Ce document atteste que vous avez bien reçu au minimum 2 doses de vaccins depuis plus de 14j (1 dose pour le vaccin Janssen). Il indique votre nom, prénoms, date de naissance, le nom du vaccin et la ou les dates de vaccination ainsi que la source officielle ayant délivré le pass. Peut être au format numérique ou papier (nous vous conseillons d’avoir les 2),
  • Les enfants non vaccinés devront se faire tester 3 à 5 jours après leur arrivée aux USA.
  • Depuis le 12/06, il n’est plus nécessaire de fournir un test PCR négatif avant votre départ, la preuve de vaccination suffit.
  • Le formulaire dûment complété, qui vous sera également fourni à l’aéroport,
  • A votre retour, il n’y a plus de test obligatoire pour revenir en France.
  • Selon les états, il peut vous être demandé de porter le masque sur certains sites ou musées (Antelope Canyon par exemple demande encore le port du masque).

A noter: Depuis le 16/05/2022, l‘obligation du port du masque est suspendue dans l’aéroport et à bord des avions pour certaines destinations. Il demeure néanmoins recommandé. Avant tout voyage, veuillez vous renseigner directement auprès de votre compagnie aérienne. Les compagnies ne fournissant pas de masques, nous vous conseillons tout de même de prévoir un petit stock au cas où. A savoir que sur place, il peut encore vous être demandé de porter le masque dans certains endroits.

Il est indispensable de s’interroger sur les assurances voyages (à ne pas confondre avec les assurances liées à la location) et d’autant plus avec les conditions sanitaires actuelles. Il convient en premier lieu, de savoir si vous êtes couverts par vos propres assurances ? Nous sommes en effet, souvent assurés à de multiples reprises à travers nos différentes assurances obligatoires : transport, habitation ainsi que nos moyens de paiements. Vérifiez donc vos contrats, il se peut qu’une assurance voyage y soit incluse. Dans ce cas, étudiez bien les conditions & garanties.

En effet, si vous réglez avec une carte bancaire (de type Visa Premier ou Mastercard Gold) pour bénéficier de celles-ci, nous vous conseillons vivement de prendre connaissance des garanties du contrat auprès de votre banque ou de votre carte bancaire directement, pour être sûrs que leurs conditions d’applications correspondent à vos attentes et besoins. (Notamment concernant : l’annulation, l’assistance  [frais médicaux] et la couverture liée à la pandémie). Pour vous aider au mieux dans cette recherche (fastidieuse, avouons-le) voici un petit guide vous poser les bonnes questions :

  1. Que dois-je étudier en priorité ?
    L’annulation : compte tenu des montants élevés, il est vivement conseillé de s’assurer qu’en cas d’infaisabilité de voyage vous serez remboursés dans la quasi-totalité (une franchise s’applique souvent, on vous en parle plus bas). Ne vous focalisez pas sur les cas de figure suivants tels que : vol est annulé cause COVID ou impossibilité de voyage lié à un confinement / fermeture des frontières, car c’est un des nombreux avantages de passer par une agence de voyage ou un tour opérateur : vous serez pris en charge et intégralement remboursés. Etudiez plutôt en cas décès d’un proche, maladie/blessure, refus de congés, déménagement/mutation … et tous les autres cas de figure.
    Assistance : le rapatriement est souvent sur frais réels, il faut donc regarder en particulier les frais médicaux (vous n’êtes pas sans savoir qu’aux USA, entre autres, ceux-ci peuvent être très élevés), parfois à distinguer des frais d’hospitalisation, interruption de voyage et du coup dorénavant la couverture liée à la pandémie.
  1. COVID – Et justement concernant le cas d’un test positif ? Nous vous invitons à consulter les conditions d’entrée/de voyage en fonction de votre destination (vous pouvez retrouver notre article pour les formalités d’entrée aux USA ici ) mais à l’heure actuelle même pour les vaccinés, un test est requis à l’aller comme au retour.

Avant mon départ, si celui-ci est positif ? les frais d’annulation seront de 100%, qu’en est-il de ma prise en charge ?

Pendant mon voyage ? Quelle est la prise en charge en cas de COVID contracté sur place ? Différent cas de figure peuvent s’opérer en fonction de la destination, isolement ou pas ? La poursuite du voyage est-elle possible ou non?

Et au retour ? En cas de test positif avant mon retour (vers mon pays d’origine) quelle est la prise en charge de l’assurance pour la prolongation de mon séjour sur place (puisque je ne serais pas en mesure de prendre l’avion) ?

A noter : Le coût du test PCR ou antigénique requis n’est vraisemblablement jamais pris en charge par l’assurance voyage. 

  1. Et concrètement quels critères dois-je analyser ?
    Notre conseil reste de regarder le tableau des garanties (qui résume les services) dont :
    Les montants : plafonds (montant maximum pris en charge par assuré ou famille),
    Les franchises (déductions faites sur ma prise en charge),
    – Puis, les exclusions
    – Ainsi que la procédure de prise en charge à suivre (ex : dans la mesure du possible déclarer ou ouvrir le dossier litige auprès de l’assurance avant une hospitalisation),  

Pas de panique, nous connaissons la complexité des dizaines de pages de conditions croulant d’informations (avec un jargon bien spécifique pas si facile à déchiffrer). Nous avons fait donc une sélection de 3 prestataires d’assurances pouvant couvrir vos besoins, dont voici un tableau récapitulatif (Tableau comparatif assurances voyages ) de leurs principales garanties :

Ce comparatif a pour seul objectif d’étudier rapidement et déterminer celle qui correspondra au mieux à vos attentes & besoins (attention, une fois votre sélection faite, il reste impératif que vous étudiez en détail les points évoqués ci-dessus, dont les exclusions et procédures requises pour éviter toutes mauvaises surprises. Notre tableau n’est pas exhaustif et a été établi selon les conditions en vigueur lors de son élaboration). Des tarifs de groupe (à partir de 10 personnes) peuvent être proposés sur demande, pour cela contactez-nous (à savoir cela dit : il convient tout de même que chacun détermine, de façon individuelle, à quelle hauteur il veut être assuré, vous n’êtes pas toutes et tous dans la même situation et n’avez donc pas forcément les mêmes besoins).

Voici les liens des conditions de chacune des options proposées et citées dans le tableau :

Enfin, en souscrivant via notre intermédiaire, la couverture sera forcément liée aux prestations souscrites chez AMT. La souscription aux options 1,2, 4 & 5 devront impérativement être faites le jour même de la réservation du voyage.


Nous restons à votre disposition si besoin en sachant que nous ne sommes pas assureur mais ferons le maximum pour vous aiguiller dans vos recherches. N’hésitez pas si vous avez un doute sur un cas de figure particulier de les contacter directement même avant souscription.

 » If you’re going to San Francisco – Be sure to wear some flowers in your hair…. » (oui, on préfère commencer par cette chanson que celle de Maxime Le Forestier, mais c’est vous qui voyez 😉. PS si vous voulez vous la mettre en tête: San Francisco de Scott McKenzie, et on est sûres que vous allez reconnaitre). Car oui, ville emblématique de la période hippie, elle garde ce charme à l’européenne qui nous conquit à chaque fois. Et puis, il y a tellement de choses à faire à San Francisco! Vous n’aurez probablement pas le temps de tous les faire, alors c’est parti pour les incontournables et apprécier au maximum de cette ville emblématique de l’ouest Californien !

1- Le Golden Gate Bridge


Image emblématique de San Francisco, une étape obligatoire de tout séjour dans la ville. De toute façon vous ne pourrez pas le louper (sauf si il y a beaucoup de brouillard et c’est assez souvent sur San Francisco…). En voiture, à pied, en vélo, vous pouvez le traverser pour vivre la magie à l’américaine. D’ailleurs, on vous conseille de le faire car les meilleurs spots photos se trouvent de l’autre côté de la baie. Et puis, c’est aussi l’occasion de faire un tour à Sausalito (une petite ville très mignonne)

2- Alcatraz


C’est l’autre emblème de San Francisco, et vous l’avez déjà certainement vu dans votre écran vu le nombre de film qui y ont été tournés (on se rappelle « le prisonnier d’Alcatraz » et « Rock » pour ne citer qu’eux)… Et pourtant ce n’est qu’un petit aperçu de ce que vous pourrez y vivre. L’aventure commence par une croisière pour rejoindre le fameux rocher (et profiter d’une superbe vue sur la ville), et n’oubliez pas de prendre un audio-guide pour vivre un peu plus l’ambiance de la prison au travers d’anecdotes. Attention il faut mieux réserver plusieurs mois à l’avance votre excursion, le nombre de place par jour est limité !

3- Les Painted Laidies


Non, ce ne sont pas des femmes mais bien des maisons de style victorien et édouardien (d’ailleurs ce ne sont pas les seules à en porter le nom , mais sans doute les plus connues). Là encore, vous avez déjà dû les apercevoir dans des films comme emblème de la ville. Pour une petite pause nature, rendez-vous en face à Alamo square, qui offre une superbe vue sur ces « vieilles dames ». On peut d’ailleurs considérer que la « maison bleue » de maxime le Forestier en est une (elle se trouve à quelques rues dans le quartier de Castro).

4- Lombard Street

Attention, vous vous attaquez là, à la rue la plus tortueuse du monde (rien que ça !). Bon, on connait les américains et leur propension à l’exagération, mais on doit reconnaitre qu’elle est quand même très pentue avec des virages en épingles. En vrai, elle ne s’étend que sur un bloc et est composée de 8 virages, mais elle est joliment colorée de nombreuses fleurs. Un détour à faire avant de vous rendre au Fisherman’s Wharf.

5- Fisherman’s Wharf

Vous y passerez forcément puisque c’est le point de départ des croisières pour rejoindre Alcatraz. C’est surtout une zone touristique dédié à l’Entertainment, mais cela reste quand même un port et donc l’occasion de déguster de fabuleuses fruits de mer ultra fraiches. et surtout ne quittez pas là zone sans être passé au Pier 39! Et oui, surprise, une colonie de « sea lions »(otaries) y a élu domicile dans les années 90 et n’a depuis plus quitté l’endroit. On a presque l’impression qu’elles posent pour la photo!

6- Faire un tour en cable car

Un autre grand classique mais qui peut se révéler pratique pour économiser ses semelles de chaussures et pas mal d’efforts (San Francisco est construit sur des collines et les pentes peuvent atteindre 31% de dénivelé)! Il ne reste que 3 lignes encore en service, mais elle desservent plutôt bien les sites touristiques donc pas de soucis. Et ce sont les derniers tramways à traction par câble encore en service. D’ailleurs, assister à leur retournement est déjà une attraction en soit. Bref, un trajet historique et amusant qui en plus offre de superbes vues depuis le haut des collines.

7- Faire une pause au Golden Gate park

C’est le 3° plus grand parc des USA et peu de gens le savent mais il est même plus grand que le Central Park de New York. 412 hectares de verdure au cœur de San Francisco qui permettent de faire une pause verdure. Totalement dédié à la nature, vous y trouvez un parc à thé japonais, un conservatoire de fleurs, la California academy of science, un aquarium, un planétarium, un musée d’histoire naturelle et même des animaux et un troupeau de bisons…. Bref, que quoi vous occuper sans aucun doute !

8- Explorer et flâner dans les quartiers de San Francisco.

Parce que oui c’est déjà une excursion en soit ! Que ce soit dans le Chinatown: le plus vieux quartier chinois d’Amérique du Nord, Little Italy pour prendre un ristretto ou une pâtisserie, explorer les rue colorée de Castro, le plus grand quartier gay des USA, retrouver les maisons victorienne bariolées dans le quartier hippie de Haight-Ashbury. Il y en a pour tous les goûts et toutes les communautés, c’est aussi ça le charme de Frisco.

9- Faire du Shopping à Union Square

Un autre quartier dont on ne vous a pas encore parlé mais qui peut valoir le détour, par contre assurer vous d’avoir encore le portefeuille bien garni car vous voilà dans le temps de shopping. Macy’s, Saks, Tiffany &Co, Gucci Bulgari tous les grands noms sont là ! Mais blague à part le quartier est plutôt agréable avec de grandes places, des rues piétonnes, et de nombreux restaurants et magasins.

10- Se faire un musée

Car oui il y en a beaucoup à San Francisco qui est très culturelle. Le plus connu est le Palace of Fine Art, c’est même l’un des bâtiments les plus photographié avec son théâtre antique. Un endroit charmant! Mais il y a aussi le musée Disney (dédié à la vie de Walt), l’Exploratorium ( dédié à la science avec de nombreuses expériences à faire), SF Moma (le musée d’arts modernes de la ville), le Young Museum (qui présente des œuvres d’art d’Amérique du Nord mais aussi d’autres expositions)… donc un maximum de choses à faire du plus culturel au plus insolite !

BONUS : se balader aux alentours

Regardez bien la carte et vous verrez qu’il y a pleins de choses à faire aux alentours de la city by the bay -> la Silicon Valley, Oakland, la Nappa Valley, Muir Woods, Monterey… Bref, San Francisco est un incontournable en Californie et un bon moyen de finir en beauté votre Road Trip !

A retrouver bien sûr dans nos circuits:

California Tours

Western Tours

American Dream Tours

Best of the West Tours

et Pacific Coast Tours

En ces temps d’hiver, rien de mieux que de rêver aux chaudes plages de sable blond de la plus grande ile des Antilles: Cuba. Une île enchanteresse au passé tumultueux et au charme indéniable. Alors en route pour un voyage hors du commun.

Une histoire riche à découvrir au guidon de votre Harley Davidson

Parcourir Cuba à moto, c’est remonter le temps, revenir aux riches heures coloniales, croiser des voitures antiques qui pourtant fonctionnent toujours et profiter de la nonchalance de ses plages immaculées. Longtemps espagnole (elle fut découverte par Christophe Colomb), Cuba conserve de nombreux vestiges et bâtiments coloniaux qui vous transportent dans le temps. Que ce soit dans le Habana Vieja (le vieux quartier de la Havane) à Ciefuegos ou à Trinidad, le temps semble figé dans ces magnifiques villes, dans lesquelles résonnent seulement le bruit des sabots des chevaux. Pour les amateurs d’histoire plus récente, direction Santa Clara, le cœur de la révolution cubaine pour marcher dans les pas du « Che ». Du coup, quelque soit la ville ou l’étape, vous tomberez sous le charme de cette île hors norme.

Au cœur de la nature luxuriante et au contact des cubains.

Cuba, c’est également une nature à couper le souffle. Que ce soit à l’intérieur des terres, comme dans la vallée de Viñales, particulièrement réputée pour les fabriques des fameux cigares. Où sur la presqu’île de Zapata, et sa célèbre Baie des Cochons. Entre caféiers, plantations de Tabac et plages paradisiaques, vous ne saurez plus où donner de la tête. Faites donc attention de rester concentré sur la route ! Et comment ne pas parler des superbes plages de sables blancs léchés par les eaux turquoises sur tout le littoral.
Les cubains sont également réputés pour leur gentillesse. Habitués à se débrouiller avec peu, ils sont avenants et ne manqueront pas de vous rendre service et de venir à votre rencontre. Alors n’hésitez pas à leur demander les meilleurs adresses pour pimenter vos balades à moto. Car il est indéniable que les échanges avec les locaux restent le meilleur moyen de découvrir les joyaux cachés d’un pays. Arpenter les routes du pays au guidon d’une américaine reste bien évidemment atypique et ne manquera pas de piquer leur curiosité. Et puis, vous êtes au pays de la salsa et du Buena Vista Social Club, cela ne peut que être engageant ! Cela vous donnera également l’occasion de découvrir la qualité de son rhum et pour les amateurs de leur fameux cigares.

Cuba en Harley Davidson

Forcément avec le passé entre l’île et les Etats Unis, il peut paraître surprenant de rouler au guidon d’une Harley. Mais si on vous dit que vous pouvez être accompagné par l’un des fils du « Che » (Ernesto Guevara), cela passe tout de suite mieux. Si le père a parcouru l’Amérique latine en Norton dans les années 50, c’est bien au guidon d’une Harley que le fils parcourt les routes et que vous pouvez maintenant le rencontrer sur les routes de la République cubaine. Quoiqu’il en soit vous bénéficierez des meilleurs guides, puisqu’ils sont tous locaux, avec à la clé, une expérience riche donc forcément inoubliable.

Si vous aussi, vous avez envie de vivre un road trip à moto incomparable, rendez-vous sur notre site internet pour découvrir nos deux programmes pour l’île « du crocodile vert » (surnom lié à sa forme): Cuba Tours & Havana Tours

La Floride est reconnue comme un des états où l’Entertainment est roi, raison de plus pour en profiter pour ajouter un peu d’adrénaline et de fun à votre prochain séjour. Et pourquoi pas lors de votre participation à la prochaine Bike Week de Daytona ! Des places sont encore disponibles mais il va falloir se dépêcher! Alors, voici le guide pour ne rien louper et faire votre choix dans la jungle des parcs d’attractions.

Disney, la figure de proue.

C’est en 1971 que Disney inaugure l’un des plus grands parcs d’attractions du monde et lance le développement des environs d’Orlando. Et si vous voulez ajouter celui-ci à votre liste, il va falloir prévoir de bonnes chaussures. Car ce n’est pas 2 parcs (comme en France) mais 4 parcs qui composent le complexe de Disney World (+2 parcs aquatiques)!
D’abord, Magic Kingdom, sensiblement le même qu’en France, le château, les princesses, Frontierland, Tomorrowland, Fantasyland… Les attractions sont quasiment les mêmes à quelques détails près, mais vous y retrouverez la magie du monde de Mickey.
Disney’s Hollywood Studios, là encore de nombreuses similitudes avec celui de France, un petit air de Californie et de soleil en plus à notre goût.
Epcot (Experimental Prototype Community Of Tomorrow), là on attaque le vif du sujet, celui là n’est pas présent en France, et représente le projet éducatif cher à Walt Disney. Construit autour d’un lac, il met en avant la culture de 11 pays différents et un ensemble futuriste pour imaginer le monde de demain et prendre une bonne dose d’adrénaline dans ses attractions!
Et enfin Animal Kingdom, l’un des plus grand du complexe avec 230 hectares de superficie! Un mélange de parc zoologique et d’attractions, le tout bien sûr en rapport avec plusieurs films de la firme. Un parcours dans une nature fantasmée et une pointe frisson dans les rollercoaster.

Universal, le monde du cinéma à votre portée.

Forcément vous ne pourrez pas passer à coté lors de votre séjour en Floride, le deuxième fleuron de la région consacré au cinéma a lui aussi écrit ses lettres de gloire en Floride. Là encore, 2 parcs pour vous offrir un maximum de sensations ! Jurassic Park, Spiderman, La Momie, Hulk, mais aussi Popeye et les cartons des années 50. Les studios Universal vous feront vivre des sensations au cœur de vos films préférés… manger un donuts aussi grand que ceux de Homer Simpsons, croiser les Blues Brothers se baladant au volant de leur voiture de police, et même prendre le fameux Poudlard Express pour passer d’un parc à l’autre. Des madeleines de Proust et des moments magiques à vivre pour les petits comme pour les grands! Aussi magique que Disney!

Seaworld, un parc dédié au monde marin

Si Seaworld se rapproche de notre Marineland d’Antibes, il a pourtant rien à voir. Bien sûr par la taille, il est beaucoup plus grand, mais aussi par le fait qu’entre deux spectacles aquatiques, vous pourrez profiter de roller coaster à couper le souffle. Comme par exemple, Manta qui vous bascule à plat ventre avant de vous lancer dans des loopings renversants ou Kraken qui vous fait monter à 45m de hauteur. A noter que chaque ticket acheté participe à la protection et au sauvetage d’animaux marin.

BushGardens, un mélange de safari et de rollercoaster

Pas à Orlando mais à Tampa, ce parc propose l’un des plus longs rollercoaster au monde: Cheetah dure plus de 3 min et traverse le parc de part en part, c’est à dire au plus près des animaux. Et on vous l’assure, passer à coté de buffles, félins et éléphants alors que vous êtes dans un roller coaster reste une expérience à faire. On peut également y faire un safari dans la benne d’un camion et donner à manger aux girafes par exemple. Un vrai parc à l’américaine, qui sait mélanger les styles et vraiment vous offrir un grand moment de divertissement.

Ce sont là les plus importants, mais c’est toute la zone des lacs d’Orlando qui abrite des parcs d’attractions, tous plus fous les un que les autres, comme par exemple Holy Land qui est maintenant fermé mais qui était dédié à la bible… Legoland dédié au monde de la petite brique ou bien Gatorland, le plus vieux parc de la zone et accueille un grand nombre d’espèce de crocodiles. Vous l’avez compris vous aurez le choix ! Orlando reste une étape incontournable pendant un séjour en Floride, et ne croyez pas que ces parcs sont réservés aux enfants, vous verrez clairement les américains de tous âges se précipiter sur les attractions les plus prisées avec ou sans enfants. Le parc d’attraction est vraiment quelque chose de culturel aux USA et quelque soit l’état que vous traverserez, vous en croiserez au moins un durant votre séjour.

Alors n’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez ajouter l’un des ces parcs à votre prochain séjour, que ce soit pendant votre Florida Tours ou bien la Bike week de Daytona !


Passer le cap de la nouvelle année peut être une expérience inoubliable à condition de savoir où passer le meilleur des Nouvel An. Pas de panique on est là pour vous présenter les incontournables et les petites pépites dignes des USA.

New York, un incontournable

On a tous vu dans les séries ou les films qui nous ont bercés, cette fameuse nuit du Nouvel An sur Times Square avec la fameuse descente de la boule à minuit. Mais soyons clair, si vous êtes agoraphobe, cette soirée n’est clairement pas pour vous! Car pour être bien placé il vous faudra patienter quelques 12h au cœur d’une foule de plus en plus dense (avant les temps de Covid bien sûr)

Atlanta, l’alternative du sud

Vous aimeriez tout de même voir la descente d’une boule pour la nouvelle année? Alors, rendez-vous à Atlanta pour la descente d’une pêche géante (de plus de 350kgs tout de même) cette fois-ci déclenchant le feu d’artifice finale. Vous aurez pu auparavant assister à de nombreux concerts et animation au cœur de « The A »

La Nouvelle Orléans, au cœur de la fête.

On ne peut pas renier la réputation de la Nouvelle Orléans qui reste une destination phare pour faire la fête! Alors pour le passage à la nouvelle année, la ville met forcément les petits plats dans les grands, concerts, pluie de lys dans les rues à minuit et feu d’artifice au dessus du Mississippi ne sont que les prémices d’une soirée de folie sous les températures clémentes du sud de la Louisiane. Dépaysement assuré pourtant au cœur du French quarter!

Los Angeles, pour en profiter sur 2 jours

Certes la soirée du Nouvel an à Los Angeles vaut le détour, là encore concerts, feux d’artifice et soirées courues dans les clubs (on peut également faire la fête à bord du fameux Queen Mary!). Mais le plus intéressant se passe le lendemain dans les rues de Pasadena. Depuis 127 ans, les habitants assistent et participent à la Parade des Roses, un défilé de char fleuris composés uniquement de matériaux naturels. Une ambiance charmante et typique pour un lendemain toujours animé.

Hawaï, pour un nouvel an à la plage

Qui n’en rêve pas ? Passer à la Nouvelle année les pieds dans le sable chaud léché par les eaux turquoises. Alors, direction Honolulu! Commencez la soirée en assistant à un Luau (fête traditionnelle) ou bien à la grande fête de la Saint-Sylvestre qui se tient à l’ Aloha Tower Marketplace. Manèges, camions-restaurants, DJ, concerts en attendant le feu d’artifice. Et quel feu ! une fusée est tirée toutes les minutes à partir de 23h55 avant d’enflammer le ciel Hawaïen de forme les plus folles.

Nashville, pour la musique

Passer la Saint-Sylvestre en musique reste un incontournable et forcément « Music City  » coche toute les cases de ce côté-là. Sans compter les soirées spéciales organisées comme au Ryman Auditorium par exemple, c’est toute la ville qui s’anime et se trémousse. Une superbe scène musicale (comme au Jack Daniel’s City Midnight,) est offerte aux fêtards pour le réveillon, avec bien sûr feu d’artifice et pluie de confettis pour compléter le tableau. Et pour garder l’ambiance, rendez-vous le lendemain au traditionnel match de la NFL au Nissan Stadium!

Et pourquoi pas le passer à Disney?

On le sait Mickey sait mettre les petits plats dans les grands et on peut dire que c’est la destination idéale pour un Nouvel An en famille aux USA. Menus spéciaux, soirée dansante et feu d’artifice devant le château de Cendrillon … Le tout en t-shirt pour profiter des superbes températures de la Floride en hiver. Une touche de magie indéniable pour la fin d’année.

Cette liste n’est clairement pas exhaustive : San Francisco, Las Vegas, San Antonio, les stations de ski… chacun de ces sites rivalisant d’intérêts et rentrant en rivalité pour la meilleure des soirées. Et vous, quelle est la soirée qui vous attire le plus ?
Nous pouvons bien sûr vous organiser vos prochaines fêtes de fin d’année au pays de l’oncle Sam, il suffit pour cela de remplir le formulaire sur mesure sur notre site.

Et en attendant, toute l’équipe d’AMT vous souhaite de passer le meilleur des Nouvel an et une très belle année 2022 !

Et voilà l’hiver est là, et si le froid et le mauvais temps se font ressentir, nous sommes toujours là pour vous faire voyager et vous proposer des solutions. Alors, présentation de 3 de nos circuits que vous pouvez envisager quand le temps passe au maussade:

Le Texas Tours

Une de nos dernières créations chez AMT. Cet état du sud, à l’histoire riche et à l’esprit cowboy est idéal pour un road trip moto en début et en fin d’hiver (mars-avril- et octobre-novembre) pour des températures douces, en évitant les grosses chaleurs de l’été. En plus, le sud de l’état au bord du Golfe du Mexique, offre des températures très agréables pour de belles balades au bord de l’eau.

L’Arizona Tours

LE dernier né de votre agence de voyage préférée! Un état du sud, aux portes du Mexique, ensoleillé et plutôt aride l’été, mais qui offre des températures clémentes en hiver (notamment en début et en fin de saison comme le Texas). Par contre, attention en raison de l’altitude élevée d’une bonne partie de l’état, la neige recouvre souvent les reliefs durant les mois d’hiver.

Le Florida Tours

C’est bien sûr le must de la saison d’hiver! A vous les plages de sable de clair et les températures plus que parfaites en cette saison. Une parenthèse au soleil pour découvrir « The Sunshine State » et ses trésors. Un incontournable pour faire le plein de vitamine D et éviter le froid.

Et puis il n’y a pas que les USA Chez AMT , c’est la période idéale pour Cuba & le Mexique. Mais aussi pour nos circuits de l’hémisphère sud : Argentine (seul ou combinée avec le Chili) & l’Afrique du Sud. Le tout à retrouver bien sûr sur notre site!

Noël arrive à grands pas et si vous n’avez pas encore trouvé votre bonheur pour offrir ou ajouter à votre liste, on a pensé à vous … Nous vous avons concocté notre Top 10 d’idées cadeaux pour les motardes & voyageuses que nous sommes !

1- La collection des « Joe BAR team »

Parce que ça en parlera à plus d’un(e) et surtout que ça ravivera le souvenir des autres. Une bande de copains arsouilleurs dans les années 70 & 90. Et pour les plus fans, il existe même les motos à mettre en exposition.

2- Un livre sur la Route 66

Parce qu’elle est mythique et qu’il reste toujours à écrire dessus que vous soyez intéressez par son histoire ou par son parcours, vous trouverez forcément votre bonheur. Et puis rien de mieux pour préparer son prochain voyage sur la « Mother Road » !

3- Un calendrier de votre marque moto préférée

Rien de mieux pour organiser son année (et les nombreux voyages planifiés) … et si au passage on peut profiter de superbes photos de belles cylindrées, que demander de plus !

4- Un équipement de pluie

De votre marque préférée ou non mais en cette saison il vaut mieux se mettre à l’abri. Et/Ou ajouter accessoires chauffants au passage si besoin.

5- Un support de casque

Un cadeau original qui sait mettre notre casque en valeur et à portée de main dans son entrée. Fini le casque qui traîne (au risque de subir le choc fatal) et en plus ça décore…

6- Un porte-bouteille moto

Vous commencez à avoir repéré notre amour du vin et des vignobles (toujours avec modération bien sûr 😬). Du coup il fallait bien trouver quelque chose pour les présenter. Alors pour allier nos deux passions, on vous a déniché ces petits présentoirs.

7- Le livre « Tu sais que tu es motard quand… »

Un petite pépite à ajouter à sa liste au père Noël, fait de petits adages qui parleront à tout le monde et surtout qui vous feront rire et sourire…

8- Des places pour les prochains événements motos

A commencer par le prochain salon de la moto de Lyon, l’occasion en plus de venir nous voir ! Mais on sera également présent sur d’autres salon d’ici la fin de l’année, à vous de faire votre choix en fonction de la zone géographique & des dates bien sûr.

9- Mettre la Corse au pied du sapin

Découvrir l’île de beauté dans toute sa splendeur avec des locaux avec en prime un concert des plus rock roll, vous en rêviez? American Motors Travel l’a fait ! Venez découvrir notre toute nouvelle formule  » Corsica Road » à retrouver dans la rubrique événement de notre site.

10- Un bon cadeau voyage chez AMT

Le voilà, le meilleur des cadeaux du monde à mettre sous le sapin! A consommer de suite ou plus tard mais qui fait toujours rêver!

On vous a déjà parlé de l’histoire des bluesmen remontant le Mississippi pour chercher fortune (article à retrouver ici), mais dans les fait qu’en reste t- il ? qu’y a t’il a voir sur cet itinéraire? Qu’est ce qui rend notre Route du Blues Tours si particulière et si magique? (C’est d’ailleurs le circuit préféré de notre accompagnateur Eric, dont vous pouvez retrouver l’interview sur notre chaîne YouTube).

Un itinéraire historique et musical

Pour respecter le sens historique, le voyage initiatique (oui oui, on a bien choisi nos mots, car vous n’en reviendrez pas indemne!) commence dans le Sud des USA, au plus près des plantations qui ont vu arriver ces esclaves noirs arrachés de leur Afrique natale. C’est là qu’est né le gospel et qui sera la racine même de ce blues que l’on aime tant.

C’est là qu’elle commence cette fameuse US 61, cette Blues Highway qui vous mène sur les traces des plus grands musiciens. Après avoir visité quelques plantations pour vous imprégnez de l’atmosphère, rejoignez le Delta du Mississippi. Là s’enchainent les musées, les lieux dédiés et les juke joint encore debout … Tous ces lieux respirent l’histoire de ces hommes chantant leurs peines et leur quête d’une vie meilleure. L’US 61 remonte peu à peu le Mississippi pour rejoindre Memphis, un des temples du blues qui a vu passer les plus grand dans ses studios.

Vous quitterez la Blues Highway, mais pour continuer à vous abreuver de cette Amérique musicale sur les pas de ces chanteurs qui nous ont bercés. Direction Nashville, autre temple de la musique, un peu plus branchée country, mais qui ne manque pas elle non plus de sites dédiés à la musique, puis St Louis qui a accueilli les bluesmen lors de leur remontée. On y trouve un autre genre de Blues, comme après à Chicago, plus électrique, plus urbain…

Du Delta du Mississippi à Chicago, roulez au rythme du blues.

Visiter les musées, en apprendre plus sur l’histoire des bluesmen, c’est bien bien beau, mais le blues, ça se ressent, ça se vit … Et c’est pour ça que notre Route du Blues Tours est aussi un de nos circuits préférés : pour l’expérience, l’ambiance … Dans ce circuit, la musique est partout, à chaque coin de rue comme à La Nouvelle Orléans, ou à Memphis et Nashville (c’est une évidence) mais aussi dans des petites villes comme Clarksdale (dont on vous a déjà parlé). C’est là, que vous vivrez le blues, le vrai, dans des juke joints dont l’extérieur vous paraitra abandonné et pourtant à l’intérieur c’est l’accueil, la chaleur humaine et la bonne ambiance qui y règnent. A Memphis, vous aurez même du mal à faire votre choix parmi tous les bars de Beale Street, qui accueillent chaque soir de nouveaux groupes et vous feront découvrir des pépites musicales. Même chose à Nashville et St Louis. Et que dire de Chicago, devenue avec les migrations la capitale mondiale du blues? Les grands noms sont encore là, comme au Buddy Guy’s Legends, où il n’est pas rare de croiser l’artiste. Et si vous avez la chance d’être au mois de Juin dans la ville, ajoutez le Chicago Blues Festival à votre liste…

Pour retrouver tous les sites où le blues s’incarne, rendez-vous sur la page de notre Route du Blues tours, pour déjà rêver et s’imprégner. Prochain départ en formule accompagnée: le 24 Avril 2022 avec Eric bien sûr 🙂

Mis à jour le 13/01/2021

 Les frontières restent ouvertes pour le territoire américain. Voici donc notre petit guide concernant les formalités en vigueur … :

LES ETATS UNIS

Les USA ont réouvert leurs frontières le 08 Novembre 2021, il est donc enfin de nouveau possible de voyager aux USA ! Il vous faudra :

  • Etre en possession d’un passeport individuel portant sur la couverture le symbole « puce électronique » couvrant la durée de votre séjour,
  • Le formulaire ESTA (valable 2 ans, il est à remplir sur https://esta.cbp.dhs.gov/ au tarif de 14$ par personne) pour cela il vous faudra : la copie de votre passeport, une adresse email valide (et accessible lors de la demande pour l’envoi de code de validation). Vous devez renseigner aussi les coordonnées de votre employeur (ou de votre société si vous êtes chef d’entreprise), les informations de votre futur voyage et votre carte bancaire pour le règlement des 14$, si un montant plus conséquent vous est demandé, sortez du formulaire ce n’est pas le site officiel.
  • Votre pass sanitaire valide attestant que vous avez bien reçu au minimum 2 doses de vaccins depuis plus de 14j (1 dose pour le vaccin Janssen). -> Vérifiez la date de validité selon la date de votre seconde dose, il vous faudra peut-être faire un rappel
  • Une preuve d’un test PCR (ou antigénique) négatif réalisé 24h avant départ (sauf si arrivée par voie terrestre).
  • Présenter le formulaire suivant: https://www.cdc.gov/quarantine/pdf/Passenger_Disclose_d2anch_FRENCH-p.pdf) qui vous sera fourni à l’aéroport.
  • A votre retour, vous devrez présenter pour rentrer en France un test PCR ou antigénique négatif (attention, les seuls tests antigéniques pouvant être réalisés sont ceux permettant la détection de la protéine N du SARS-CoV-2) de moins de 48h. Et vous pouvez être soumis à un test aléatoire à votre arrivée sur le territoire Français.
  • Selon les états, il peut vous être demandé de porter le masque dans les bâtiments et reste obligatoire dans toute forme de transport.

A noter: le port du masque est obligatoire dès votre arrivée à votre aéroport de départ, durant toute la durée du vol ainsi qu’à votre aéroport d’arrivée (et par la suite dans votre moyen de locomotion pour rejoindre votre hôtel). Le masques de type FFP1 ou 2 ne doit pas être en tissus ou comporter de valve. Les compagnies ne fournissant pas de masques, nous vous conseillons de prévoir un petit stock afin de pouvoir en changer régulièrement durant votre vol. Tout passager refusant de mettre un masque en cabine sera débarqué. Si cela se passe durant le vol, l’incident sera signalé et la police prévenue à l’arrivée.

LE CANADA

Le Canada a ouvert ses frontières aux non résidents depuis le 07 septembre 2021. Pour vous y rendre, il vous faudra :

  • Votre passeport valable jusqu’à votre date de retour pour les ressortissants français, belges ou suisses, dont la validité dépasse d’au moins un jour le séjour projeté au Canada. Afin de parer à toute éventualité, on veillera à disposer d’un passeport comportant le nombre de pages vierges requis ou suffisant (généralement 3, dont 2 en vis-à-vis).
  • Le formulaire AVE (valable 5 ans, comme avant la crise, il est à remplir sur le site officiel du gouvernement canadien au tarif de 7$ CAD par personne)
  • Votre pass sanitaire sanitaire attestant que vous avez bien reçu 2 doses de vaccins depuis plus de 14j (1 dose pour le vaccin Janssen).-> Vérifiez la date de validité selon la date de votre seconde dose, il vous faudra peut-être faire un rappel
  • Présenter un test PCR (pas de test antigénique) négatif de moins de 72h avant départ.
  • Remplir le formulaire ArriveCAN dans les 72h avant votre arrivée dans le pays.
  • Si votre voyage au Canada vous amène à passer la frontière des Etats-Unis par voie terrestre, vous devrez, même pour une excursion, remplir un formulaire I94W, délivré par les autorités d’immigration à l’arrivée, acquitter un droit de 6 dollars environ (payable en dollars américains uniquement) et effectuer une demande ESTA (cf formalités USA)
  • A votre retour, vous devrez présenter pour rentrer en France un test PCR ou antigénique négatif (Attention, les seuls tests antigéniques pouvant être réalisés sont ceux permettant la détection de la protéine N du SARS-CoV-2) de moins de 48h. Et vous pouvez être soumis à un test aléatoire à votre arrivée sur le territoire Français.

A noter, vous devrez vous soumettre à un test PCR effectué à votre arrivée sur le territoire canadien et vous isoler dans votre chambre d’hôtel jusqu’à l’obtention du résultat.

Note: le port du masque est obligatoire dès votre arrivée à votre aéroport de départ, durant toute la durée du vol ainsi qu’à votre aéroport d’arrivée (et par la suite dans votre moyen de locomotion pour rejoindre votre hôtel). Le masques de type FFP1 ou 2 ne doit pas être en tissus ou comporter de valve. Les compagnies ne fournissant pas de masques, nous vous conseillons de prévoir un petit stock afin de pouvoir en changer régulièrement durant votre vol. Tout passager refusant de mettre un masque en cabine sera débarqué. Si cela se passe durant le vol, l’incident sera signalé et la police prévenue à l’arrivée.

LE MEXIQUE

Les frontières sont réouvertes. Il n’y a pas de dispositions spécifiques pour voyager au Mexique:

  • Votre passeport valide pour la durée du séjour.
  • Pas de test PCR requis
  • A votre retour, vous devrez présenter pour rentrer en France un test PCR ou antigénique négatif (Attention, les seuls tests antigéniques pouvant être réalisés sont ceux permettant la détection de la protéine N du SARS-CoV-2) de moins de 48h. Et vous pouvez être soumis à un test aléatoire à votre arrivée sur le territoire Français.

Note: le port du masque est obligatoire dès votre arrivée à votre aéroport de départ, durant toute la durée du vol ainsi qu’à votre aéroport d’arrivée (et par la suite dans votre moyen de locomotion pour rejoindre votre hôtel). Le masques de type FFP1 ou 2 ne doit pas être en tissus ou comporter de valve. Les compagnies ne fournissant pas de masques, nous vous conseillons de prévoir un petit stock afin de pouvoir en changer régulièrement durant votre vol. Tout passager refusant de mettre un masque en cabine sera débarqué. Si cela se passe durant le vol, l’incident sera signalé et la police prévenue à l’arrivée.

Vous avez maintenant toutes les informations en main pour préparer votre voyage! N’hésitez pas à nous contacter en cas d’incertitude, nous sommes là pour vous aider, et consulter avant votre départ le site officiel de l’ambassade si besoin.

A la rédaction de cet article, malgré la cinquième vague qui touche actuellement la France, nous vous confirmons qu’aucune frontière ne devrait refermer, pour l’Amérique du Nord du moins. Par ailleurs, l’Organisation Mondiale de la Santé demande que les frontières restent ouvertes source.

Après l’Afrique du Sud et l’ Argentine, autre destination incontournable : LE CANADA. Et comme l’ouest et le Québec, ne se ressemblent pas du tout, départ cette semaine pour l’Ouest Canadien ! (on vous fera l’Est plus tard pas d’inquiétude😉)

1. Pour en prendre plein les yeux, parce que l’objectif n°1 est d’être ébloui.

Clairement, la raison n° 1 pour voyager dans l’ouest canadien? Les paysages. Des montagnes parmi les plus hautes d’Amérique du nord, des plaines rappelant les prairies du Far West, une côte pacifique impétueuse et surtout des lacs aux couleurs à couper le souffle. C’est clairement l’endroit pour ramener les plus belles photos et faire pâlir d’envie son entourage.

2. Pour rouler sur des routes panoramiques, parce qu’on n’aime pas l’autoroute.

Entre la « Sea to Sky Highway » (littéralement la route de la mer au ciel, ça annonce le programme!), le Icefield Parkway (promenade des glaciers), ou encore la trans-canadian Highway, l’ouest canadien regorge de routes panoramiques vous obligeant à ralentir pour prendre la mesure du paysage environnant, raison de plus pour le faire à moto pour profiter encore plus de la vue.

3. Pour multiplier les expériences hors du commun, parce qu’on se contente pas que de rouler.

Dans le même circuit, arriver à combiner une rencontre avec les baleines, un balade en kayak sur un lac turquoise, un pont suspendu à plus de 70 m, et une promenade sur un glacier, c’est déjà pas mal. Et pourtant, ce n’est qu’une partie de ce qui peut être fait dans l’ouest canadien. On ne va pas vous dévoiler tous nos secrets ici, mais vous ne pourrez clairement pas vous ennuyer!

4. Pour déambuler dans des villes « green », parce que oui, on aime la nature.

Faire un road trip dans l’ouest canadien, c’est clairement pour la nature, si Vancouver a été élue la ville la plus agréable du monde pour vivre ce n’est pas pour rien (bon, sa position entre mer et montagne y est pour quelque chose, mais pas que). Les villes sont vivantes, cosmopolites, et surtout décontractées! On s’y sent bien dès qu’on y pose un pied. Et ce petit air de Far West entouré de vignes sur certaines, ne gâche rien (vous commencez à connaitre notre passion pour les vignobles…)

5. Pour découvrir le far west canadien, parce qu’il y a des cowboys aussi au Canada.

Et non il n’y a pas qu’aux USA que l’on trouve des Cowboys, le Canada a aussi son lot d’histoires de fines gâchettes et de légendes de l’ouest. Calgaryen est une des figures de proue avec son Stampede au mois de juillet (parade, rodéos, et concerts country, tout comme chez leur voisin), et les plaines de l’Alberta sont une aubaine pour l’élevage. Si l’envie vous prend, vous trouverez de nombreux ranchs au pied des Rocheuses (d’ailleurs si on y trouve le cowboy trail, c ‘est qu’il y a bien une raison) pour faire un tour à cheval dans ces contrées.

6. Pour une faune et une flore exceptionnelle, parce qu’on adore le film « l’Ours »(Jean-Jacques Annaud, 1988).

Ca y est ? Vous avez l’ambiance du film ? Les grands espaces, les montagnes et les torrents, tout ça c’est bien l’ouest canadien mais en réel ! Il n’est pas rare de croiser des grizzlis, des ours noirs et des chamois dans les parcs nationaux de Banff ou Jasper, par exemple. Bon, pas de trop près tout de même, mais assez pour très bien les observer et ramener de jolis clichés. Pour le reste, on vous a déjà parlé des baleines un peu plus haut (qui côtoient aussi les orques, les phoques et les belugas), mais vous pouvez aussi compter les mouflons, les marmottes, écureuils et bien sûr l’orignal et le castor qui restent des emblèmes du pays. Alors qui dit mieux que ce zoo à ciel ouvert?

7. Pour la gentillesse des locaux, parce que la réputation des Canadiens n’est plus à prouver.

Les canadiens sont réputés pour leur gentillesse, mais en réalité? Et bien, ils sont adorables, il n’est pas rare de se lier très rapidement avec eux, d’être inviter à échanger très facilement. Ils sont même considéré comme l’un des pays les plus amicaux au monde (et ce n’est pas notre affirmation mais celle de plusieurs études scientifiques). Alors n’ayez crainte, vous trouverez toujours un canadien pour vous renseigner, vous aider et échanger !

8. Pour rencontrer les peuples des Premières Nations, parce qu’il n’y a rien de mieux que d’échanger avec les autochtones.

Tout comme les cowboys, les indiens sont aussi présents au Canada, et leur culture, mise en valeur par le parlement depuis quelques années (et quelques batailles pour la reconnaissance des peuples autochtones) est fascinante. Les nombreux musées retraçant leur histoire ou encore les totems du Parc Stanley de Vancouver (l’un des plus beaux et plus grands parcs urbains au monde, avec une superbe vue sur la Skyline de Vancouver) vous donneront un aperçu. Mais vous pourrez également aller à leur rencontre dans de nombreux lieux (beaucoup de sites de l’industrie du tourisme sont gérés par des autochtones) ou à l’occasion des pow-wows en été. Des rencontres à ne pas rater avec ces peuples des Premières Nations.

9. Pour le taux change en notre faveur, parce que cela reste plus avantageux que les USA.

A ce jour, le taux de change pour le dollar canadien est très avantageux pour les européens, 1€= 1.42$ CAD (contre 1.12$ pour l’USD) ou 1$ CAD = environ 0.70cts si vous préférez. De quoi ramener presque 1.5 fois plus de cadeaux et souvenirs. Si ça ce n’est pas une bonne raison, on ne voit pas ce qu’il vous faut de plus!

10. Parce qu’il n’y a aucune raison de ne pas le faire à moto.

Bah non, il n’y en a pas. Un site de location à Vancouver, une ribambelle de routes scéniques, des vues à 360° (enfin 180°, on n’est pas des machines non plus) à couper le souffle, une belle offre hôtelière… Alors franchement on ne voit pas de raisons pour éviter l’ouest Canadien à moto 🙂

Notre circuit Canadian Dream vous permettra d’expérimenter tout ça et bien plus encore. Et si ça ne vous suffisait pas pour rêver, vous pouvez aussi découvrir notre semaine dédiée sur Facebook & Instagram

L’Oregon, on vous en a déjà parlé plusieurs fois, reste un de nos coups de cœur aux USA. Et pourtant ce magnifique état ne possède qu’un seul parc national: Crater Lake. En même temps, il était logique de protéger ce joyau de la chaine des Cascades. Suivez le guide pour ne rien louper de ce magnifique site, durant votre prochain Pacific Coast Tours :

Un parc national américain différent

Crater Lake a surgit il y a plus de 7000 ans, suite à l’effondrement de la caldeira du volcan Mazama, soumis aux activités volcaniques de la région. Situé à près de 2000m d’altitude, c’est aujourd’hui le lac le plus profond des Etats-Unis avec plus de 590 m de profondeur, lui donnant son bleu profond caractéristique. Et pourtant ses eaux sont translucides (il parait que ce sont les eaux les plus pures des USA!) permettant de voir sans problème à l’œil nu jusqu’à près de 37 m de profondeur! Le lac n’est en fait rempli que part l’eau de pluie et par la fonte des neiges. Pas de rivières, ni d’embouchure ne viennent perturber ses eaux calmes. Il est entouré de falaises abruptes de différentes couleurs allant de 170 à 570m, ce qui amplifie sont impression de profondeur.

Découvert en 1853 par des chercheurs d’or, le site devient parc national en 1902 pour protéger cette œuvre de la nature hors du commun. Pourtant on trouve des traces de Crater Lake dans les légendes amérindiennes de la région: il serait issu de la bataille entre le dieu du feu / des enfers, Llao vivant sur le mont Mazama, et le dieu de la neige/ du ciel Skell. Llao perdit le combat et effondra sa demeure pour laisser derrière lui la caldeira. Le volcan est actuellement en sommeil, mais reste considéré comme actif.

Une route scénique à moto avec de splendides vues.

La route scénique qui mène à Crater Lake est déjà une merveille en soi: La Volcanic Legacy Scenic byway (tout un programme) serpente lascivement à travers une forêt de pins ponderosa. N’hésitez pas à faire quelques arrêts pour vous dégourdir les jambes et admirer le rythme impétueux de la rivière (notamment à Rogue River Gorge et Natural Bridge) avant d’atteindre le parc. Après le visitor center vous attend, la magnifique Rim Drive, longue de 53 kilomètres, cette route scénique spectaculaire longe le cratère (à effectuer dans le sens des aiguille d’une montre pour rouler toujours du côté du lac et ainsi avoir un accès facile aux zone de stationnement) et vous offre des points de vue sensationnels sur le bleu profond du lac.

La Rim drive propose pas moins de 30 points de vue aménagés pour vous offrir un maximum de sites d’observation différents sur le lac, et vous permettre d’en observer ses particularités géologiques comme Wizard Island (l’île du sorcier, à l’ouest), un mini volcan au cœur du lac, ou encore Phantom Ship, une petite île issue d’une précédente éruption aux allures de bateau fantôme (surtout quand le brouillard est tombé sur le Lac). Il est possible de descendre sur les berges et même de se baigner dans le lac (attention l’eau ne dépasse pas les 15°C même en été!). De même, des tours en bateau sont proposés pour voir de plus près les points d’intérêt et même monter au sommet de Wizard Island. Le Crater lake National Park propose également des randonnées aux alentours du lac pour observer la nature ou bien les autres formations géologiques.

Ce petit joyau est à retrouver dans notre prochain Pacific Coast Tours ou à intégrer à un projet sur-mesure sur l’Oregon bien entendu ! Conseil : départ de Portand à envisager car cet état est détaxé le must pour se refaire une garde robe et ramener quelques souvenirs. Contrairement à la plupart des États américains, aucune taxe n’est appliquée sur les ventes dans l’Oregon, ce qui vous permettra d’économiser entre 5 et 10 % sur tous vos achats

Et si vous l’avez loupé, vous pourrez retrouver notre article sur l’Oregon pour vous inspirer…

Pour notre dernier né, on a décidé de vous gâter ! On vous propose des paysages fabuleux, une ambiance western, de l’authenticité et surtout de sortir des sentiers battus. On oublie donc les incontournables car on part à la découverte des légendes qui ont bercé notre imaginaire de l’ouest sauvage :

Parcs nationaux, villes fantômes et routes panoramiques, le cocktail parfait d’un road trip à moto inoubliable !

L’Arizona, dans l’imaginaire, c’est avant tout ces paysages fait de roches ocres si caractéristiques. Et bien, ne vous inquiétez pas, vous serez servi ! Avec des sites comme Sedona, Superstition Mountain ou encore le Canyon de Chelly, vous en prendrez pleins les yeux ! Le tout, bien sûr à rejoindre au guidon de votre moto, par des routes panoramiques plus belles les unes que les autres

Mais, c’est surtout et avant tout une terre d’histoire: des indiens aux chercheurs d’or en quête de fortune, en passant par l’occupation hispanique, vous croiserez au cours de votre road trip tout ce qui a construit l’Amérique. Et bien plus encore: visitez des mines, des villes tombées en désuétude après le tarissement des filons (villes fantômes), ou bien succombez au charme de celles qui survivent encore comme figées dans le temps. Partez à la découverte des peuples indiens fascinants, tout en allant à leur rencontre dans les réserves. Bref, l’Arizona offre à lui seul tout cela, et de vivre une expérience exceptionnelle !

L’imaginaire western à moto

L’Arizona regorge de sites plus fabuleux les uns que les autres. Si vous avez déjà découvert les plus connus et les plus emblématiques (Grand Canyon, Monument Valley…) dans nos précédents circuits, on vous offre ici le possibilité d’approfondir la découverte de cet état incomparable.
Le Saguarao National Park aux environs de Tucson, ça vous parle? Peut être pas et pourtant c’est là, dans le désert du Sonora que se trouve le seul endroit au monde où poussent ces cactus emblématiques (les Saguaros justement), reconnaissables à leurs silhouettes élancées. Et la ville de Tombstone? Non plus ? Et bien c’est là que s’est déroulé le fameux règlement de compte à OK Corral ! Tout un programme donc ! A vivre bien sûr au guidon d’une Harley Davidson pour profiter au maximum des routes scéniques.

On ne veut pas trop vous en plus ici, on vous laisse donc découvrir par vous même. Alors rendez-vous au plus vite sur le site pour découvrir ce nouveau joyau ! En formule accompagnée le 01 Novembre 2022 et si vous ne pouvez pas attendre d’ici là toujours en formule mototour !

Pour le transport  de vos bagages.

C’est définitivement une des bonnes raisons d’opter pour une formule accompagnée ! Savoir que tous les matins, on n’aura pas à jouer à Tetris avec ses bagages pour tout faire rentrer dans les sacoches / Top case est quand même un réel confort. Partir avec ce petit « ne sait-on jamais », avoir la place de ramener tous vos achats… Et puis, plus besoin de se limiter aux magnets pour les souvenirs, vous pourrez emmener et ramener ce que vous voudrez!

Pour la convivialité d’un petit groupe.

Chez nous la convivialité reste un maître mot, c’est pour cela que l’on limite la taille de nos groupes : 5 motos en moyenne et jusqu’à 8 motos-16 personnes maximum. Ainsi, vous pouvez rouler en groupe sans que cela ressemble à un cortège mais le vrai plus reste la flexibilité qu’apporte la petite taille de nos groupes, plus facile de s’accommoder des besoins de chacun avec un groupe restreint, idem pour la restauration cela reste forcément plus facile.

Pour ne rien manquer sur le parcours et bénéficier de conseils et bons plans que seul un passionné avisé peut transmettre.

Quand on part à l’étranger, on a toujours un peu peur de passer à côté du site incontournable, de l’attraction à voir, ou bien de louper LA route panoramique à ne pas manquer, surtout en voyage moto (avec entre autres, la pas si facile, Route 66). Avec un accompagnateur, fini le stress, connaissant parfaitement le circuit, il saura vous indiquer les arrêts sympas, la petite boutique originale pour les souvenirs ou encore le restaurant qui ne paye pas de mine et qui, pourtant est délicieux. Un vrai gain de temps et de tranquillité d’esprit pour un voyage réussi.

Pour que les passagers/ères puissent ponctuellement souffler dans le van.

Même en tant que passager un circuit peut être fatigant. Le van et notre accompagnateur vous suivant tout au long du parcours, vous pouvez si vous le souhaitez sur un moment ou une étape rejoindre le véhicule et profiter de la climatisation 😏 ou vous abriter de la pluie au besoin.

Pour votre sérénité et quiétude sur l’intégralité du circuit.

Nos guides/accompagnateurs sont français et bilingues. Ils sont là pour vous assister si vous en avez besoin, pour la traduction , la logistique… Plus d’angoisse de la barrière de la langue à l’enregistrement aux hôtels ou si vous avez un soucis sur place. Plus qu’une chose à dire: LAISSEZ-VOUS GUIDER !

NOTRE concept : la liberté et l’indépendance :

  • Pas de contrainte horaire,
  • Pas de file indienne,
  • Pas d’arrêt à la pompe en groupe imposé,
  • Dîners conseillés par votre accompagnateur (libre ou en groupe), etc.

    Bref vous faites ce que vous voulez mais en étant encadré.

Las Vegas est déjà un incontournable en soi (vous y passerez dans la plupart de nos circuits sur l’ouest américain). Ville du péché, de la démesure, des hôtels plus flamboyants les uns que les autres, mais Las Vegas, n’est pas qu’une ville de casinos, donc voici notre Top 10 des choses à ne pas manquer durant votre séjour :

1- Le panneau « Welcome To Fabulous Las Vegas »

On ne peut pas repartir de Las Vegas sans sa photo sous le mythique panneau. Il marque depuis 1959 l’entrée Sud du Strip de la ville (il a été déplacé plusieurs fois en fonction de l’extension) et n’est pas très loin de l’aéroport. La photo est gratuite mais il faudra être patient et faire la queue pour prendre la votre devant (ou bien se décaler un peu …). A moins que vous ne souhaitiez avoir Elvis Presley sur votre photo auquel cas, prévoir quelques dollars. En plus, le magasin Harley Davidson est juste derrière, une raison de plus pour ne pas le manquer ! (pour information, il y en a également un à l’entrée du downtown).

2- Le Strip et ses Resorts

Le Strip, c’est la fameuse artère principale du Las Vegas Boulevard, le long de laquelle se trouvent les plus importants hôtels-Casinos de la ville. S’y balader est un voyage en soi, chacun de ces mastodontes rivalisant en architecture et animations pour attirer le touriste. N’hésitez surtout pas en rentrer dedans pour admirer les décorations, y manger ou faire un tour dans les salles de jeux. Rendez-vous par exemple, au Bellagio pour découvrir son Jardin Botanique ou au Caesar Palace pour assister au spectacles de statues animées. Certains valent le détour d’autres moins mais honnêtement c’est toujours impressionnant, de la vrai démesure à l’américaine.

4- Les spectacles gratuits

Las Vegas est LA ville des spectacles par excellence, sans parler des grands shows (on vous en reparle plus bas) les hôtels vous proposent également des spectacles gratuits auxquels vous pouvez assister depuis le Strip. Le plus connu : les fontaines du Bellagio, un spectacle son et lumières toutes les 15 (le soir) à 30 min (en journée) que vous ne pouvez manquer! Ou encore rendez-vous devant Le Mirage pour vivre l’éruption d’un volcan artificiel (quand on vous dit qu’on est dans la démesure). A noter également, le Lake Of Dream du Wynn qui propose un spectacle son & lumières hallucinant sur sa cascade de 12m de haut.

5- Freemont Street et les plus vieux casinos

Le downtown de Las Vegas vaut aussi le détour, c’est le quartier historique de la ville. Un lieu un peu à part (d’ailleurs il a son propre panneau Welcome to Fabulous Downtown Las Vegas, si vous avez manqué l’autre) et est situé tout au nord du Strip, un peu moins lisse que la zone hôtelière au sud, plus artistique et décalé. C’est vraiment là que Sin City est née, et que l’on retrouve les plus anciens casinos de la ville, comme le mythique Golden Nuggets inauguré en 1946. Il est l’un des 4 casinos faisant l’angle avec la Freemont Street, une rue commerçante aujourd’hui piétonne et recouverte du plus grand écran à LED du monde, puisqu’il surplombe la rue sur près de 460m. La Freemont Street Expérience propose un spectacle son et lumière, toutes les heures au son du rock (Viva Vision Light Show) à voir plutôt de nuit pour la magie des lumières. Vous pouvez revoir également notre souvenir sur notre compte Instagram.

6- Des musées inattendues

C’est dans cette zone que l’on retrouve les musées de la ville. Les 2 incontournables pour nous : le Neon Museum, à faire à la tombée de la nuit pour encore plus de magie. Un musée en plein air dans lequel on se balade à travers les enseignes ayant fait les heures de gloire de la ville, du petit motels aux mythiques grandes enseignes, c’est un retour dans le passé illuminé. Autre excursion intéressante, le MOB Museum, consacré à l’histoire de la Mafia aux USA et surtout à ses activités dans le développement de la Sin City. Installé dans l’ancien palais de justice (ça ne s’invente pas), un musée très intéressant si vous avez 48h à Las Vegas.
Pour une autre visite insolite, rendez-vous au National Atomic Testing museum dédié aux essais nucléaires réalisés dans les déserts proches de Las Vegas des années 50 à 90. Ou bien au Old Las Vegas Mormon Fort State Historic park, là où la vrai histoire de Vegas à commencé en 1855.

7- Jouer au casino

Comment lutter ? Le jeu partout à Las Vegas… C’en est même la Capitale mondiale. Alors que vous soyez plus poker, roulette, dés ou bandit manchot il y en a pour tous les goûts (et toutes les bourses), attention à ne pas vous faire prendre par la folie du jeu ! Mais cela peut aussi s’avérer être un bon plan puisque les casinos, souhaitant vous voir rester à jouer vous offrent (pour la plupart) vos boissons (contre quelques tips à la serveuse ou serveur)

8- Prendre une pause

Las Vegas est une ville frénétique, ultra vivante et qui peut nous amener à saturer après le calme des parcs nationaux. Pourtant, il existe quand même des moyens de prendre une pause, au calme dans cette ville effrénée.
Pourquoi ne pas se faire une pause piscine et Spa ? Quasiment tous les hôtels ont leurs complexes aquatiques auxquels vous pouvez accéder (pour quelques dollars bien sûr), sans forcément être client de l’hôtel. Alors bien sûr, certaines piscine s’approchent plus d’une soirée à Ibiza que du calme et de la volupté, mais il existe bien quelques pépites de paix et de quiétude. Et si vous ne souhaitez pas vous baigner, pourquoi ne pas aller prendre un verre au Container Park (à l’est de Freemont Street) un mini quartier créé à partir d’une trentaine de containers de bateau et autre cubes modulables, abritant magasins, galerie, restaurants et bars bien sympas. Le soir, de nombreux événements gratuits y sont organisés comme des concerts ou des séances de cinéma en plein air. Vous ne pourrez pas le rater, il est surmonter d’une énorme mante religieuse, sortie tout droit du Burning man.

9- Se restaurer

On y pense pas forcement mais on peut très bien manger à Las Vegas, notamment avec les buffets des grands hôtels comme ceux du Caesar palace ou bien du Bellagio. Là encore, pas besoin d’être logé à l’hôtel pour en profiter. Pour une trentaine de dollars (le midi, un peu plus cher le soir), vous profitez d’une variété de choix extraordinaire et surtout à volonté! Mais la ville concentre également un nombre conséquent, d’adresses ouvertes par des célébrités du monde culinaire et entre autres de restaurants gastronomiques. Avec par exemple, le Joël Robuchon restaurant (au cœur du MGM Grand Hôtel), le seul qui affiche 3 étoiles au guide Michelin ou Le Cirque au Bellagio. Pour une restauration française plus simple (et meilleur marché) on peut citer Mon ami Gabi que l’on retrouve bien sûr, au Paris Hôtel.

10- Les spectacles

C’est bien connu, la ville dédiée à l’Entertainment accueille les plus grands shows de la planète. Et cela ne date pas d’hier, (on se rappellera les concerts donnés par Elvis Presley en 1969 au Hilton (aujourd’hui le Westgate), qui lui valent une jolie statue en bronze et des sosies un peu partout dans la ville). Sans parler de Céline Dion, on retrouve aujourd’hui des spectacles magistraux comme le spectacle « O » par le cirque du Soleil qui occupe la scène du Bellagio depuis 1998 ! Et ce n’est pas le seul puisque la compagnie présente aujourd’hui pas moins de 6 spectacles dans les différents hôtels du Strip (parmi lesquels Mickael Jackson One ou Beatles Love). C’est aussi le paradis de la Magie, et on ne compte plus les shows de magiciens dans la ville, avec notamment, sans doute le plus connu de tous: David Copperfield qui offre une représentation depuis 2006 au sein du MGM. Pour ces grosses affiches il vaut mieux réserver à l’avance, sinon faites confiance au hasard en achetant votre billet le jour même dans l’un des kiosques qui revendent les places non vendues à prix cassés.

Bonus: faire du shopping

Las Vegas est aussi la ville du shopping, elle compte pas moins de 3 outlets, de quoi faire de bonnes affaires durant votre séjour avec des marques à prix cassés. A Vegas, faire les boutiques est un show, comme par exemple au Miracle Miles Shop où l’on peut assister à la reconstitution d’une tempête en plein centre commercial ou au Fashion Show Mall qui accueille régulièrement des défilés haute couture au sein de la galerie. Pour un shopping chic, rendez-vous au Caesar Palace ou au Venitian pour faire vos achats dans un décors féérique. Et pourquoi pas faire un tour de gondole pour reposer vos jambes….Sinon pour le fun, ne manquez pas la boutique M&M’S World, un monument à la gloire de la fameuse friandise qui s’étend tout de même sur 4 étages! Juste à côté dans la même veine, vous trouverez le Coca-Cola Store pour une dégustation des goûts les plus improbables de la célèbre boisson et une photo souvenir avec le gros ours blanc.

Et voilà, vous êtes parés pour votre prochain voyage à Las Vegas. Mais si vous croyez que c’est tout ce que la ville a à vous offrir, vous vous trompez lourdement! Las Vegas est une ville de folie, alors vous vous doutez bien que là, on est resté très sage et que l’on vous garde nos insolites pour un prochain article… Alors ne perdez pas le fil et surveillez nos annonces du mercredi !

Pour rappel, chaque hôtel de Las Vegas applique des Resort Fees obligatoires (donnant accès au Wifi, à la salle de sport, au service de navettes… la composition et le prix diffèrent en fonction des hôtels) et la plupart des parkings des payants. A savoir également, pratique de plus en plus en plus commune aux resort de LV, les minibars dans votre chambre sont équipés de capteurs, le moindre article qui en est retiré vous sera donc facturé d’office (même si vous ne les consommez pas), il est donc important de vérifier votre facture au check-out (et faire la demande de remboursement des extras non utilisées) ou bien de ne pas les utiliser, pour éviter tout désagrément (des ice machines sont disponibles gratuitement avec des bacs à glaçons pour y mettre vos boissons ou autres).

On ne peut pas vraiment célébrer Halloween sans une bonne histoire de sorcières, et l’histoire la plus célèbre outre-Atlantique est sans nul doute celle des sorcières de Salem. Une bourgade du Massachussetts, tristement connue, que l’on vous propose de découvrir dans notre Nouveau Monde tours ainsi que dans notre New England Tours. Un arrêt incontournable dans la découverte de ces états de la Nouvelle-Angleterre, qui a profondément bouleversé l’Amérique.

D’où vient la célébrité de Salem ?

En 1692, dans la toute jeune colonie de la Nouvelle Angleterre eu lieu la chasse aux sorcières la plus importante de l’Amérique du nord. Dans les faits, 3 jeunes filles commencent à se comporter bizarrement, elles parlent une langue inconnue, trainent de pieds en marchant, sont victimes de convulsions et d’hallucinations. Le puritanisme étant très présent, on les croit possédées et on les pressent de nommer qui les a maudites. S’ensuivront une série de procès où près de 300 personnes seront accusées et 20 personnes condamnées à mort !
Aujourd’hui encore, on n’explique pas cette hystérie collective qui a touché les jeunes filles. Entre ergotisme (intoxication à l’ergot de seigle, qui contient une substance voisine du LSD) et complot entre familles ennemies (après les procès les terres ont changés de propriétaires), l’énigme reste entière.

Pourquoi Salem est un incontournable dans un circuit à moto dans l’est des USA ?

Salem surfe encore aujourd’hui sur la vague de ce procès qui a entaché son histoire mais l’a aussi fait mondialement connaître. Ainsi quelques sites sont à prévoir pendant votre découverte de la ville:

  • le Salem Witch Musem : dans un  bâtiment gothique à souhait, on revient sur le déroulement du procès à travers des reconstitutions élaborées et des documents historiques.
  • Witch Dungeon Museum : pour une reconstitution du procès avec des acteurs et actrices en costumes d’époque.
  • The Witch House : un des rares bâtiments de l’époque encore debout, c’était  la maison de l’un des juges intransigeant des procès de Salem. Aujourd’hui la visite permet de revenir sur les conditions de vie des habitants de l’époque.
  • Et pour finir en beauté, passez par le cimetière d’Old Burying Point. Vous y trouverez les tombes de certaines personnes accusées à tort durant le procès.  Il semblerait que l’endroit où furent pendu les accusées se trouverait plutôt au niveau de Proctor’s ledge, un mémorial leur rend aujourd’hui hommage.
    Et c’est sans compter les nombreuses boutiques et autres attractions mineures consacrées à la sorcellerie.  

En outre, Salem est un ancien port de pêche plutôt prospère, il était même l’un des plus riches avant d’être supplanté par Boston ou New York, accueillant objets rares et épices du lointain Orient et même de Chine, assurant la richesse de ses habitants. La ville garde de beaux vestiges de son passé. Allez vous balader sur le port pour admirer la reconstitution d’un trois-mâts de l’époque ou bien dans le centre-ville sur Chestnut street pour découvrir les belles demeures encore aujourd’hui intactes. Un air de vieille Angleterre au bord de la mer. La plus célèbre est la House of Seven Gables (la maison au 7 pignons) qui est la plus vieille maison en bois de la Nouvelle Angleterre !

Alors pourquoi y aller pendant Halloween ? Tout simplement parce qu’à cette période de l’année (en fait pour tout le mois d’octobre) la ville revêt ses habits les plus « creepy » (sinistre) et célèbre les sorcières à travers expositions et animations. Et puis, elle est à seulement 40 min de Boston, cela serait dommage de s’en priver.